Tag: autopartage entre particuliers

28
Nov

La mobilité partagée à l’étude !

La période de marasme économique que nous connaissons alliée à l’augmentation de la sensibilisation à l’environnement du grand public a propulsé la mobilité partagée sur le devant de la scène. Grâce aux études de de l’Université de Berkeley en Californie : Transport Sustainability Research Center (EVRC), une série de publications récentes expose la façon dont l’économie collaborative a eu un impact significatif sur les modes de transport traditionnels. La plus récente fut le rapport semi-annuel des perspectives du marché de l’autopartage. La publication observe ainsi une croissance substantielle des deux variables principales, à savoir le nombre de véhicules partagés et le nombre d’abonnés à un service d’autopartage aux Etats-Unis. Le nombre de membres est passé de 995 926 en 2013 à 1.337.807 cette année (une hausse de 34%), tandis que le nombre de véhicules est passé de 16 811 à 19 115 (14% de hausse). Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants lorsque l’on compare les résultats avec les chiffres de 2003 : 25 640 membres et 696 véhicules !

Carsharing Outlook

Reconnaissant la nécessité d’une rencontre interprofessionnelle au sujet de l’utilisation partagée de la mobilité, l’EVRC a créé le premier sommet de l’utilisation partagée de la Mobilité en Octobre 2013. Près de 300 participants, dont des décideurs, des intervenants, des universitaires et des représentants de l’industrie se sont réunis à San Francisco pour discuter du présent et de l’avenir de services de mobilité à usage partagé. La rétrospective de ce sommet met l’emphase sur une préoccupation principale, la nécessitée et l’intégration d’une approche multimodale. D’autres défis sont également à noter tels que la question de l’équité et de l’équilibre des données ouvertes avec le respect de la vie privée des utilisateurs. Ce sommet fut aussi l’occasion d’aborder le thème de l’autopartage entre particuliers, notamment la connaissance du grand public concernant cette thématique. Basée sur l’étude réalisée en octobre dernier par l’Université de Berkeley, le constat est plutôt contrasté. En effet, du côté négatif, l’enquête révèle une faible sensibilisation à l’autopartage P2P, en particulier chez les personnes n’ayant pas accès à un véhicule privé. Moins de 50% des répondants de San Francisco et 25% des résidents d’Oakland avaient connaissance d’un service d’autopartage entre particuliers alors que respectivement 84% et 62% connaissaient un service d’autopartage public. Côté positif, il y’a un véritable intérêt pour le public à cette problématique. A ce titre, 60% des résidents de San Francisco et 75% des répondants d’Oakland n’ayant pas accès à une voiture personnelle envisagent de louer un véhicule en autopartage P2P.

P2P Carsharing

Une dernière étude de l’EVRC à propos de l’utilisation de services de transport à la demande entre particuliers et de l’industrie des taxis souligne la difficulté actuelle de statuer positivement ou négativement de ces conséquences sur les modes de transports traditionnels. Effectivement, cette étude menée à San Francisco a constaté que les services de transports à la demande entre particuliers deviennent un véritable substitut pour les longs trajets mais apparaissent comme complémentaires aux transports en commun et aux services de taxis sur les autres trajets. Cette conclusion semble donc aller à l’encontre des récentes statistiques du SFMTA qui pourrait s’expliquer notamment par la méthodologie de l’étude.

Articles du même sujet

17
Fév

Autopartage entre particuliers : Présentation et opportunités

L’autopartage entre particuliers est un principe qui consiste à louer son véhicule personnel à ses amis, voisins, collègues ou personnes intéressés par l’utilisation d’un véhicule sur une courte durée. Affilié à l’économie collaborative, il se présente comme similaire aux loueurs de véhicules traditionnels mais remplace une flotte professionnelles et dédiées par une flotte virtuelle constituée de véhicules personnels mis à disposition. Cette pratique est avantageuse pour les profils ayant une utilisation  modérée de leur automobile. Du point de vue du loueur, l’autopartage peer-to-peer permet de réduire son budget automobile en louant son véhicule lorsqu’il n’est pas utilisé. Rappelons qu’un véhicule est en moyenne à l’arrêt 90% du temps ! Cette pratique permet aussi de contribuer à la limitation des véhicules en circulation dans les centres urbains et donc de réduire la congestion et la pollution.

Beaucoup d’inquiétudes persistent néanmoins autour de l’autopartage entre particuliers. La plus récurrente étant bien sûr celle de l’assurance. En effet, un accident ou un accrochage peut très vite arriver dans le cadre d’une location d’automobile. La réponse fut apportée par la création de sites communautaires ayant pour but la location de véhicules entre particuliers. Ainsi, c’est l’assurance dudit site qui prend en charge le véhicule durant toute la durée du contrat (à condition bien entendu que l’assurance du prêteur autorise le prêt de véhicule à une tierce personne).

Quels chiffres pour ce secteur ?

comparaison_citadine_-_autopartageEn mars 2013, Carsonar a publié une étude très intéressante, faisant l’état des lieux du secteur du partage de véhicules en France. D’après cette étude, on dénombre en France 26256 véhicules en autopartage dont 90% sont des véhicules mis en location par des particuliers. Cette étude, couplée avec les données de recensement géographique de l’INSEE démontre que 54% des Français se situent à moins de 15 minutes à pieds d’un véhicule en autopartage ! Cette statistique est étonnante et démontre bien que les mobilités de demain ne seront pas seulement liées à l’innovation technologique mais bel et bien au changement de paradigme dans les logiques de transports. Enfin l’étude démontre la pertinence économique d’un système d’autopartage en comparant les coûts annuels d’une citadine sur 1 voyage/semaine. L’autopartage professionnel se veut moins cher qu’un véhicule individuel dans une limite de 4 voyages de 50 km/semaine.

Articles du même sujet