webleads-tracker

Blockchain : un bouleversement pour l’écosystème de la mobilité ?

par | Autopartage, Dossiers thématiques

Une vraie révolution la blockchain ? Selon l’analyste Don Tapscott, auteur de l’ouvrage Blockchain Revolution, « cette technologie va avoir des conséquences extrêmement profondes sur l’économie mondiale, plus que l’intelligence artificielle, plus que l’énergie solaire, plus que la voiture autonome ». Rien que ça ! 


La blockchain : origines et définition


Mais qu’est-ce que c’est au juste la blockchain ? Beaucoup d’entre nous ont déjà entendu parler du Bitcoin, cette monnaie digitale, ou crypto-monnaie, qui a beaucoup fait parler d’elle depuis sa naissance en octobre 2008. C’est à cette date que Satoshi Nakamoto, un pseudonyme cachant encore aujourd’hui un individu ou un groupe inconnu, publie le livre blanc « Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System » annonçant un nouveau protocole de traitement des transactions financières : la blockchain. Cette première blockchain est lancée officiellement en janvier 2009.

Le Bitcoin en chiffres

Aujourd’hui plus de 16 millions de Bitcoin sont en circulation à travers le monde, avec près de 259 000 transactions par jour effectuées à l’aide de cette monnaie cryptographique.


Une reconfiguration de la chaîne de valeur


Le processus de traitement des données rompt avec les schémas habituels : la Blockchain ne dépend pas d’une autorité centralisée, d’un « tiers de confiance », mais d’un réseau informatique composé de plusieurs acteurs chargés de valider la transaction. Aujourd’hui, lorsque vous effectuez vos soldes par exemple sur un site anglais, vous chargez un tiers de confiance unique de jouer l’intermédiaire et de vérifier que tout est en ordre du côté du vendeur. Avec la blockchain, un réseau de participants, dits « mineurs » mettent à disposition la force de calcul de leur ordinateur afin de vérifier la légitimité de la transaction.

Les mineurs

Ces tiers de confiance d’un nouveau genre sont chargés de lancer le plus rapidement des calculs de vérification des données transmises. Mis en concurrence, notamment face à la difficulté des calculs à résoudre, ils sont rémunérés en fonction de leur participation à la résolution du problème avec un certain pourcentage des Bitcoins émis.

Chaque transaction est gardée en mémoire, et est placée dans un « bloc ». Si le bloc est validé par les mineurs, il peut alors être inclus dans le système global, composé de plusieurs blocs : c’est la blockchain, ou chaîne de blocs, qui regroupe tout l’historique des transactions effectuées sur le système. Cet historique permet notamment d’interdire la duplication ou la modification d’une transaction.

Petite clarification en vidéo : 

La blockchain expliquée avec une lasagne


La blockchain au delà du Bitcoin


Bien plus que le simple transfert de Bitcoins, la blockchain est donc avant tout une technologie permettant de transmettre et stocker des informations de manière décentralisée, transparente et sécurisée. On peut la comparer à un registre public, anonyme et inviolable. Autour de ce registre, plusieurs applications peuvent être développées : c’est le cas des smart contracts.

Les smart contracts

Pour Simon Polrot, qui a lancé la branche française d’Ethereum : «Il s’agit en fait de fonctionnalités codées s’exécutant dès que les conditions définies à l’avance sont réunies. Ainsi, les compagnies d’assurance peuvent automatiser le versement de dédommagements en cas de sinistre. Cela représente un gain de temps considérable pour elles et leurs clients.»


Un acteur en devenir de la smart City et de la mobilité urbaine


Comment traiter au mieux les masses de données communiquées aujourd’hui, qui ne cesseront de croître dans les années à venir ? Au sein de la ville intelligente, « la smart city », la donnée se doit d’être au service des citoyens, bénéficiant à la qualité de vie de manière participative et transparente.

Un des pilier central de la smart city, c’est bien entendu la mobilité. Et là aussi, la blockchain est prometteuse. Tellement prometteuse, que de grands constructeurs commencent à s’y intéresser de très près. C’est le cas de Toyota, qui a décidé de travailler notamment avec le MediaLab du MIT pour s’approprier au plus vite cette problématique et développer des véhicules autonomes fiables. Autre que la question de l’autonomie, c’est aussi la thématique de la mobilité partagée qui pourrait bénéficier de l’avancée de la technologie blockchain.


Du partage digital au partage physique : la blockchain bientôt au service de l’autopartage ?


C’est ce que propose dès à présent le cabinet de conseil et d’audit EY qui s’apprête à appliquer ce processus de stockage et de transmission des flux de données au partage de véhicules avec le projet bien nommé Tesseract. Celui-ci a pour ambition principale la décentralisation des données afin de faciliter l’accès et le partage de véhicules au sein d’une flotte.

Car eWallet :
rendre autonomes les paiements pour véhicules connectés, c’est possible !

L’équipementier ZF a présenté au public lors de l’ouverture du Salon de Francfort son prototype Car eWallet. Ce projet élaboré en partenariat avec IBM et UBS vise à créer un écosystème de transactions accessible à tous et facilitant les échanges entre les différents acteurs en présence (constructeurs, prestataires, clients…). Véritable assistant de mobilité, Car eWallet peut initier de manière entièrement autonome des paiements (frais de déplacements divers) en temps réel sans aucune intervention humaine. En parallèle, Car eWallet peut servir de véritable carnet d’entretien recensant tout l’historique d’usage du véhicule.

Ainsi, il existe également un usage privé de la blockchain, avec des accès restreints tout en conservant la rapidité et sûreté du processus : c’est celui-ci qui intéresse notamment les acteurs de la mobilité. Le registre de données distribué seulement en interne pourrait permettre de gérer plus efficacement les historiques des véhicules, de monitorer leur usage en temps réel mais également d’ajuster en temps les frais d’assurance de manière automatisée, bénéficiant à la fois à l’usager final et au gestionnaire de flotte.


La blockchain déchaîne donc les passions, de par ses promesses, les bouleversements et les nombreux défis qu’elle pourrait apporter. Pour l’autopartage, cette technologie représente une vraie opportunité d’accélérer les processus administratifs du côté gestionnaire et les gestions de réservations du côté usagers. L’autopartage pourrait se faire ainsi plus accessible et pratique aussi bien pour les particuliers ou les entreprises.

Laura Didelot

Laura Didelot

Auteur

Marketing Manager chez Mobility Tech Green. À l'écoute des évolutions du marché de la mobilité professionnelle pour vous proposer toujours plus de contenus !🕵️‍♀️💡

Envie de recevoir nos articles directement dans votre boîte de réception ?

Inscrivez-vous à notre newsletter ! ✉️

0 commentaires

Nos derniers articles

Une voiture en autopartage, comment ça marche ?

Une voiture en autopartage, comment ça marche ?

Faire de l'autopartage, c'est mettre à disposition de plusieurs utilisateurs une flotte de véhicules partagés. Cela peut se faire de manière informelle, "manuellement" pourrait-on dire. Mais saviez-vous que ce qui fait l'efficacité d'un service d'autopartage c'est...

Autopartage : quels modes pour quels usages ?

Autopartage : quels modes pour quels usages ?

Tandis que l'autopartage gagne du terrain dans les entreprises et collectivités, saviez-vous qu'il existe plusieurs modes possibles de ce type de mobilité partagée ? Différentes formes pour différents usages afin de s'adapter aux problématiques de chaque projet de...

Mobility Tech Green présente son bilan 2020 !

Mobility Tech Green présente son bilan 2020 !

L'année 2021 venant de débuter, c’est l’heure de vous proposer un bilan de ce qui s’est passé en 2020 mais aussi de vous projeter dans les mois à venir ! Une nouvelle étape charnière pour Mobility Tech Green que l’on a hâte de partager avec vous.Le bilan globalMalgré...

À découvrir aussi

Share This