Tag: mobilité future

12
Juin

Les androïdes rêvent-ils de voitures ? La mobilité dans Detroit : Become Human

Berceau historique de la manufacture automobile à l’histoire tourmentée, la ville de Détroit a su inspirer David Cage et son équipe pour le quatrième jeu du studio français Quantic Dream, Detroit : Become Human. Une vision anticipatrice de la « Motor City », direction 2038, durant laquelle la question de l’intelligence artificielle est omniprésente et où la mobilité urbaine tient un rôle à part entière.


Le générique du jeu se déroule sur une scène où le joueur découvre la ville de Détroit à travers la vitre d’une voiture. Là se dévoilent des éléments qui nous apparaissent aujourd’hui à la fois très lointains et pourtant palpables : les taxis autonomes sillonnent les routes à la recherche de potentiels passagers, les trains suspendus transportent leurs usagers à destination, les drones sillonnent les airs discrètement mais sûrement. La ville apparaît comme un enchevêtrement maîtrisé et intrinsèque de différents moyens de transports, incarnation de la mobilité multimodale qui émerge de nos jours.

Continue Reading..

Articles du même sujet

10
Nov

Uber se lance dans la course aux taxis volants !

Oui, vous avez bien lu. Exit les tapis volants, place aux taxis volants avec l’annonce par Uber d’un partenariat avec la Nasa. Les objets volants identifiés de cette collaboration unique pourraient bien être testés à Los Angeles, Dallas Fort-Worth et Dubaï d’ici 2020. 


Les utopies urbaines tirées de la science-fiction nous ont déjà fait rêver d’une mobilité urbaine aérienne. Car de Star Wars, à Blade Runner en passant par Le Cinquième Élément, la réponse à la croissance massive des mégalopoles et aux problèmes de congestion routière semble se trouver dans les airs. Rien de surprenant donc que le projet UberAir soit né en Californie et sera testé au Texas, les deux états disposant des plus gros parcs automobile du pays.

Continue Reading..

Articles du même sujet

07
Nov

Réinventer la mobilité urbaine et périurbaine d’ici 2030 : Mobility Nation présente son livre blanc

Mobility Nation, groupe de travail initié par le Boston Consulting Group, a rassemblé durant plusieurs mois les principaux acteurs de la mobilité francilienne. Leur ambition ? Faire de ce territoire unique la première agglomération européenne à repenser radicalement sa mobilité d’ici 2030, avec comme année pivotale 2024 et l’organisation des Jeux Olympiques d’été dans la capitale française.


En ces temps de changements profonds pour la métropole parisienne, ce rapport mené par BCG avec un ensemble d’acteurs de la mobilité vise à apporter des pistes et recommandations afin de faciliter la mobilité de tous au quotidien. Le tout en se basant sur des forces pré-existantes tout en faisant face aux enjeux majeurs de la mobilité de demain. Car aujourd’hui, 56% des franciliens ont de manière hebdomadaire des difficultés lors de leurs trajets quotidiens (voiture, transports en commun…) et le taux de congestion routière a augmenté de 7 points entre 2008 et 2016. Il est donc tant de prendre de nouvelles mesures afin de palier à ces problématiques ressenties chaque jour par des centaines de milliers de voyageurs.

 

Continue Reading..

Articles du même sujet

08
Août

Véhicules intelligents : les français pas encore prêts à rouler les yeux fermés

Dans leur dernier sondage réalisé pour VMware l’institut d’études OpinionWay a interrogé un échantillon de 1005 personnes en France afin de décrypter leurs attentes concernant les véhicules intelligents, mais également les freins principaux à leur mise en circulation. Les résultats sont parlants : à l’heure actuelle, seuls 18% des interrogés trouvent un intérêt dans un véhicule entièrement autonome.


Qu’est-ce qui intéresse le plus dans les véhicules intelligents ? C’est par cette simple question que débute le sondage lancé par OpinionWay et dont les réponses reflètent assez bien le climat actuel autour de l’utilisation de véhicules connectés voire autonomes.


Une adoption freinée par des incertitudes


Les attraits principaux de ce type de véhicules pour les interrogés restent l’amélioration des fonctionnalités de sécurité (58%), des performances environnementales avec notamment l’utilisation du tout électrique (39%) et la réduction des frais d’assurances (34%). Si la sécurité semble être particulièrement importante, il est toutefois intéressant de constater que 56% des sondés ne seraient pas prêts à utiliser un véhicule entièrement autonome sur la route.

La suppression de l’intervention humaine reste la source majeure de méfiance envers les véhicules autonomes. Manque de confiance pour prendre la bonne décision (59%), perte de contrôle sur le véhicule (46%), peur d’avoir un accident (45%), manque du plaisir de la conduite (41%) ou encore peur du piratage informatique (40%) freinent considérablement l’adoption de ces nouveaux types de véhicules. 62% des interrogés ne font également pas confiance à un véhicule entièrement autonome afin de ramener leur enfant de l’école. Bien plus que d’abaisser des barrières d’ordre technologique, il va s’agir pour les constructeurs et fournisseurs de services de mobilité d’effectuer un véritable travail pour changer durablement les mentalités.

Néanmoins, certains leviers existent pour convertir au véhicule autonome : la promesse d’une fatigue diminuée en cas de longs trajets ou d’embouteillages (50%), une sécurité renforcée (50%) et le gain d’un temps libre au sein du sas du véhicule (37%) pour passer du temps en famille ou entre amis lors d’un voyage sans se soucier de la route.

Découvrez tous les résultats du sondage ci-dessous :

OpinionWay pour VMware - Les véhicules intelligents - Juillet 2017

Articles du même sujet

13
Juil

2050 : Bienvenue dans l’ère de l’Économie du Passager et des véhicules autonomes

Dans son nouveau rapport réalisé par Strategy Analytics et publié en juin dernier, Intel nous amène en 2050, date où les véhicules autonomes feront partie de notre quotidien. En quoi cette économie du passager pourrait redéfinir tout ce que nous savons des marchés de l’automobile et de la mobilité ? En présentant des cas d’usages ainsi que des statistiques prévisionnels, ce dossier prospectif vise à aider les décisionnaires d’entreprises à mieux comprendre les opportunités mais également les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution autonome. 


2050 : les véhicules entièrement autonomes sont commercialisés massivement depuis 2035 et représentent près de 50% des véhicules vendus dans le monde. Bienvenue dans l’ère de l’Économie du Passager. Ce rapport commandé à Strategy Analytics par Intel propose de découvrir ce monde où la mobilité a été profondément redéfinie.

Bosch – Driver assistance systems

Un vrai changement de paradigme aura lieu : la mobilité ne sera plus une question de conduire mais bien de se faire conduire, les conducteurs devenant passagers. Bien sûr, il est intéressant de prévoir la valeur économique générée par l’usage de véhicules autonomes mais également les répercussions sociales de ces technologies. Il reste un très long chemin à parcourir par les entreprises de services et constructeurs automobiles pour convaincre de la sûreté de ces véhicules qui laissent encore aujourd’hui sceptique. Pourtant, un glissement progressif pourrait se faire, aidé par la promesse d’économies de temps, de ressources et d’une nouvelle manière de vivre en milieu urbain.


Le chemin jusqu’à « L’économie du passager »


Pour Intel et Strategy Analytics, cette nouvelle forme d’économie sera le résultat de plusieurs tendances actuelles :

  • La connectivité mobile : La plupart des consommateurs, de tous profils socio-démographiques, ont d’ores-et-déjà accès à des équipements connectés (téléphone, automobile…). Cette hyperconnectivité brouille les limites entre vie privée et vie personelle, alors que les réseaux sociaux sont devenus l’un des premiers lieux d’interactivité humaine.
  • Urbanisation : Tandis que trois-quarts de la population vivront en milieu urbain d’ici 2050, la question de la mobilité et des transports sera au cœur des préoccupations des autorités locales qui devront trouver des solutions durables pour améliorer la qualité de vie des habitants.
  • Le partage de véhicules et l’ascension de la mobilité comme service : Les services de VTC et d’autopartage ayant le vent en poupe, la prochaine étape sera la création d’un réseau de transport exclusivement basé sur des véhicules autonomes. Ce type de projets représentera la principale porte d’entrée vers l’économie du passager pour le grand public, les consommateurs étant déjà de plus en plus séduits par la mobilité partagée et connectée.

  • Régulations : Embouteillages, pollution, sécurité routière… Autant de problématiques primordiales dans tous les marchés actuels, étant coûteuses, dangereuses et néfastes à la productivité. De nouvelles régulations sont ainsi appliquées afin d’offrir une mobilité plus sécurisée et ouvre la voie à de futures lois, favorisant la circulation des véhicules autonomes.

La valeur de l’économie du Passager 


L’Economie du Passager représente une opportunité de près de 7 trillions de dollars d’ici 2050 ! L’usage étendu de véhicules entièrement autonomes générera des revenue très importants côté consommateurs (55% des revenus globaux) mais aussi par les entreprises (43%) en impactant une large gamme d’activités, depuis les services de mobilité personnalisés jusqu’à la logistique et la livraison automatisée de biens.

Du point de vue consommateurs, cela représentera une véritable rupture du modèle de propriété privée d’un véhicule et de mobilité individuelle. Mais lorsque l’on sait qu’une voiture individuelle reste immobile 92% du temps, le développement de services de mobilité connectés et hautement personnalisables apparait comme une alternative séduisante. En conséquence, les revenus générés par le marché des applications et services de mobilité représenteront près de 203 milliards de dollars. En complément, cela permettra de réduire les coûts de sécurité publique dus aux accidents de la route de 234 milliards de dollars d’ici 2035-2045.

Pour les entreprises telles que les compagnies de transports, les véhicules autonomes permettraient de répondre à un problème épineux : le vieillissement de la force de travail ne pouvant être remplacée à cause d’un manque de candidats qualifiés, particulièrement dans le domaine des transports long-courrier.


La révolution autonome serait donc en marche. Mais tout se jouera durant les prochaines décennies, aussi bien au niveau de la construction d’infrastructures spécifiques que d’un travail permanent afin de convaincre le public des bénéfices que pourrait apporter ce nouveau type de mobilité. Aux autorités locales et acteurs du marché d’accompagner au mieux le changement et d’être à l’écoute des besoins ressentis des usagers. 

Illustration de couverture : Volvo

Articles du même sujet