webleads-tracker

Obligatoires depuis le 1er Octobre 2018 à Rennes en cas de pic de pollution, les vignettes Crit’air imposent une circulation différenciée dans la ville intra-rocade. Une mesure qui concerne bien entendu les particuliers dans leurs déplacements quotidiens mais également les flottes d’entreprises. Focus sur les impacts sur la mobilité professionnelle locale.

Comment s’applique la mesure à Rennes ?

Crit’Air : les 6 classes environnementales

Afin de définir les véhicules autorisés à la circulation, 6 classes environnementales ont été établies par le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

Catégories vignettes crit'air
Déroulé pic pollution

En complément, les véhicules électriques bénéficient d’une vignette verte « Zéro Émissions ».

Déploiement de la mesure en cas de pic de pollution

La mesure s’applique dès le 4ème jour du pic de pollution : c’est à partir de ce moment que la vignette devient obligatoire pour pouvoir circuler entre 7h et 20h. Les véhicules trop polluants ou trop vieux (immatriculés avant 1997)  et ne pouvant prétendre à une vignette seront exclus de fait de la circulation. Cela représente 11% des véhicules au niveau de la métropole rennaise intra-rocade, produisant à eux seuls 20% des émissions de dioxyde d’azote et 21,5% des émissions de particules fines selon le dossier de presse autour du dispositif publié en février 2018 par Rennes Métropole.

À partir du 6ème jour d’alerte, les catégories 4 et 5 (soit les véhicules les plus polluants) sont interdits à la circulation, même avec la vignette sur le pare-brise.

En moyenne, Rennes connaît annuellement quatre à cinq épisodes de pics de pollution durant plus de quatre jours.

ZPA Rennes

Dans quelle zone de Rennes Métropole ?

Cette mesure préventive est applicable dans Rennes intra-rocade. La rocade n’est donc pas concernée, mais attention : sur les axes où la vitesse est limitée à 110km/h ou 130km/h celle-ci sera réduite de 20km/h afin de prendre en compte l’alerte pollution. La circulation entre les communes de la métropole rennaise ainsi que dans le reste du département Ille-et-Vilaine est donc moins impactée.

Existe t-il des dérogations particulières ?

Toutes les typologies de véhicules sont concernées par l’application des vignettes Crit’air : aussi bien les voitures que les poids-lourds ou encore les deux-roues. Néanmoins, les véhicules de service de santé et d’urgence bénéficient de dérogations afin de pouvoir continuer leur activité durant les pics de pollution, tout comme d’autres véhicules du service public (police, éboueurs…).

Les transports en commun pourront également circuler normalement, tout comme les véhicules professionnels nécessitant des déplacements obligatoires (type livreurs, déménageurs ou taxis). Certaines zones d’activités sont également exclues.

Fait intéressant pour les particuliers : les covoitureurs pourront circuler normalement en cas de pic de pollution. On considère un véhicule en covoiturage lorsque le véhicule transporte deux passagers en plus du conducteur. Plusieurs plateformes de mise en relation existent au niveau local, comme Ouestgo ou Covoit’STAR.

Quelles sanctions en cas de non respect des conditions de circulation ?

Un automobiliste circulant durant un pic de pollution avec un véhicule non autorisé est sujet à une amende de 68€. Ce montant s’élève à 135€ pour les poids lourds et les cars.

La métropole rennaise propose t-elle des alternatives durant ces pics de pollution ?

Particulièrement active sur la promotion des mobilités alternatives à la voiture individuelle, Rennes Métropole a mis en place plusieurs initiatives pour garantir la mobilité des citoyens durant les épisodes de pollution. Parmi elles, l’instauration du « Pass Qualité Air » est particulièrement intéressante. Ce pass est un titre de transport valable toute la journée pour le métro et les bus circulant dans l’agglomération pour un tarif de 1,50 euros au lieu de 4,10 euros.

De plus, les parcs relais de Kennedy, Villejean, Henri Fréville et la Poterie seront accessibles depuis la rocade afin de faciliter l’accès aux transports en commun pour les résidents de la métropole. De quoi inciter à la multimodalité sur le territoire !

Crit’air : et pour les entreprises ?

Flotte d'entreprise

Les vignettes Crit’air dans une flotte d’entreprise

Dans le cadre d’une flotte de véhicules d’entreprises, amenés à circuler dans la ZPA (Zone de Protection de l’Air), c’est au gestionnaire de parc de s’assurer que tous les véhicules sont équipés de leurs vignettes Crit’Air. En cas de non application de la vignette lors d’un contrôle se déroulant durant le pic de pollution, une contravention sera délivrée au conducteur et devra être payée par l’entreprise (détentrice légale du véhicule).

En tant que gestionnaire, vous pouvez commander vos pastilles Crit’Air de manière groupée depuis le portail dédié « Espace Flotte Entreprise » sur le site https://www.certificat-air.gouv.fr. Pratique, cet espace donne accès à un simulateur permettant de connaître en quelques clics seulement la classe environnementale de tous les véhicules composant une flotte d’entreprise.

Où poser la vignette Crit’Air ?

Celle-ci doit être collée depuis l’intérieur du véhicule dans le coin inférieur droit du pare-brise. Si les employés disposent d’un véhicule de fonction individuelle, des consignes devront leur être communiquées afin de réaliser cette application.

En cas de pool de véhicules partagés, par exemple avec un service d’autopartage, c’est au gestionnaire de s’assurer de la pose effective des vignettes.

Vignette crit'air pare-brise

Pour l’adoption de véhicules plus propres dans les flottes d’entreprises

Au niveau des flottes de véhicules d’entreprises, la mesure vise à accélérer le renouvellement du parc professionnel vers des modèles moins polluants. Pour garantir une circulation de leurs véhicules lors de pics de pollution, les gestionnaires sont donc amenés à choisir des véhicules produisant moins d’émissions. La part de véhicules électriques ou hybrides augmentent notamment dans des flottes misant jusque là majoritairement sur des modèles diesel. Dans ce sens, les entreprises souhaitant opter pour l’achat de véhicules 100% électriques peuvent bénéficier d’un bonus écologique versé par l’État et pouvant s’élever jusqu’à 6000 euros.

Opter pour des véhicules plus propres, c’est à la fois garantir un service de mobilité optimal à vos salariés tout en réduisant l’empreinte carbone globale de votre flotte. Vous n’êtes pas certain de la pertinence de véhicules électriques au sein de votre parc ? Grâce à la mise en place d’un logiciel de gestion de flotte ou d’un service d’autopartage, vous serez à même d’analyser les habitudes de mobilité de vos employés afin d’adapter votre flotte à leurs besoins effectifs !

Conductrice voiture

Une sensibilisation des salariés au quotidien

Ce n’est pas seulement dans le cadre de pics de pollution que les collaborateurs doivent être informés sur l’impact de leurs déplacements sur l’environnement. Des stages d’éco-conduite peuvent également être organisés par l’entreprise afin de leur communiquer les bons gestes pour réduire leur empreinte carbone au quotidien.

Le déploiement d’une flotte plus propre doit ainsi se faire dans le cadre d’une stratégie de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) plus globale où chacun des employés est sensibilisé aux problématiques environnementales liées aux transports. Ainsi, vous pouvez inciter vos employés à des alternatives à la voiture individuelle en proposant un crédit de mobilité. Dans la métropole rennaise par exemple, les alternatives sont nombreuses, surtout dans la zone intra-rocade concernée par la circulation différenciée. Réseau de bus, métro, vélos en libre-service et même trottinettes électriques sont en effet là pour prendre le relais ! 

Pics de pollution : un module prédictif pour aider les entreprises

Dans le cadre la gestion d’une flotte d’entreprise, la réglementation liée aux vignettes Crit’air en cas de pic de pollution peut s’avérer être une véritable problématique. Tout d’abord, d’un point de vue logistique : en effet, certains véhicules trop vieux ou polluants sont immobilisés durant l’alerte pollution, et cela peut impacter de manière directe les déplacements des collaborateurs. Dans ce cas, le gestionnaire doit trouver une solution de remplacement rapidement.

Pour pallier à cela, Mobility Tech Green a travaillé sur un module directement intégré à sa solution d’autopartage, e-Colibri™. Celui-ci, en se basant sur un historique de données publiques, permet de prédire les pics de pollution à venir et ainsi prévenir le gestionnaire en amont. Celui-ci bénéficie alors de recommandations pour pallier à l’immobilisation éventuelle de certains véhicules de sa flotte, en basculant par exemple les réservations sur des véhicules autorisés à circuler. Il peut également rapatrier des véhicules d’un autre site afin d’assurer les déplacements des salariés malgré l’alerte pollution.

Back office e-Colibri

Pour le gestionnaire, ce module prédictif est donc un outil précieux de gain de productivité, permettant à la fois de garantir le besoin de mobilité des employés tout en limitant les pertes financières liées au non-usage des véhicules de flotte.

Pourquoi ne pas découvrir les avantages de l’autopartage pour votre gestion de flotte grâce à notre offre découverte sans engagement ?

À la une  Multimodalité en entreprise : quelles mobilités pour vos salariés ?