Tag: autopartage

16
Mar

Mobility Tech Green aux Rencontres Flotauto 2017

Mobility Tech Green vous a donné rendez-vous le 9 mars dernier aux Rencontres Flotauto, organisées par le magazine Flottes Automobiles pour la sixième année. Retour sur cette édition riche en découvertes et en rencontres ! 


Présente sur le stand numéro 212, l’équipe commerciale et marketing de Mobility Tech Green a pu présenté la solution e-Colibri mais également notre dernière offre Who Drives à des visiteurs à la recherche de solutions de mobilité innovantes pour leurs entreprises.

Ce salon est également l’opportunité de retrouver nos clients et partenaires dans une ambiance conviviale afin d’échanger sur l’état actuel et les évolutions possibles de leur service d’autopartage.

Nous vous proposons un retour en images sur ce rendez-vous, avec un aperçu de l’ambiance du salon, de notre stand ainsi que plusieurs témoignages recueillis auprès de nos partenaires tels que Bemobi, Assystem, Orange ou Gac Technology.

Articles du même sujet

03
Fév

Découvrez le livre blanc Mobility Tech Green

Mobility Tech Green vous présente son livre blanc, désormais accessible en ligne ! Retrouvez toutes les informations sur les tendances de l’autopartage B2B, à travers un regard objectif sur le marché et son évolution à venir, afin de déterminer la manière la plus adaptée pour l’implémenter dans votre entreprise. Suivez le guide.


 

 Les 7 points clés

De la définition même du terme autopartage B2B à des études de cas précises, ce livre blanc vous donne toutes les clés en main pour déterminer quel sera votre autopartage.

Définition et enjeux de l’autopartage B2B

Qu’est-ce que l’autopartage  ? Très simplement c’est un système dans lequel un groupe d’individus ayant souscrit un abonnement utilisent un parc de véhicules accessibles en libre service. Exit le véhicule de fonction personnel et bonjour la voiture à la demande  ! Cela résulte en un partage plus équilibré des frais d’entretien ainsi qu’une meilleure fluidité sur les trajets. Parmi les utilisateurs, les entreprises sont particulièrement intéressées aussi bien par la réduction du CTP (Coût Total de Possession) de leur flotte que par la gestion optimisée de leurs véhicules grâce aux nouvelles technologies.

Les chiffres clés

12 millions de membres à travers le monde d’ici 2020  : un chiffre qui donné une idée du dynamisme du marché de l’autopartage, qui devrait connaître une croissance fulgurante de près de 40% par an durant les prochaines années. Déjà très utilisé aux Etats-Unis et dans les pays de l’est depuis plusieurs décennies, c’est aujourd’hui le marché européen qui est en plein essor. Le nombre d’entreprises européennes ayant un service d’autopartage interne devrait passer de 200 en 2013 à 4000 d’ici 2020, soit d’à peu près 2000 véhicules à plus de 100 000.

Un atout quadruple bénéfice

L’autopartage pour entreprises et collectivités représente une véritable réponse à plusieurs enjeux :

  1. Des économies significatives sur le budget flotte automobile.
  2. Une amélioration de l’accessibilité aux services de mobilité grâce à des véhicules en libre-service.
  3. Une utilisation double des véhicules d’entreprises grâce à la mise en place d’une formule pro/perso offrant la possibilité de louer les véhicules le soir et le week-end.
  4. Une participation à la réduction de l’empreinte carbone de son entreprise dans le cadre d’une politique RSE.

Une approche multimodale à interface unique

Alors que les parcs automobiles sont de plus en plus importants, les outils de gestion papiers ou numériques ne suffisent plus à assurer les besoins des responsables de flottes. Après les plate-formes logicielles spécialisées, place au multimodal  ! Le but étant de penser la mobilité d’entreprise de manière globale, en permettant aux employé.es d’utiliser différents modes de transport tout en ayant l’assurance d’être facturé via une plateforme unique.

L’espace partagé  : Quand les mobilités d’entreprises et personnelles convergent

Urbanisation et connectivité accrues ont changé notre manière d’appréhender notre mobilité personnelle au quotidien et, indirectement, notre mobilité professionnelle. Ainsi le marché B2B fait face aux mêmes problématiques que le marché B2C, avec en point principal la remise en cause de la possession de véhicules dédiés à des employés en particulier.

Quelles conséquences pour les salariés ?

Les pratiques de consommation collaborative investissent donc la sphère du travail, à travers le partage d’espaces et aujourd’hui de véhicules. Certains obstacles persistent encore, notamment une perception du service d’autopartage parfois considéré, à tort, comme contraignant. Mobility Tech Green vous invite à lire son étude réalisée en partenariat avec le LOUSTIC (Laboratoire d’observation des usages des technologies de l’information et de la communication) présente dans le Livre Blanc pour en apprendre plus sur ce sujet.

Un regard sur le futur avec la voiture autonome

Un nouveau schéma de mobilité pourrait encore changer la donne : l’autopartage de voitures autonomes. Après l’étape actuelle des véhicules connectés, c’est en effet l’autonomie qui fait rêver les constructeurs, promettant une amélioration de la sécurité sur les routes, des centre-villes moins congestionnés et une optimisation des réservations grâce à des véhicules intelligents. Tout cela participant davantage encore à l’obsolescence du véhicule personnel.


Un véhicule non partagé est à l’arrêt en moyenne 95% de son temps. Une raison de taille pour les entreprises et collectivités de se tourner vers de nouvelles solutions, apportant des bénéfices économiques, ergonomiques et écologiques.

 

Articles du même sujet

23
Jan

Mobility Tech Green présente sa calculatrice de coûts !

Envie de visualiser simplement combien d’économies votre entreprise peut réaliser sur son budget mobilité ? Mobility Tech Green vous propose dès maintenant un nouvel outil gratuit et accessible en ligne : le Cost Calculator. 


 

Qu’est-ce que le Cost Calculator ?

Vous désirez réduire le coût de votre flotte automobile tout en garantissant à vos collaborateurs la même qualité de service lors de leurs déplacements ? L’autopartage vous semble être une alternative intéressante dans le cadre de votre mobilité d’entreprise ?

Le Cost Calculator vous permet dès aujourd’hui de visualiser en seulement quelques clics la réduction de budget flotte possible grâce à l’utilisation de notre solution e-Colibri ! Rentrez seulement quelques données  générales concernant votre flotte automobile et notre calculatrice vous présente :

  • De combien votre budget déplacement peut être réduit
  • Le nouveau coût de votre budget flotte automobile avec l’autopartage
  • La visualisation simple et efficace du ROI

Articles du même sujet

03
Jan

Bilan Annuel Mobility Tech Green 2016

L’année 2016 fut celle de l’accélération pour Mobility Tech Green. De nombreux partenariats se sont noués au cours de cette année et nous nous sommes véritablement enrichis de ces fructueux échanges. Nous vous l’annoncions l’année dernière, l’autopartage devient aujourd’hui la solution de mobilité en entreprise ayant le plus fort potentiel de développement. Mobility Tech Green a su se développer en harmonie avec ce marché tant au niveau humain que technique. Aujourd’hui ce sont les 3 plus grandes flottes de France que nous équipons en autopartage.

L’année 2017 s’annonce encore plus ambitieuse, avec un développement en Europe et de nombreuses nouveautés : si 2016 vous a impressionné, attendez de voir ce que l’on vous réserve pour la suite ! Et cela commence dès le 11 janvier 2017 !

Articles du même sujet

24
Nov

Un jour de 2020 dans lequel la voiture individuelle n’existe plus

6:45. Lundi 24 Novembre 2020.

« Bonjour Didier. La température extérieure est de 8°C. Risques d’averses : 2%. Une journée ensoleillée qui n’attend plus que vous ! ». La voix familière qui annonce un réveil imminent résonne dans la chambre. Didier cherche à tâtons son téléphone et s’extirpe tant bien que mal du lit. Une pression sur l’écran et on entend déjà la cafetière s’activer dans la cuisine, tandis qu’il se dirige vers la salle de bain.

Une journée ensoleillée qui s’annonce oui, mais surtout une journée bien chargée ! Didier est commercial dans les télécoms depuis maintenant 15 ans. Ces dernières années les choses ont pas mal changé dans son travail, mais il ne s’en plaint pas, bien au contraire.

Un covoiturage domicile-travail au quotidien 

Tout en sirotant son café, il vérifie l’horaire de son co-voiturage. « Rendez-vous à 7h45 place de la Liberté ». Depuis qu’il utilise WayzUp les déplacements entre son domicile et son travail ne sont plus une source de stress : beaucoup de salariés utilisent cette plateforme à la fois pour économiser mais aussi pour une expérience plus conviviale de leurs trajets quotidiens.

wayzuptrajetDidier jette un coup d’oeil par la fenêtre avant de quitter son appartement : c’est vrai que les embouteillages sont moins denses. Il y a quelques années encore les rues en bas de son immeuble grouillaient de véhicules à l’arrêt, pestiférant les uns contre les autres. Rien d’étonnant donc que son patron encourage fortement cette initiative, notant les nombreux bénéfices pour le bien-être de ses employés.

« Bonjour, tu vas bien aujourd’hui ? ». Didier a rejoint Marc, qui est son ‘chauffeur’ pour aujourd’hui. Ils habitent à deux rues l’un de l’autre, alors rien de plus pratique qu’effectuer le trajet ensemble. Le trafic est bon, et en 15 minutes ils arrivent sur le parking des bureaux où ils travaillent tous deux.

« C’est plus le casse-tête que c’était avant pour trouver une place, hein ? » lance Marc à Didier. En effet, Didier se souvient lorsqu’il possédait encore sa voiture et qu’il pouvait tourner en rond des dizaines de minutes avant de trouver un emplacement libre. Encore quelque chose qui ne lui manque pas du tout ! Marc se gare sur une des places réservées aux covoiturages.

Un système d’autopartage de véhicules autonomes simple et efficace

En sortant du véhicule Didier croise Lucie, une de ses collègues, qui se dirige d’un pas déterminé vers le véhicule autonome qu’elle a réservé avec deux autres autres employés via le service d’autopartage. Idéal pour finaliser les présentations ensemble avant une réunion importante !

©Mercedes

©Mercedes

Une fois dans l’ascenseur, Didier observe les chiffres du compteur qui augmentent rapidement. « 12ème étage, Bureaux Icodia ». Cela fait maintenant 3 ans qu’il travaille à cet étage un peu particulier, qui a abandonné les bureaux fixes pour privilégier un espace de co-working où les postes de travail sont éphémères et où les professions se croisent de manière plus systématique.

Du coworking et du télé-travail plébiscités

Didier s’avance donc dans l’espace principal où quelques bureaux sont encore libres à cette heure matinale, les employés ayant des horaires modulables ou travaillant depuis chez eux. Le taux de salariés en teleworking n’a fait qu’augmenter ces derniers temps, séduisant aussi bien les employeurs que les employés par sa flexibilité mais aussi la réduction des trajets quotidiens entre domicile et travail.

Un coup d’oeil à son agenda numérique lui indique qu’il a un rendez-vous important à 14h avec un client potentiel. Le lieu de rencontre est à 30 minutes des bureaux et Didier a donc réservé un véhicule en autopartage afin d’avoir l’esprit tranquille : en effet une flotte est mise à disposition des employés pour effectuer leurs déplacements. Il suffit de choisir la date, le véhicule et d’appuyer sur « Réserver » ! Pas besoin de clés non plus : le smartphone est devenu l’outil de mobilité et d’ouverture par excellence.

mockupecolibriAprès avoir travaillé plusieurs heures et déjeuné dans l’espace commun, Didier se rend donc au parking dédié pour récupérer la voiture réservée et se rendre au lieu de rendez-vous. Une fois dans l’habitacle il configure en deux temps trois mouvements grâce à e-Manager le trajet le plus rapide jusqu’à sa destination, grâce à un calcul de la distances mais aussi des éléments de trafic tels que les embouteillages ou les accidents en cours.

L’autopartage : une mobilité d’entreprise généralisée

30 minutes et 35 secondes plus tard, Didier se gare, sort du véhicule et le verrouille depuis son smartphone. Son rendez-vous va durer à peu près deux heures : le véhicule a été réservé durant cette période par un autre usager parcourant une distance courte. Celui-ci ramènera le véhicule sur la place de départ avant la fin de la rencontre, afin que Didier puisse retourner comme prévu à sa destination. Un système simple et pratique développé par Mobility Tech Green qui s’appelle la boucle dans la boucle.

Ça y est, le rendez-vous de Didier est terminé, et il récupère le véhicule partagé. Il doit préparer des papiers à transmettre au client avant demain matin, et prévoit donc de travailler encore quelques heures.

manincarLe trajet se passe sans encombre, mais une fois la voiture verrouillée Didier se rend compte qu’il a oublié sa sacoche avec le dossier de son client sur le siège passager ! Pas de panique : il se rend sur l’application e-Manager et peut contacter directement un conseiller afin que celui-ci déverrouille à distance le véhicule. Ouf, on a échappé au pire !

De retour à l’espace de travail, Didier prépare ses documents, planifie l’envoie automatique pour le lendemain matin, et se rend ensuite sur le parking. Pour le retour à son domicile il a décidé d’emprunter un véhicule en autopartage avec l’offre pro/perso. Il pourra ainsi profiter du véhicule tout le week-end pour ses trajets personnels !

Enfin chez soi ! On peut dire que la journée a été productive pour Didier, mais maintenant il est grand temps de se relaxer un peu. Il a acheté il y a quelques temps le casque de réalité augmentée Hololens, et une des applications disponible propose une expérience de surf virtuel plus vrai que nature. De quoi se dépayser avant les vraies vacances au soleil !

Visite des studios Asobo - l'HoloLens en action © ASOBO

Visite des studios Asobo – l’HoloLens en action © ASOBO

MTG

Articles du même sujet

14
Nov

Mobility Tech Green dans la presse

Alors que la rentrée a été riche en évènements pour Mobility Tech Green, entre l’annonce de notre partenariat avec La Poste pour Bemobi et le prix Crisalide Numérique, nous vous proposons une revue de presse autour du dynamisme de l’autopartage aujourd’hui et de son évolution à venir.

       1. L’article L’auto-partage promis à un bel avenir publié par Les Echos s’axe sur le changement qui est en train de s’opérer au sein des entreprises qui s’intéressent de plus en plus à la mise en place d’un service d’autopartage. Tout en citant une étude de Frost & Sullivan sur le futur de cette mobilité différente, Les Echos se penche sur les acteurs en présence. D’un côté les constructeurs, qui saisissent cette nouvelle opportunité et misent sur les services de mobilité (PSA et Renault) mais également les entreprises ou start-up prestataires. Mobility Tech Green est ainsi cité dans le cadre de sa collaboration avec La Poste comme « un pionnier du marché actif depuis 2009 » qui contribue à rendre l’autopartage pour les entreprises toujours plus séduisant.

     2. L’autopartage passe la vitesse supérieure publié par Le Monde observe comment l’autopartage dépasse aujourd’hui le cercle des start-up pour toucher celui de grands acteurs de la mobilité.  Ainsi certaines start-up spécialisées dans les solutions  aux entreprises, dont Mobility Tech Green, voient aujourd’hui s’étendre leurs perspectives de marché, en résonnance avec des études récentes sur le futur de l’autopartage.

20161012145202     3. Dans Bemobi, filiale de La Poste au service des professionnels dédiée à la mobilité durable l’Avem s’intéresse plus particulièrement aux nouveaux services initiés récemment par La Poste, en matière de covoiturage pour les déplacements domicile-travail avec WayzUp, et pour l’autopartage professionnel épaulé par Mobility Tech Green.  L’article met en avant l’implication du groupe La Poste depuis maintenant dix ans dans le processus de transition énergétique, bien avant la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte et l’obligation d’établir un plan de déplacement entreprise avant le 1er janvier 2018 pour les entreprises de plus de 100 collaborateurs.

Mobility Tech Green dans la presse papier

1. Un marché toujours très dynamique, Le Figaro Magazine – 4 Novembre 2016

En abordant la volonté de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, de remettre en avant l’essence par rapport au diesel en diminuant l’avantage fiscal dont bénéficient aujourd’hui les entreprises en choississant ce carburant (80% de la TVA est récupérée sur un plein de diesel), l’article du Figaro Magazine donne des clés de compréhension d’un marché bien particulier qui ne cesse de croître et qui doit aujourd’hui se réinventer : celui des véhicules d’entreprise. Ceux-ci représentent aujourd’hui près de 23% des véhicules immatriculés sur le territoire français.

MTG carte de visite
Plus que les ventes, d’autres solutions de mobilité séduisent aujourd’hui cette nouvelle clientèle : la location longue durée (LLD), qui est désormais adoptée en masse par les PME et les TPE pour sa gestion facilitée et ses gains économiques, mais également le covoiturage et l’autopartage. Ces deux pratiques collaboratives gagnent progressivement du terrain, avec des acteurs comme Mobility Tech Green, qui montre son expertise en collaborant notamment avec le groupe La Poste.

Des nouvelles pratiques qui s’inscrivent dans une démarche visant une fois de plus à réduire l’empreinte environnementale de flottes de véhicules très importantes. Malgré cette volonté, on constate pourtant que les véhicules électriques tardent à s’imposer, en ne représentant que 1,15% des achats selon l’Observatoire du véhicule d’entreprise, en partie à cause de la durée limitée de l’autonomie de batterie et du temps de recharge important.

« L’annonce par l’exécutif d’une accélération de la convergence de la fiscalité de l’essence et du diesel va t-elle modifier la structure du marché sociétés » ? Une question qui se pose, alors que le diesel représente encore aujourd’hui la solution la plus économique pour les entreprises.

2. La Poste veut devenir le leader de la mobilité, Le Figaro – 8 Novembre 2016

Cet article met l’accent sur la volonté de La Poste de devenir le leader de la mobilité en France d’ici 2020, avec 20% des parts de marché, en proposant son expertise en matière de pilotage de flotte automobiles avec Bemobi. Cette nouvelle marque, offrant des prestations en conseil, gestion et formation, s’accompagne de nouvelles solutions en co-voiturage et en autopartage, réalisées en collaboration avec WayzUp et Mobility Tech Green. Un moyen de libérer des places de parkings en réduisant la flotte et par extension le budget de transport, tout en proposant aux employés une mobilité alternative, plus conviviale et moins fatiguante au quotidien.

3. Auto-partage : la révolution, Le Figaro Plus – 8 Novembre 2016

Un article abordant le succès grandissant de l’autopartage à travers le nombre de véhicules mais aussi le dynamisme des prestataires de services dédiés, en citant comme « l’un des pionniers de ce marché, Mobility Tech Green [qui] annonce avoir déployé une flotte de 1500 véhicules ».

Un nouveau rapport à l’usage des véhicules auquel les constructeurs automobiles eux-mêmes s’intéressent vivement. Ils investissent désormais le marché des services de mobilité. « Nous sommes en train de passer de la notion de propriété à celle d’expérience » affirme Carlos Tavares, président du directoire de PSA.

Articles du même sujet

27
Sep

Mobility Tech Green accélère sur le marché de l’autopartage avec Bemobi, nouvelle marque du Groupe La Poste

Mobility Tech Green, leader européen de l’autopartage B2B avec plus de 1,500 véhicules équipés dans les entreprises et 30,000 utilisateurs de sa solution, a signé mardi 20 septembre un partenariat national avec Bemobi du Groupe La Poste.

En effet, c’est au cours de la conférence de presse du 20 septembre que le Groupe La Poste a annoncé notre partenariat. Constitué de 2 éléments, le partenariat consiste à intégrer notre offre e-Colibri dans leur catalogue de produits commercialisés sous la marque Bemobi. Ainsi, parmi l’offre de Bemobi, La Poste commercialisera sur le territoire notre solution d’autopartage auprès des entreprises et des collectivités.

bemobi la poste

Le second élément étant la mise en place pour La Poste d’un service d’autopartage en interne à « grande échelle ». Le déploiement sera lancé très prochainement sur le site du nouveau siège du groupe « Le Village La Poste » qui regroupe 3,000 salariés à Issy-les-Moulineaux.

Pascal Roux, CEO de la société, commente ce très beau partenariat : « L’intégration d’e-Colibri® au sein de Bemobi va nous permettre d’accélérer la commercialisation de notre solution à grande échelle. Plus globalement, notre partenariat n’est autre que le signe des enjeux importants liés à la mobilité de demain dont l’autopartage fait clairement partie ». 

Véritable tournant pour le marché européen de la mobilité d’entreprise, nous sommes fiers de vous annoncer cette nouvelle étape !

dossier de presse Bemobi

Articles du même sujet

18
Juil

Quelle place pour l’automobile et l’autopartage dans nos métropoles ?

La décision de la mairie de Paris d’interdire à partir du 1er juillet la circulation des véhicules immatriculés avant le 1er janvier 1997 dans la capitale afin du lutter contre la pollution relance le débat de la place de la voiture individuelle au sein de la mobilité urbaine présente et future.

Pour anticiper les nombreuses questions et réclamations des usagers la Mairie de Paris a commandé une enquête auprès de plus de 1000 conducteurs traversant l’hyper-centre de la métropole.

83132

Les résultats démontrent que l’usage des voitures individuelles n’est souvent pas optimal et donc mène à une pollution croissante en plus d’un engorgement des voies de circulation.

83141

Usages individualisés, trajets très courts : la pression monte donc sur la voiture individuelle en ville, où il existe en plus des nombreux transports en commun (métro, bus, tram…) des moyens de mobilité alternative comme le covoiturage ou l’autopartage.

83138

Car oui, il ne faut pas interdire la circulation des véhicules les plus polluants sans réfléchir à des solutions de remplacement bénéfiques aussi bien pour les habitants pour l’environnement.

Un recul de la voiture dans le paysage urbain

2011338_0211084008772_web_teteParis n’est pas la première ville à amorcer des décisions en faveur d’une gestion plus régulée et raisonnée de la circulation dans les centres-villes : Londres avec son péage urbain depuis 2003 ainsi que ses voies dédiées aux vélos. Les deux-roues sont également à l’honneur à Copenhague avec pas moins de 497 km de pistes cyclables.

Les diverses restrictions de circulation ainsi que la remise en cause du parking et l’essor des nouvelles formes de mobilité comme l’autopartage transforment inexorablement nos paysages urbains.

« Pour avoir des villes plus agréables et améliorer la qualité de l’air, il faut partager davantage les véhicules et les rendre le plus propres possible », soutient Joseph Beretta, le président de l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique dans un article pour Les échos.

On envisage que d’ici à 2050 près de 70% de la population mondiale vivra dans les villes : il est donc urgent de se questionner, de proposer de nouveaux modes d’utilisation de la voiture avec un meilleur taux d’utilisation.

Et dans cette perspective de changement les constructeurs ont un rôle important à jouer afin de regagner du terrain dans nos espaces urbains. Fini la simple vente : place aux usages, aux services connectés et multimodaux pour nous simplifier la vie, qu’elle soit collective ou individuelle.

– Laura Didelot
Photo de couverture : BMW i 3

Articles du même sujet

14
Juin

Baromètre des flottes OVE 2016 : un bilan positif pour l’autopartage

Le 11 mai dernier l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise a présenté son Baromètre des Flottes réalisé en partenariat avec l’institut CSA. L’occasion de présenter et de mieux comprendre les besoins des gestionnaires de parcs, aussi bien en France qu’en Europe, concernant diverses thématiques.

Cette étude, conduite en Europe auprès de 2369 entreprises possédant une flotte de plus de 10 véhicules, a ainsi permis de tirer plusieurs enseignements importants à prendre en compte dans la gestion de parc.

1. Les gestionnaires de parcs français sont moins confiants que les Européens quant à la croissance de leur activité

ove1

Bien que les sociétés françaises pensent à 29% que la taille de leurs parcs va croître plutôt que baisser (16%) cela reste moins optimiste qu’à l’échelle européenne : 30% des entreprises européennes prévoient ainsi une hausse de leur parc contre seulement 9% tablant sur l’inverse.

2. Les gestionnaires de parcs misent sur une évolution du mix énergétique dans les cinq prochaines années, au détriment du diesel et au profit des énergies renouvelables

Les entreprises françaises anticipent une forte baisse de points de la part du diesel au sein de leurs flottes, passant de 96% à 84%. Et plus la flotte est de taille importante, plus la baisse sera notable, allant jusqu’à une perte de 17 points. La France, avec également la Belgique, sera un des pays où le recul du diesel se fera le plus important dans les années à venir.

ove2

La recherche d’une réduction de la consommation de carburant pousse ainsi les entreprise française à s’intéresser aux motorisations alternatives : ainsi 36% ont déjà intégré dans leurs flottes des véhicules électriques, hybrides, hybrides rechargeables, ou encore fonctionnant à l’hydrogène ou au GPL/GNV. Et pas moins de 56% prévoient de faire ce changement dans les années à venir. La France se place ainsi à la quatrième place au niveau européen en termes d’utilisation de ces motorisations alternatives, avec un attrait particulier pour l’hybride (47%) et l’électrique (38%).

3. La France est en retard en matière de télématique par rapport aux autres pays européens

ove3

Seulement 23% des entreprises français utilisent des solutions de télématique au sein de leur parc automobile, soit dix points en moins que la moyenne européenne. L’un des principaux attraits de ces solutions est la réduction de coût d’utilisation des flottes qu’elles engendrent, en permettant de gérer au mieux la consommation de carburant, les frais de maintenance ainsi que la sécurité des conducteurs. Il n’est donc pas étonnant que l’intérêt des gestionnaires français pour ce type de services soit élevé, malgré le fait que la mise en place reste encore à être effectuée. Fait intéressant : en 2013, ce type de technologie était beaucoup plus utilisée afin de localiser les véhicules plutôt que de diminuer les coûts de gestion de flotte.

ove5 ove6

4. Les Français plus enclins à utiliser des voitures autonomes

Alors que l’accès à des véhicules autonomes sera facilité dans un avenir proche, les employés français sont particulièrement nombreux à accepter d’utiliser ce type de voiture si disponible : les interrogés en France sont d’accord à 57% contre 44% au niveau Européen.

5.  L’autopartage en entreprise devrait encore se développer

ove4

Bien que les gestionnaires de parcs français soient particulièrement nombreux (43% contre 31% pour la moyenne européenne) à penser que l’autopartage s’étendra dans les années à venir, les salariés restent encore frileux quant à ce choix de mobilité partagée et alternative. L’étude constate que seulement 5% des salariés se disent prêts à renoncer à leur véhicule de fonction pour une solution d’autopartage. Les gestionnaires parient donc sur les jeunes générations afin de permettre une adoption plus importante de l’autopartage, aussi bien en France (52%) qu’à l’échelle de l’Europe (42%).

ove7– Laura Didelot

 

 

Articles du même sujet

02
Juin

L’autopartage gagne du terrain

Le cabinet d’études Navigant Research prévoit d’ici 2024 une multiplication par six du revenu global généré par le marché de l’autopartage. Quelles sont les sources et les raisons de cette accélération à venir ?

Une accélération impressionnante

Tandis que les services d’autopartage se sont développés durant les quinze dernières années, on ne peut que constater la mutation que ce marché connaît en ce moment.

En 2014, ce moyen de mobilité s’est implanté sur cinq continents, dans pas moins de trente pays et de centaines de villes. Il est aujourd’hui un acteur important des réflexions autour de la mobilité urbaine et de l’avenir du transport, qu’il soit d’ordre privé ou public, grâce à sa flexibilité et son caractère multi-modal profondément ancré dans l’ère du temps.

Navigant Research anticipe donc que le revenu produit par ce domaine d’activité devrait passer de 1.1 milliard en 2015 à 6.5 milliards en 2024, soit une multiplication par 6. Parmi les raisons de cette croissance inouïe on peut citer le succès des offres « one-way » qui séduisent par une restitution plus facile du véhicule. Une autre donnée importante est la baisse d’intérêt, notamment des jeunes générations, pour la propriété d’un véhicule personnel dont l’entretien est souvent trop coûteux.

carsharing

Néanmoins, les constructeurs automobiles auront leurs cartes à jouer dans la construction de ce marché global de l’autopartage, et ils ont d’ailleurs déjà commencé. La preuve avec les programmes Car2Go de Daimler ou encore Maven lancé il y a quelques mois par General Motors. En mettant en avant leurs technologies, concernant notamment les véhicules électriques, ils pourront ainsi trouver leur place au sein de cette mouvance qui atteint aujourd’hui de nouveaux marchés.

Un regard vers l’Asie : les exemples de la Chine et de la Corée du Sud

Après des années de croissance à double chiffre, le marché de l’automobile chinois, le plus grand au monde, semble enfin ralentir. Une conséquence de la décélération global de l’économie, oui, mais aussi le résultat d’un changement de comportements et d’attitudes des consommateurs envers le bien automobile. C’est ce que démontre une étude publiée en avril dernier par McKinsey. Ainsi, près de la moitié des interrogés considèrent leur véhicule comme une nécessité et non plus comme un signe de statut social.

autochine

L’achat d’une voiture devient donc une option parmi plusieurs moyens de mobilité. Et les services de mobilité connectée connaissent également un succès grandissant. Ces derniers pourraient ainsi réduire de 4 millions les ventes de véhicules privés d’ici 2030, chiffre pouvant être contrebalancé par l’achat de 2 millions de véhicules partagés.

885d25eb

Autopartage en Chine

En Corée du Sud, le marché de l’autopartage s’est également fortement développé durant ces dernières années. Cette évolution rapide est due en partie à l’usage généralisé des smartphone couplé aux nouveaux usages des jeunes en matière de mobilité. La hausse des coûts de motorisation est un élément déclencheur : selon une étude du Seoul Institute, 85,5% des utilisateurs ont entre 20 et 40 ans. Des usagers majoritairement urbains et aisés, cherchant de nouveaux moyens de se déplacer au sein d’une ville particulièrement dense.

Entre 2012 et 2015, le nombre d’utilisateurs de services d’autopartage est passé de 70 000 à 3 millions ! Le marché coréen pèse aujourd’hui 90 milliards de wons (68 millions d’euros) contre 4 milliards (3 millions d’euros) en 2012. Les deux acteurs principaux de ce marché en pleine expansion sont Socar et Green Car. Mais il n’est nul doute que le fort potentiel de croissance du secteur va attirer d’autres groupes industriels et constructeurs : Hyundai a d’ores et déjà exprimé son envie de se lancer dans le secteur avec des véhicules hybrides et électriques.

– Laura Didelot

Articles du même sujet