Tag: autopartage

16
Mai

Enquête nationale sur l’autopartage en France : 6t présente son édition 2016

Après une première édition de l’Enquête Nationale sur l’Autopartage menée en 2012 auprès de 2090 usagers, le bureau d’études 6t revient quatre ans après avec une toute nouvelle édition, réalisée avec le soutien de l’ADEME. Une manière pertinente de constater les évolutions du rôle de l’autopartage dans la mobilité urbaine et de ses usages au quotidien.


Principalement axée sur l’autopartage en boucle, cette enquête a été alimentée grâce à 4 études quantitatives menées sur internet auprès d’utilisateurs et gestionnaires de flottes de véhicules d’entreprises ou de collectivités et une étude qualitative en entretien direct avec 25 usagers et anciens usagers de services d’autopartage, afin de mieux cerner l’intégration de ce mode de mobilité et les impacts observés sur les déplacements au quotidien.


L’autopartage au cœur de plusieurs parcours de mobilité


Au fil de cette étude, 6t a pu déterminé quatre parcours principaux qui mènent à l’usage de l’autopartage  :

  • L’autopartage comme cause de démotorisation qui, complété par d’autres modes de mobilité alternative, remplace progressivement l’usage de la voiture personnelle.
  • L’autopartage comme conséquence de la démotorisation, qui relève de la décision de changer ses habitudes et de se passer d’une voiture individuelle. Cette catégorie et la précédente représentent 54% des usagers interrogés
  • L’autopartage comme alternative à l’achat d’un véhicule (21%)
  • L’autopartage comme moyen d’accès à l’automobilité (22%)

En 2016, une voiture en autopartage remplace ainsi 5 voitures personnelles et libère 4 places de stationnement.

Enquête nationale sur l'autopartage édition 2016 - 6t

Enquête nationale sur l’autopartage édition 2016 – 6t


Des axes de réflexion pour ouvrir l’autopartage à de nouveaux publics et garantir le succès d’un service


Malgré cette diversité de parcours constatée, le profil de l’usager des services d’autopartage reste aujourd’hui encore assez uniforme, comme le montre le schéma ci-dessous réalisé par 6t dans le cadre de son étude.

Enquête nationale sur l'autopartage édition 2016 - 6t

Enquête nationale sur l’autopartage édition 2016 – 6t

Miser sur une communication plus large

L’usager type d’un service d’autopartage est donc fortement diplômé, d’un âge moyen et bénéficiant d’une situation financière aisée.

L’autopartage, n’étant pas assez mis en avant dans les médias, doit encore trouver un axe de communication efficace afin toucher des profils socioéconomiques plus variés et moins favorisés. Ces derniers, comme les jeunes conducteurs ou les familles nombreuses, peuvent être en effet très intéressés par cette alternative à la propriété d’une voiture individuelle qui est aujourd’hui une source importante de dépenses pour un foyer. Il faut également s’intéresser au public que sont les entreprises et collectivités, aux usages différents mais complémentaires.

Rendre attractif le système d’autopartage

6T propose en dernier lieu différentes clés de compréhension pour garantir le succès d’un système d’autopartage. D’une part, l’implantation du réseau de stations est primordiale, en privilégiant toujours la proximité du service. L’accès au service doit être simplifié afin de rendre le parcours usager le plus agréable possible (inscription sur internet, accès au véhicule via smartphone, abonnement sans engagement…) et doit proposer si possible plusieurs types de véhicules (hybrides, électriques, utilitaire…) pour répondre à toutes les attentes.

Les collectivités ont un rôle à jouer dans cette volonté de démocratisation de l’autopartage, notamment en matière d’aménagement de l’espace public. L’axe majeur de réflexion est en effet la création d’un réseau de stations plus nombreuses et visibles, agissant comme de véritables supports de communication auprès de potentiels usagers du service et mises en avant grâce à une communication institutionnelle plus développée et un soutien financier.


Grâce à ces deux études, celle de 2012 et celle de 2016, 6t nous offre un état des lieux des évolutions d’ores et déjà constatées dans l’usage de l’autopartage mais également un regard sur le futur de ce service de mobilité qui peut à terme, avec le soutien des pouvoirs publics, s’inscrire dans un urbanisme plus maîtrisé et durable. 

enquete_autopartage_6t

Articles du même sujet

24
Avr

Les déplacements urbains à l’heure des nouveaux services de mobilité

Dans sa dernière enquête réalisée en partenariat avec BIPE sur la Mobilité Mondiale Kantar TNS démontre en quoi l’émergence de nouvelles technologies et de services innovants ont profondément transformé notre rapport aux déplacements quotidiens. 


On apprend ainsi que près de 75% des 24.000 personnes interrogées à travers le monde et vivant en zones urbaines utilisent des applications sur smartphone afin d’organiser au mieux leurs déplacements. Loin de se limiter à une simple aide de navigation, ces applications mobiles proposent aujourd’hui un ensemble de services. D’une simple pression sur un écran on peut ainsi limiter son coût de mobilité, éviter les embouteillages mais aussi réserver un taxi, un véhicule en co-voiturage ou autopartage en quelques secondes.


Une mutation de la mobilité urbaine


Ces nouveaux usages ont des conséquences directes sur l’utilisation de véhicules individuels : 27% des personnes interrogées admettent ainsi moins conduire qu’ils ne le faisaient seulement six mois avant. Ces chiffres atteignent par exemple 34% à Paris ou encore 43% à Mumbai. Pour les personnes ne détenant pas de véhicules personnels, la propriété représente une dépense et une véritable contrainte. La représentation symbolique de la possession d’un véhicule en tant que facteur de réussite sociale s’affaiblit ainsi de plus en plus.

Les embouteillages représentent également une véritable barrière à l’usage d’un véhicule individuel  : pour 40% des personnes interrogées à New York cela est la première raison de ne pas posséder une voiture. Le paiement «  à la course  » directement via smartphone a notamment poussé 22% des interrogés à faire des services de mobilité partagée (co-voiturage, autopartage, vélopartage…) leur mode principal de transport.

Rémy Pothet, Partner au BIPE, indique « l’avènement des nouvelles technologies a permis une ouverture à de nouveaux services de mobilité. En Europe par exemple, le recours au co-voiturage est passé de 22% à 29% entre 2013 et 2016, pendant que l’auto-partage progressait de 4% à 7%. Sur la base de notre expertise de prévision en matière de mobilité, nous pensons que l’expansion des flottes de voitures à la demande va permettre une baisse importante du coût de ces services. Cela va contribuer à accentuer la mobilité des individus, à mesure que les tarifs baisseront. Nous pensons que l’avènement de la voiture autonome accentuera encore cette tendance ».

Ainsi les modes de mobilité alternatifs ont de beaux jours devant eux, se présentant comme une réponse aux enjeux de l’urbanisme urbain et de nos nouveaux usages numériques, tout en se révélant être plus économiques et écologiques.

Articles du même sujet

20
Avr

Smart City : pour une nouvelle mobilité en ville

Selon le dernier rapport de Navigant Research, Smart City Tracker 1Q17, examinant l’état du développement global des smart cities à travers le monde pas moins de 252 projets existent à l’heure actuelle, répartis sur 178 villes.


La Smart City : une utopie qui devient réalité


Ces différentes initiatives résultent de partenariats à la fois entre le gouvernement, les pouvoirs locaux ainsi que différents acteurs du domaine des technologies et des services afin d’augmenter l’activité économique d’une ville tout en améliorant la qualité de vie de ses habitants.

Selon Christina Chung, analyste chez Navigant Research « les villes vont aujourd’hui plus loin que la simple publication des données en open data du gouvernement afin d’exploiter une large gamme de sources de données et mettre en place des plateformes pour partager l’information et encourager l’analyse». Toutes ces quantités de données sont précieuses pour améliorer les services publics, dont les transports, mais doivent être utiliser de manière cohérente afin de délivrer tout leur potentiel. Ces enjeux de gestion sont fondamentaux pour fonder un projet de smart city à la fois fonctionnel et agréable à vivre.

Brave new urban world – vision of the city of the future; | © LAVA/Fraunhofer IAO

Le marché global des smart cities, à travers les solutions et services proposés, pèse aujourd’hui 40 milliards de dollars et devrait s’élever à 97,8 milliards d’ici 2026 ! En tant que réflexion autour de la ville du futur, la smart city met en place des initiatives en matière d’énergie, de construction ou encore de gestion urbaine. Mais l’un des grands chantiers, qui a déjà débuté, est celui des transports (18% des 252 projets observés dans le rapport) : comment nous déplacerons-nous dans cette ville qui remet l’humain au cœur de son projet de vie grâce à la technologie  ?


Des initiatives pour améliorer la mobilité urbaine


Des rapports actuels estiment que 70% à 75% de l’humanité vivra en ville en 2050 et que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) calcule que la pollution causerait plusieurs millions de décès chaque année. Les transports est l’une des causes principales de pollution atmosphérique dans nos villes, propulsée en parallèle par l’explosion du e-commerce et de toute sa logistique.

gare-pont-de-bondy-concours-big-silvio-darscia

Gare du pont de Bondy (Grand Paris Express) – Silvio Darscia

Dans les grandes villes, les choses s’organisent donc pour renforcer le maillage du transport public et participer à la décongestion des grands axes, principaux générateurs de pollution. Plusieurs solutions, répondant à différents enjeux, apparaissent progressivement et se concrétisent à travers des expérimentations.

Des navettes autonomes pour les petits trajets
navette_ratp

La navette autonome reliant la gare de Lyon à la gare d’Austerlitz – RATP

On pense par exemple à la mise en place de navettes autonomes à Paris entre les gares de Lyon et d’Austerlitz afin de répondre à des demandes de mobilité peu satisfaites aujourd’hui. Parmi elles, le déplacement sur les premiers et derniers kilomètres d’un trajet par exemple. Ce type de navettes a également été testé à Issy-les-Moulineaux dans le cadre du chantier Grand Paris Express, afin de répondre aux contraintes entrainées par les travaux sur la mobilité des habitants d’Île-de-France.

Laisser sa voiture au garage : un bon point !

Dans la même optique de facilitation de la circulation autour des chantiers du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris (SGP), en partenariat avec l’entreprise d’ingénierie Egis, a décidé d’importer le concept de «  péage positif  » depuis les Pays-Bas. Celui-ci récompense tout conducteur n’empruntant pas son véhicule durant les heures de pointe, grâce à un petit boitier apposé sur leur véhicule : les points collectés sont ensuite convertis en versement en euros.

Le système de « péage positif » avec la solution proposée par Egis

L’expérimentation sera portée durant deux mois sur un échantillon de 100 à 150 automobilistes. Notamment testée à Rotterdam en 2010, elle avait eu des résultats très positifs, avec 85% des automobilistes ayant conservés leurs nouvelles habitudes de mobilité même sans étant rémunérés par la suite.

Encourager de nouvelles habitudes

Ce qui ressort de tous ces exemples c’est également la volonté de changer progressivement les mentalités et habitudes de déplacement, face à des enjeux d’ordre économique et climatique. Pour réduire la dépendance de la population à l’automobile individuelle, tous s’y mettent. Depuis quelques années ce sont également les promoteurs immobiliers qui encouragent de nouveaux usages de la voiture, en remettant en cause le principe même du parking en ville. Quant aux collectivités, elles s’intéressent de plus en plus à la mobilité partagée, et notamment à la mise en place d’un système d’autopartage.

Articles du même sujet

19
Avr

Webinar dédié au Pro / Perso : un ROI garanti pour l’autopartage B2B

Notre prochain Webinar présentera les nombreux avantages de la mise en place d’une offre pro/perso afin de garantir l’augmentation du taux d’usage de votre flotte tout en améliorant la mobilité de vos collaborateurs au quotidien.


Lors de cette conférence en ligne vous découvrirez comment :

  • Voir en quoi l’autopartage professionnel permet la réduction des coûts de votre flotte automobile
  • Organiser votre réflexion autour du Pro / Perso
  • Visualiser les retours de nos clients et partenaires
  • Obtenir le meilleur retour sur investissement possible

Les atouts de l’offre pro/perso


Offrir la possibilité aux employés d’utiliser des véhicules de l’entreprise en dehors des heures de travail permet d’atteindre entre 20% et 40% des frais de location par mois du véhicule. D’autres bénéfices se dessinent en parallèle : un service innovant et pratique pour les salariés, un CTP (coût total de possession) diminué, une gestion de parc optimisée et enfin une réduction de l’empreinte carbone.

L’idée d’étendre désormais un service d’autopartage professionnel, à des déplacements privés de ses salariés le soir et week-end, moyennant bien sûr une certaine contribution financière, découle de deux faits bien concrets. D’une part, la volonté d’Orange de mettre l’humain au coeur de l’entreprise et par conséquent pouvoir proposer des services innovants à ses salariés. D’autre part, le fait qu’un certain nombre de véhicules peuvent être sous-kilométrés. […] Faire rouler plus les véhicules permet de se rapprocher de la loi de roulage contractuelle.

Patrick Martinoli, Responsable projets et innovations Orange 

 

Une séance de questions / réponses sera organisée à la fin de la conférence afin que vous puissiez poser vos questions aux bons interlocuteurs.


Rendez-vous donc le jeudi 01/06/2017 à 10h !

Articles du même sujet

16
Mar

Mobility Tech Green aux Rencontres Flotauto 2017

Mobility Tech Green vous a donné rendez-vous le 9 mars dernier aux Rencontres Flotauto, organisées par le magazine Flottes Automobiles pour la sixième année. Retour sur cette édition riche en découvertes et en rencontres ! 


Présente sur le stand numéro 212, l’équipe commerciale et marketing de Mobility Tech Green a pu présenté la solution e-Colibri mais également notre dernière offre Who Drives à des visiteurs à la recherche de solutions de mobilité innovantes pour leurs entreprises.

Ce salon est également l’opportunité de retrouver nos clients et partenaires dans une ambiance conviviale afin d’échanger sur l’état actuel et les évolutions possibles de leur service d’autopartage.

Nous vous proposons un retour en images sur ce rendez-vous, avec un aperçu de l’ambiance du salon, de notre stand ainsi que plusieurs témoignages recueillis auprès de nos partenaires tels que Bemobi, Assystem, Orange ou Gac Technology.

Articles du même sujet

03
Fév

Découvrez le livre blanc Mobility Tech Green

Mobility Tech Green vous présente son livre blanc, désormais accessible en ligne ! Retrouvez toutes les informations sur les tendances de l’autopartage B2B, à travers un regard objectif sur le marché et son évolution à venir, afin de déterminer la manière la plus adaptée pour l’implémenter dans votre entreprise. Suivez le guide.


 

 Les 7 points clés

De la définition même du terme autopartage B2B à des études de cas précises, ce livre blanc vous donne toutes les clés en main pour déterminer quel sera votre autopartage.

Définition et enjeux de l’autopartage B2B

Qu’est-ce que l’autopartage  ? Très simplement c’est un système dans lequel un groupe d’individus ayant souscrit un abonnement utilisent un parc de véhicules accessibles en libre service. Exit le véhicule de fonction personnel et bonjour la voiture à la demande  ! Cela résulte en un partage plus équilibré des frais d’entretien ainsi qu’une meilleure fluidité sur les trajets. Parmi les utilisateurs, les entreprises sont particulièrement intéressées aussi bien par la réduction du CTP (Coût Total de Possession) de leur flotte que par la gestion optimisée de leurs véhicules grâce aux nouvelles technologies.

Les chiffres clés

12 millions de membres à travers le monde d’ici 2020  : un chiffre qui donné une idée du dynamisme du marché de l’autopartage, qui devrait connaître une croissance fulgurante de près de 40% par an durant les prochaines années. Déjà très utilisé aux Etats-Unis et dans les pays de l’est depuis plusieurs décennies, c’est aujourd’hui le marché européen qui est en plein essor. Le nombre d’entreprises européennes ayant un service d’autopartage interne devrait passer de 200 en 2013 à 4000 d’ici 2020, soit d’à peu près 2000 véhicules à plus de 100 000.

Un atout quadruple bénéfice

L’autopartage pour entreprises et collectivités représente une véritable réponse à plusieurs enjeux :

  1. Des économies significatives sur le budget flotte automobile.
  2. Une amélioration de l’accessibilité aux services de mobilité grâce à des véhicules en libre-service.
  3. Une utilisation double des véhicules d’entreprises grâce à la mise en place d’une formule pro/perso offrant la possibilité de louer les véhicules le soir et le week-end.
  4. Une participation à la réduction de l’empreinte carbone de son entreprise dans le cadre d’une politique RSE.

Une approche multimodale à interface unique

Alors que les parcs automobiles sont de plus en plus importants, les outils de gestion papiers ou numériques ne suffisent plus à assurer les besoins des responsables de flottes. Après les plate-formes logicielles spécialisées, place au multimodal  ! Le but étant de penser la mobilité d’entreprise de manière globale, en permettant aux employé.es d’utiliser différents modes de transport tout en ayant l’assurance d’être facturé via une plateforme unique.

L’espace partagé  : Quand les mobilités d’entreprises et personnelles convergent

Urbanisation et connectivité accrues ont changé notre manière d’appréhender notre mobilité personnelle au quotidien et, indirectement, notre mobilité professionnelle. Ainsi le marché B2B fait face aux mêmes problématiques que le marché B2C, avec en point principal la remise en cause de la possession de véhicules dédiés à des employés en particulier.

Quelles conséquences pour les salariés ?

Les pratiques de consommation collaborative investissent donc la sphère du travail, à travers le partage d’espaces et aujourd’hui de véhicules. Certains obstacles persistent encore, notamment une perception du service d’autopartage parfois considéré, à tort, comme contraignant. Mobility Tech Green vous invite à lire son étude réalisée en partenariat avec le LOUSTIC (Laboratoire d’observation des usages des technologies de l’information et de la communication) présente dans le Livre Blanc pour en apprendre plus sur ce sujet.

Un regard sur le futur avec la voiture autonome

Un nouveau schéma de mobilité pourrait encore changer la donne : l’autopartage de voitures autonomes. Après l’étape actuelle des véhicules connectés, c’est en effet l’autonomie qui fait rêver les constructeurs, promettant une amélioration de la sécurité sur les routes, des centre-villes moins congestionnés et une optimisation des réservations grâce à des véhicules intelligents. Tout cela participant davantage encore à l’obsolescence du véhicule personnel.


Un véhicule non partagé est à l’arrêt en moyenne 95% de son temps. Une raison de taille pour les entreprises et collectivités de se tourner vers de nouvelles solutions, apportant des bénéfices économiques, ergonomiques et écologiques.

 

Articles du même sujet

23
Jan

Mobility Tech Green présente sa calculatrice de coûts !

Envie de visualiser simplement combien d’économies votre entreprise peut réaliser sur son budget mobilité ? Mobility Tech Green vous propose dès maintenant un nouvel outil gratuit et accessible en ligne : le Cost Calculator. 


 

Qu’est-ce que le Cost Calculator ?

Vous désirez réduire le coût de votre flotte automobile tout en garantissant à vos collaborateurs la même qualité de service lors de leurs déplacements ? L’autopartage vous semble être une alternative intéressante dans le cadre de votre mobilité d’entreprise ?

Le Cost Calculator vous permet dès aujourd’hui de visualiser en seulement quelques clics la réduction de budget flotte possible grâce à l’utilisation de notre solution e-Colibri ! Rentrez seulement quelques données  générales concernant votre flotte automobile et notre calculatrice vous présente :

  • De combien votre budget déplacement peut être réduit
  • Le nouveau coût de votre budget flotte automobile avec l’autopartage
  • La visualisation simple et efficace du ROI

Articles du même sujet

03
Jan

Bilan Annuel Mobility Tech Green 2016

L’année 2016 fut celle de l’accélération pour Mobility Tech Green. De nombreux partenariats se sont noués au cours de cette année et nous nous sommes véritablement enrichis de ces fructueux échanges. Nous vous l’annoncions l’année dernière, l’autopartage devient aujourd’hui la solution de mobilité en entreprise ayant le plus fort potentiel de développement. Mobility Tech Green a su se développer en harmonie avec ce marché tant au niveau humain que technique. Aujourd’hui ce sont les 3 plus grandes flottes de France que nous équipons en autopartage.

L’année 2017 s’annonce encore plus ambitieuse, avec un développement en Europe et de nombreuses nouveautés : si 2016 vous a impressionné, attendez de voir ce que l’on vous réserve pour la suite ! Et cela commence dès le 11 janvier 2017 !

Articles du même sujet

24
Nov

Un jour de 2020 dans lequel la voiture individuelle n’existe plus

6:45. Lundi 24 Novembre 2020.

« Bonjour Didier. La température extérieure est de 8°C. Risques d’averses : 2%. Une journée ensoleillée qui n’attend plus que vous ! ». La voix familière qui annonce un réveil imminent résonne dans la chambre. Didier cherche à tâtons son téléphone et s’extirpe tant bien que mal du lit. Une pression sur l’écran et on entend déjà la cafetière s’activer dans la cuisine, tandis qu’il se dirige vers la salle de bain.

Une journée ensoleillée qui s’annonce oui, mais surtout une journée bien chargée ! Didier est commercial dans les télécoms depuis maintenant 15 ans. Ces dernières années les choses ont pas mal changé dans son travail, mais il ne s’en plaint pas, bien au contraire.

Un covoiturage domicile-travail au quotidien 

Tout en sirotant son café, il vérifie l’horaire de son co-voiturage. « Rendez-vous à 7h45 place de la Liberté ». Depuis qu’il utilise WayzUp les déplacements entre son domicile et son travail ne sont plus une source de stress : beaucoup de salariés utilisent cette plateforme à la fois pour économiser mais aussi pour une expérience plus conviviale de leurs trajets quotidiens.

wayzuptrajetDidier jette un coup d’oeil par la fenêtre avant de quitter son appartement : c’est vrai que les embouteillages sont moins denses. Il y a quelques années encore les rues en bas de son immeuble grouillaient de véhicules à l’arrêt, pestiférant les uns contre les autres. Rien d’étonnant donc que son patron encourage fortement cette initiative, notant les nombreux bénéfices pour le bien-être de ses employés.

« Bonjour, tu vas bien aujourd’hui ? ». Didier a rejoint Marc, qui est son ‘chauffeur’ pour aujourd’hui. Ils habitent à deux rues l’un de l’autre, alors rien de plus pratique qu’effectuer le trajet ensemble. Le trafic est bon, et en 15 minutes ils arrivent sur le parking des bureaux où ils travaillent tous deux.

« C’est plus le casse-tête que c’était avant pour trouver une place, hein ? » lance Marc à Didier. En effet, Didier se souvient lorsqu’il possédait encore sa voiture et qu’il pouvait tourner en rond des dizaines de minutes avant de trouver un emplacement libre. Encore quelque chose qui ne lui manque pas du tout ! Marc se gare sur une des places réservées aux covoiturages.

Un système d’autopartage de véhicules autonomes simple et efficace

En sortant du véhicule Didier croise Lucie, une de ses collègues, qui se dirige d’un pas déterminé vers le véhicule autonome qu’elle a réservé avec deux autres autres employés via le service d’autopartage. Idéal pour finaliser les présentations ensemble avant une réunion importante !

©Mercedes

©Mercedes

Une fois dans l’ascenseur, Didier observe les chiffres du compteur qui augmentent rapidement. « 12ème étage, Bureaux Icodia ». Cela fait maintenant 3 ans qu’il travaille à cet étage un peu particulier, qui a abandonné les bureaux fixes pour privilégier un espace de co-working où les postes de travail sont éphémères et où les professions se croisent de manière plus systématique.

Du coworking et du télé-travail plébiscités

Didier s’avance donc dans l’espace principal où quelques bureaux sont encore libres à cette heure matinale, les employés ayant des horaires modulables ou travaillant depuis chez eux. Le taux de salariés en teleworking n’a fait qu’augmenter ces derniers temps, séduisant aussi bien les employeurs que les employés par sa flexibilité mais aussi la réduction des trajets quotidiens entre domicile et travail.

Un coup d’oeil à son agenda numérique lui indique qu’il a un rendez-vous important à 14h avec un client potentiel. Le lieu de rencontre est à 30 minutes des bureaux et Didier a donc réservé un véhicule en autopartage afin d’avoir l’esprit tranquille : en effet une flotte est mise à disposition des employés pour effectuer leurs déplacements. Il suffit de choisir la date, le véhicule et d’appuyer sur « Réserver » ! Pas besoin de clés non plus : le smartphone est devenu l’outil de mobilité et d’ouverture par excellence.

mockupecolibriAprès avoir travaillé plusieurs heures et déjeuné dans l’espace commun, Didier se rend donc au parking dédié pour récupérer la voiture réservée et se rendre au lieu de rendez-vous. Une fois dans l’habitacle il configure en deux temps trois mouvements grâce à e-Manager le trajet le plus rapide jusqu’à sa destination, grâce à un calcul de la distances mais aussi des éléments de trafic tels que les embouteillages ou les accidents en cours.

L’autopartage : une mobilité d’entreprise généralisée

30 minutes et 35 secondes plus tard, Didier se gare, sort du véhicule et le verrouille depuis son smartphone. Son rendez-vous va durer à peu près deux heures : le véhicule a été réservé durant cette période par un autre usager parcourant une distance courte. Celui-ci ramènera le véhicule sur la place de départ avant la fin de la rencontre, afin que Didier puisse retourner comme prévu à sa destination. Un système simple et pratique développé par Mobility Tech Green qui s’appelle la boucle dans la boucle.

Ça y est, le rendez-vous de Didier est terminé, et il récupère le véhicule partagé. Il doit préparer des papiers à transmettre au client avant demain matin, et prévoit donc de travailler encore quelques heures.

manincarLe trajet se passe sans encombre, mais une fois la voiture verrouillée Didier se rend compte qu’il a oublié sa sacoche avec le dossier de son client sur le siège passager ! Pas de panique : il se rend sur l’application e-Manager et peut contacter directement un conseiller afin que celui-ci déverrouille à distance le véhicule. Ouf, on a échappé au pire !

De retour à l’espace de travail, Didier prépare ses documents, planifie l’envoie automatique pour le lendemain matin, et se rend ensuite sur le parking. Pour le retour à son domicile il a décidé d’emprunter un véhicule en autopartage avec l’offre pro/perso. Il pourra ainsi profiter du véhicule tout le week-end pour ses trajets personnels !

Enfin chez soi ! On peut dire que la journée a été productive pour Didier, mais maintenant il est grand temps de se relaxer un peu. Il a acheté il y a quelques temps le casque de réalité augmentée Hololens, et une des applications disponible propose une expérience de surf virtuel plus vrai que nature. De quoi se dépayser avant les vraies vacances au soleil !

Visite des studios Asobo - l'HoloLens en action © ASOBO

Visite des studios Asobo – l’HoloLens en action © ASOBO

MTG

Articles du même sujet

14
Nov

Mobility Tech Green dans la presse

Alors que la rentrée a été riche en évènements pour Mobility Tech Green, entre l’annonce de notre partenariat avec La Poste pour Bemobi et le prix Crisalide Numérique, nous vous proposons une revue de presse autour du dynamisme de l’autopartage aujourd’hui et de son évolution à venir.

       1. L’article L’auto-partage promis à un bel avenir publié par Les Echos s’axe sur le changement qui est en train de s’opérer au sein des entreprises qui s’intéressent de plus en plus à la mise en place d’un service d’autopartage. Tout en citant une étude de Frost & Sullivan sur le futur de cette mobilité différente, Les Echos se penche sur les acteurs en présence. D’un côté les constructeurs, qui saisissent cette nouvelle opportunité et misent sur les services de mobilité (PSA et Renault) mais également les entreprises ou start-up prestataires. Mobility Tech Green est ainsi cité dans le cadre de sa collaboration avec La Poste comme « un pionnier du marché actif depuis 2009 » qui contribue à rendre l’autopartage pour les entreprises toujours plus séduisant.

     2. L’autopartage passe la vitesse supérieure publié par Le Monde observe comment l’autopartage dépasse aujourd’hui le cercle des start-up pour toucher celui de grands acteurs de la mobilité.  Ainsi certaines start-up spécialisées dans les solutions  aux entreprises, dont Mobility Tech Green, voient aujourd’hui s’étendre leurs perspectives de marché, en résonnance avec des études récentes sur le futur de l’autopartage.

20161012145202     3. Dans Bemobi, filiale de La Poste au service des professionnels dédiée à la mobilité durable l’Avem s’intéresse plus particulièrement aux nouveaux services initiés récemment par La Poste, en matière de covoiturage pour les déplacements domicile-travail avec WayzUp, et pour l’autopartage professionnel épaulé par Mobility Tech Green.  L’article met en avant l’implication du groupe La Poste depuis maintenant dix ans dans le processus de transition énergétique, bien avant la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte et l’obligation d’établir un plan de déplacement entreprise avant le 1er janvier 2018 pour les entreprises de plus de 100 collaborateurs.

Mobility Tech Green dans la presse papier

1. Un marché toujours très dynamique, Le Figaro Magazine – 4 Novembre 2016

En abordant la volonté de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, de remettre en avant l’essence par rapport au diesel en diminuant l’avantage fiscal dont bénéficient aujourd’hui les entreprises en choississant ce carburant (80% de la TVA est récupérée sur un plein de diesel), l’article du Figaro Magazine donne des clés de compréhension d’un marché bien particulier qui ne cesse de croître et qui doit aujourd’hui se réinventer : celui des véhicules d’entreprise. Ceux-ci représentent aujourd’hui près de 23% des véhicules immatriculés sur le territoire français.

MTG carte de visite
Plus que les ventes, d’autres solutions de mobilité séduisent aujourd’hui cette nouvelle clientèle : la location longue durée (LLD), qui est désormais adoptée en masse par les PME et les TPE pour sa gestion facilitée et ses gains économiques, mais également le covoiturage et l’autopartage. Ces deux pratiques collaboratives gagnent progressivement du terrain, avec des acteurs comme Mobility Tech Green, qui montre son expertise en collaborant notamment avec le groupe La Poste.

Des nouvelles pratiques qui s’inscrivent dans une démarche visant une fois de plus à réduire l’empreinte environnementale de flottes de véhicules très importantes. Malgré cette volonté, on constate pourtant que les véhicules électriques tardent à s’imposer, en ne représentant que 1,15% des achats selon l’Observatoire du véhicule d’entreprise, en partie à cause de la durée limitée de l’autonomie de batterie et du temps de recharge important.

« L’annonce par l’exécutif d’une accélération de la convergence de la fiscalité de l’essence et du diesel va t-elle modifier la structure du marché sociétés » ? Une question qui se pose, alors que le diesel représente encore aujourd’hui la solution la plus économique pour les entreprises.

2. La Poste veut devenir le leader de la mobilité, Le Figaro – 8 Novembre 2016

Cet article met l’accent sur la volonté de La Poste de devenir le leader de la mobilité en France d’ici 2020, avec 20% des parts de marché, en proposant son expertise en matière de pilotage de flotte automobiles avec Bemobi. Cette nouvelle marque, offrant des prestations en conseil, gestion et formation, s’accompagne de nouvelles solutions en co-voiturage et en autopartage, réalisées en collaboration avec WayzUp et Mobility Tech Green. Un moyen de libérer des places de parkings en réduisant la flotte et par extension le budget de transport, tout en proposant aux employés une mobilité alternative, plus conviviale et moins fatiguante au quotidien.

3. Auto-partage : la révolution, Le Figaro Plus – 8 Novembre 2016

Un article abordant le succès grandissant de l’autopartage à travers le nombre de véhicules mais aussi le dynamisme des prestataires de services dédiés, en citant comme « l’un des pionniers de ce marché, Mobility Tech Green [qui] annonce avoir déployé une flotte de 1500 véhicules ».

Un nouveau rapport à l’usage des véhicules auquel les constructeurs automobiles eux-mêmes s’intéressent vivement. Ils investissent désormais le marché des services de mobilité. « Nous sommes en train de passer de la notion de propriété à celle d’expérience » affirme Carlos Tavares, président du directoire de PSA.

Articles du même sujet