webleads-tracker

Tandis que de plus en plus de cas de COVID-19 apparaissent en France, les entreprises mettent en place des mesures afin de protéger la santé de leurs salariés. Pour beaucoup, les déplacements sont à proscrire en totalité. Mais certains salariés sont dans l’obligation de maintenir leurs déplacements. Comment alors limiter les risques de contamination ? On vous donne des éléments de réponses. 

Qu’est-ce que le coronavirus COVID-19 ?

 

Origine et développement

Le virus COVID-19, identifié pour la première fois en Chine en janvier 2020, fait donc partie de la famille des Coronavirus. Ce groupe de virus provoquent des maladies pouvant aller des rhumes saisonniers jusqu’aux syndrômes respiratoires beaucoup plus aïgues. Ce fut le cas en Chine en 2003 avec le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère). Cette nouvelle forme de coronavirus est désormais qualifiée, depuis le 11 mars 2020, de pandémie, des cas ayant été déclarés dans 110 pays à travers le monde. 

Les voies de transmission  

C’est par le biais des postillons que la maladie se transmet d’une personne à l’autre. Cela peut donc  passer par des éternuements ou une toux. Le contact avec la personne malade doit être donc assez direct (mois d’un mètre). Le contact de mains non lavées peut également favoriser la transmission (on vous donnera des alternatives à la poigne de main un peu plus loin, ne vous inquiétez pas ! 😉).  

Les symptômes 

Les symptômes ressentis suite à la contraction du virus sont assez similaires à ceux de la grippe : fièvre ou sensation de fièvre, courbatures, maux de tête, fatigue, toux et/ou essouflement. Le délai d’incubation est de 3 à 5 jours en général, mais peut parfois s’étendre jusqu’à 14 jours.

 

Les gestes simples à adopter face au Coronavirus

En cas de doute, ou si vous vivez/travaillez dans une zone considérée à risque, plusieurs recommandations ont été préconisées par le ministère des Solidarités et de la Santé afin de vous protéger ainsi que vos proches.

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • Surveiller sa température 2 fois par jour 
  • Éviter tout contact avec des personnes considérées comme fragiles (personnes âgées, malades chroniques, femmes enceintes…)
  • Éviter les grands rassemblements 

Les employeurs ont un rôle très important à avoir dans la diffusion et l’application de ces mesures de prévention.

Coronavirus : mode d’emploi en entreprise

Bien entendu, les mesures ci-dessus s’appliquent aussi dans le cadre du travail. « 25 millions de salariés et 1,3 million d’entreprises sont concernés » a rappelé le 9 mars la ministre du travail, Muriel Pénicaud.

Nous sommes ainsi très nombreux à cotôyer de manière quotidienne des collègues susceptibles d’être porteurs du virus. 

Pas de panique, mais seulement des réflexes à adopter pour continuer à travailler en toute sérénité !

En finir avec la réunionite aïgue

Le gouvernement conseille de limiter au maximum les réunions, considérées comme des rassemblements dans des lieux confinés, pouvant éventuellement favoriser la propagation du virus. Si des points doivent être maintenus (il faut bien faire avancer les projets !) de nombreux outils en ligne permettent de converser comme si on y était.

Envisager le télétravail

Ayant une obligation de santé et de sécurité de ses salariés, votre employeur peut demander à ses salariés de travailler à distance afin d’assurer la continuité de l’activité, lorsque cela est possible.Les grandes entreprises notamment envisagent cette piste avec beaucoup de sérieux. Dans les entreprises ne pouvant déployer du télétravail, des mesures d’encadrement doivent être mises en place par la direction afin de garantir la sécurité de tous. Idéalement, une personne en charge doît être désignée afin de responsabiliser les employés et être à leur écoute en cas de doutes et/ou questions.

Que faire si un cas se déclare dans mon entreprise ?

Si un salarié est déclaré contaminé, la médecine du travail ainsi que l’agence régionale de santé doit être avertie immédiatement afin de recenser avec le salarié concerné toutes les personnes ayant eu un contact avec lui au sein de l’entreprise.

En cas d’usage de véhicules partagés, quelles mesures mettre en place pour les salariés ?

Nombreuses sont les entreprises possédant une flotte de véhicules avec des voitures de fonction dédiées mais également des véhicules partagés entre employés. Cela peut passer par un système d’autopartage ou simplement par un usage mutualisé en interne. Dans le contexte d’une pandémie, il ne s’agit pas de restreindre complètement l’accès aux véhicules, mais de bien informer les salariés afin de les rassurer et de leur transmettre des bons réflexes.

Mettre à disposition du gel hydroalcoolique et des lingettes nettoyantes dans les véhicules

Une mesure qui peut paraître simple mais qui est pourtant essentielle pour garantir la propreté des véhicules. Les salariés pourront se laver les mains en arrivant et en sortant du véhicule, mais également nettoyer à l’aide des lingettes les différents équipements présents dans l’habitacle (volant, boîte de vitesse, frein à main, etc.).

Être à l’écoute des salariés à la moindre apparition de symptôme 

Si un salarié est déclaré contaminé, l’information doit être relayée au gestionnaire de parc afin que celui-ci prenne les mesures nécessaires. S’il possède un système de réservation il peut notamment repérer les véhicules utilisés par le salarié en dernier lieu et les immobiliser pour effectuer un nettoyage préventif.

Restreindre le covoiturage sur son parc de véhicules

Certaines entreprises peuvent en temps normal encourager leurs salariés à covoiturer. Un bon réflexe de mobilité, mais à éviter au maximum en temps de pandémie. Si votre service de mobilité propose un module covoiturage, informez vos salariés afin qu’ils limitent au maximum la création de déplacements à plusieurs sur votre plateforme de réservation. 

Pour résumer, il est essentiel pour une entreprise de bien communiquer auprès de ses employés, de savoir les informer tout en évitant une panique inutile. Bien qu’il soit fortement conseillé de limiter les déplacements au maximum, des mesures sanitaires simples peuvent permettre de rendre la mobilité de vos salariés plus sûre.