Tag: véhicule connecté

31
Mar

Le Fleet Manager 2.0 : nouvelles missions et nouveaux enjeux pour l’entreprise

Le rôle du gestionnaire de flottes, ou fleet manager, est en pleine mutation et doit aujourd’hui se renouveler afin de répondre aussi bien à des nouveaux besoins de la part des usagers qu’au phénomène grandissant de numérisation de ses outils.


Un gestionnaire, mais pas que…


Les responsabilités du fleet manager s’étendent progressivement sur plusieurs disciplines complémentaires. Dépassant le simple aspect de gestionnaire de véhicules, celui-ci doit prendre en compte d’autres problématiques dans le cadre de ses missions face aux apports des nouvelles technologies embarquées.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Fleet manager 2.0

Le fleet manager est responsable d’un budget parfois très conséquent pour une entreprise : celui servant à équiper en véhicules ses équipes mais aussi à les entretenir. Aujourd’hui les véhicules de fonction attitrés ne sont qu’une possibilité parmi tant d’autres, et on l’on voit un glissement progressif vers un coût total de possession d’un véhicule vers un coût total de mobilité. Le Fleet Manager devient Mobility Manager.

La prise en compte de l’expérience conducteur gagne donc en importance, largement aidé par des outils technologiques permettant au gestionnaire de flottes de mieux comprendre besoins et habitudes afin de  proposer des services toujours plus adaptés.


Les nouveaux apports du numérique


Big data, technologies embarquées, utilisation du Cloud, applications mobiles : le fleet manager est aussi en pleine transition digitale ! Ce phénomène de numérisation a des conséquences non négligeables et bénéfiques pour toutes les équipes concernées, aussi bien le gestionnaire, les équipes administratives que les usagers.

Réduire les coûts de maintenance grâce aux données collectées

En mettant à disposition des véhicules connectés, géré par exemple par un logiciel d’autopartage tel qu’e-Colibri, le gestionnaire peut surveiller en tant réel l’état de ses véhicules. Il peut ainsi prévoir les maintenances de manière automatique en effectuant des diagnostics de problèmes avant même que cela n’advienne, et ainsi réduire les coûts de réparations dûs à un entretien trop tardif. Les collaborateurs sont ainsi garantis de bénéficier d’un véhicule en état de fonctionnement optimal.

Améliorer l’expérience usager

Agissant comme un véritable conseiller, le gestionnaire fait le lien entre les équipes administratives et les usagers de la flotte. Le flux de données entre le terrain, le véhicule et le bureaux se trouve simplifié et donc plus facile à traiter. Les nouveaux outils mis à disposition, comme les logiciels de réservations en ligne ou même les applications mobiles, permettent d’établir un lien plus direct avec le gestionnaire.

Celui-ci, en collectant des retours d’expérience et en observant les données d’usage de sa flotte, peut attribuer en conséquence des véhicules mieux adaptés aux besoins de chacun. Le véhicule de société peut ainsi laisser la place à un système d’autopartage, contribuant notamment à réduire le taux d’inutilisation des véhicules au sein de la flotte.

Participer à la productivité des équipes

Alors qu’il a été prouvé que les embouteillages peuvent engendrer stress et perte de productivité, le fleet manager 2.0 peut bénéficier des apports de la Big Data et du Cloud afin de proposer aux usagers les meilleurs itinéraires possibles de manière automatisée. Cela peut s’avérer particulièrement utile afin d’aider les équipes commerciales à mieux organiser leurs tournées en comparant leurs données de parcours avec les leads et opportunités se trouvant à proximité, tout en leur faisant éviter les axes les plus encombrés.


Le gestionnaire de flottes participe donc activement à la mise en place du Plan de Déplacement Entreprise et doit réfléchir à différents moyens afin d’améliorer l’usage des véhicules sur son parc. Parmi eux, l’adoption de logiciels de gestion de véhicules en ligne ou encore la mise à disposition d’un service d’autopartage, garant de réduction de coûts, de gain de taux d’utilisation de véhicules ainsi que de réduction de l’empreinte carbone générée par l’entreprise.

Articles du même sujet

09
Déc

Plus de 150 millions de voitures seront connectées à internet d’ici 2020

En l’espace de seulement cinq ans, la plupart des voitures seront connectées à Internet selon le rapport de Gartner Inc. En 2013, 23 millions de voitures connectées circulaient dans le monde. Elles seront 152 millions d’ici 5 ans, à l’horizon 2020, soit un taux d’augmentation de 700 % en quelques années. 60% à 75% d’entre elles seront capables de communiquer et de partager leurs données sur le Web. Cette valeur ajoutée permettra aux constructeurs de faire évoluer leur modèle d’affaires, passant de spécialistes hardware à innovateurs software permettant de générer des revenus supplémentaires à partir d’applications mobiles. Pour ce faire, les constructeurs automobiles devront alors faire équipe avec des sociétés telles que Google, Apple et Samsung. « Afin de faciliter cette transition, les industriels automobiles devront établir des partenariats avec les écosystèmes existants comme Android ou CarPlay qui pourront simplifier l’accès et l’intégration d’applications mobiles dans le véhicule » a déclaré Thilo Koslowski, analyste chez Gartner. Une prise de position qui s’inscrit dans le sens de celle du rapport d’ABI Research précisant que « plus de la moitié des systèmes capables d’intégrer une interface smartphone utiliseront iOs dans la voiture en 2018 ».

connected car

Koslowski prédit aussi que la technologie des « connected cars » sera forcément « bien plus innovante et passionnante que les offres de smartphones et de tablettes actuelles ». Autre fait intéressant du rapport, une conclusion présente que 58% des États-Unis et 53% des propriétaires de véhicules allemands veulent que ce soit des entreprises IT qui développent cette technologie et non pas les industriels historiques. L’étude voit à ce titre qu’à fin 2018, au moins deux constructeurs automobiles auront annoncé leur transformation en entreprises de technologies et commercialiseront cette expérience de véhicules connectés sur d’autres marchés que l’automobile. Fin 2020, Gartner prévoit qu’un constructeur générera 10% de son chiffre d’affaires sur le segment de l’offre de mobilité et de services connectés. Koslowski déclare à ce propos « la voiture connectée pourra non seulement capturer et partager les données internes de son système et de sa géolocalisation, mais évoluera aussi en fonction de son environnement. L’importance croissante des interfaces homme-machine couplée à l’expérience utilisateur dans le cloud va engendrer un changement radical dans l’approche R&D de l’industrie qui se focalisera alors bien plus sur des innovations technologiques et de contenus telles que l’analyse gestuelle, de l’humeur, ainsi que celle du comportement de consommation. Le contrôle vocal des applications, des systèmes de HUD, seront alors des éléments clés dans le développement de ces technologies embarquées.»

Un rapport dans l’air du temps

Durant l’événement de Los Angeles Auto Show 2014, les acteurs clés de l’industrie automobile et de la technologie se sont réunis pour démontrer comment les voitures deviennent de plus en plus connectées. Ce salon fut notamment l’occasion de présenter de nouvelles technologies embarquées telles que des systèmes de contrôle parental permettant de restreindre la conduite des adolescents, d’intégrer l’expérience smartphone de manière optimale dans la conduite ou enfin, de rendre de les véhicules autonomes. Afin de conclure cet article, nous vous présentons les 5 tendances 2015 des véhicules connectés :

L’intégration optimale du smartphone

Comme vous le savez, il est dangereux et souvent illégal d’interagir avec votre smartphone durant la conduite. Cependant, vous aimeriez bien demander à Siri « où est la station d’essence la plus proche ? ». Des éléments de réponses arrivent aujourd’hui sur le marché. Par exemple, Jaguar a introduit la technologie JustDrive, permettant de commander vocalement votre smartphone. Ainsi, au lieu de naviguer tactilement dans les menus de votre mobile, il vous suffit désormais de demander l’information au véhicule. Les possibilités sont immenses, telles que le contrôle de votre playlist, l’envoi de sms et de tweets via commande vocale. JustDrive sera disponible en 2015 sur le modèle F-TYPE et sur l’ensemble des véhicules Jaguar d’ici 2016.

connected car

Un tableau de bord numérique

Les indicateurs physiques de vitesse et de température du véhicule seront bientôt des éléments du passé. Effectivement, Audi, en partenariat avec le fabricant de composants informatiques NVIDIA a mis au point un tableau de bord entièrement numérique. Cet écran de 12,3 pouces semble très clair et ergonomique. Le processeur développé spécifiquement par NVIDIA pour cet affichage dispose d’une puissance lui permettant un rendu en temps réel des indicateurs de vitesse et de navigation avec la plus grande des précision. Cet écran sera disponible sur le modèle 2016 de l’Audi TT.

Contrôle parental

Les accidents de la route sont la principale cause de décès chez les adolescents et la vitesse excèssive  représente malheureusement 25% de ces accidents. Une nouvelle application dévelopée pour Hyundai permet ainsi aux parents de contrôler et de mettre en place des restrictions sur la vitesse maximale du véhicule, des heures d’accès et des lieux de destination. Si par exemple, le conducteur dépasse la vitesse maximale autorisée, les parents recevront une alerte via sms ou email. En outre, le conducteur verra aussi une notification sur l’écran multimédia du véhicule. Ce système sera disponible courant 2015 sur le modèle Azera et déployé prochainement sur les Genesis et Sonata.

Accompagnement de trajet

Cela n’est pas très plaisant de louer un véhicule et de lutter ensuite à la fois contre le manque de connaissance de ce dernier et de la zone à explorer. C’est en ce sens que la nouvelle application de Hertz : NeverLost, se connectant au système GPS du véhicule entre en jeu. Il vous suffit alors simplement de télécharger l’application sur votre smartphone et d’enregistrer une destination. Une fois entré dans le véhicule, le système se synchronise avec votre smartphone et vous permet d’émettre ou de recevoir des appels, d’accèder à votre liste de contacts, de placer des points d’intérêts et enfin de connaître la météo sur votre trajet.

La voiture autonome

connected carDes voitures pouvant trouver leur chemin vers une destination sans l’aide d’un pilote sont à l’étude depuis tant de temps qu’il est aujourd’hui inutile de se poser la question de l’avènement d’une telle technologie. En effet, Volvo a lancé un plan d’envergure dont l’objectif d’ici 2020 est qu’aucun conducteur de la marque ne soit tué ni blessé dans un de ses véhicules. Le constructeur annonce à travers cette communication que la voiture autonome est un élément de réponse face aux accidents de la route. En 2017, le fameux projet DriveMe présentera 100 véhicules autonomes en accès publics sur les routes de Gothenburg. Néanmoins, dès 2015, des technologies de pilotage automatique seront présentées sur le modèle XC90. Cette technologie permettra un contrôle automatique du véhicule en se basant sur l’analyse du comportement de la voiture située devant vous. Enfin, ce système sera aussi capable d’anticiper un éventuel accident lorsque votre voiture présentera un risque de sortie de route et sera alors capable de l’orienter sur la bonne voie.

Articles du même sujet