Tag: marché autopartage

03
Fév

Découvrez le livre blanc Mobility Tech Green

Mobility Tech Green vous présente son livre blanc, désormais accessible en ligne ! Retrouvez toutes les informations sur les tendances de l’autopartage B2B, à travers un regard objectif sur le marché et son évolution à venir, afin de déterminer la manière la plus adaptée pour l’implémenter dans votre entreprise. Suivez le guide.


 

 Les 7 points clés

De la définition même du terme autopartage B2B à des études de cas précises, ce livre blanc vous donne toutes les clés en main pour déterminer quel sera votre autopartage.

Définition et enjeux de l’autopartage B2B

Qu’est-ce que l’autopartage  ? Très simplement c’est un système dans lequel un groupe d’individus ayant souscrit un abonnement utilisent un parc de véhicules accessibles en libre service. Exit le véhicule de fonction personnel et bonjour la voiture à la demande  ! Cela résulte en un partage plus équilibré des frais d’entretien ainsi qu’une meilleure fluidité sur les trajets. Parmi les utilisateurs, les entreprises sont particulièrement intéressées aussi bien par la réduction du CTP (Coût Total de Possession) de leur flotte que par la gestion optimisée de leurs véhicules grâce aux nouvelles technologies.

Les chiffres clés

12 millions de membres à travers le monde d’ici 2020  : un chiffre qui donné une idée du dynamisme du marché de l’autopartage, qui devrait connaître une croissance fulgurante de près de 40% par an durant les prochaines années. Déjà très utilisé aux Etats-Unis et dans les pays de l’est depuis plusieurs décennies, c’est aujourd’hui le marché européen qui est en plein essor. Le nombre d’entreprises européennes ayant un service d’autopartage interne devrait passer de 200 en 2013 à 4000 d’ici 2020, soit d’à peu près 2000 véhicules à plus de 100 000.

Un atout quadruple bénéfice

L’autopartage pour entreprises et collectivités représente une véritable réponse à plusieurs enjeux :

  1. Des économies significatives sur le budget flotte automobile.
  2. Une amélioration de l’accessibilité aux services de mobilité grâce à des véhicules en libre-service.
  3. Une utilisation double des véhicules d’entreprises grâce à la mise en place d’une formule pro/perso offrant la possibilité de louer les véhicules le soir et le week-end.
  4. Une participation à la réduction de l’empreinte carbone de son entreprise dans le cadre d’une politique RSE.

Une approche multimodale à interface unique

Alors que les parcs automobiles sont de plus en plus importants, les outils de gestion papiers ou numériques ne suffisent plus à assurer les besoins des responsables de flottes. Après les plate-formes logicielles spécialisées, place au multimodal  ! Le but étant de penser la mobilité d’entreprise de manière globale, en permettant aux employé.es d’utiliser différents modes de transport tout en ayant l’assurance d’être facturé via une plateforme unique.

L’espace partagé  : Quand les mobilités d’entreprises et personnelles convergent

Urbanisation et connectivité accrues ont changé notre manière d’appréhender notre mobilité personnelle au quotidien et, indirectement, notre mobilité professionnelle. Ainsi le marché B2B fait face aux mêmes problématiques que le marché B2C, avec en point principal la remise en cause de la possession de véhicules dédiés à des employés en particulier.

Quelles conséquences pour les salariés ?

Les pratiques de consommation collaborative investissent donc la sphère du travail, à travers le partage d’espaces et aujourd’hui de véhicules. Certains obstacles persistent encore, notamment une perception du service d’autopartage parfois considéré, à tort, comme contraignant. Mobility Tech Green vous invite à lire son étude réalisée en partenariat avec le LOUSTIC (Laboratoire d’observation des usages des technologies de l’information et de la communication) présente dans le Livre Blanc pour en apprendre plus sur ce sujet.

Un regard sur le futur avec la voiture autonome

Un nouveau schéma de mobilité pourrait encore changer la donne : l’autopartage de voitures autonomes. Après l’étape actuelle des véhicules connectés, c’est en effet l’autonomie qui fait rêver les constructeurs, promettant une amélioration de la sécurité sur les routes, des centre-villes moins congestionnés et une optimisation des réservations grâce à des véhicules intelligents. Tout cela participant davantage encore à l’obsolescence du véhicule personnel.


Un véhicule non partagé est à l’arrêt en moyenne 95% de son temps. Une raison de taille pour les entreprises et collectivités de se tourner vers de nouvelles solutions, apportant des bénéfices économiques, ergonomiques et écologiques.

 

Articles du même sujet

21
Oct

Gestion de flotte automobile : 10 millions de véhicules actifs en Europe d’ici 2020

Le marché de la gestion de flotte est aujourd’hui en pleine expansion, aidé par des nouveautés technologiques attrayantes pour les entreprises à la recherche de fiabilité et d’efficacité pour leurs besoins en terme de mobilité.

Selon le cabinet de recherches Berg Insight le marché européen de la gestion de flottes devrait atteindre 10.6 millions de véhicules équipés d’un système de gestion d’administration d’ici 2020, contre 5.3 millions en 2014, soit un taux annuel de croissance de près de 15% ! Cette croissance entrainerait dans son sillage l’augmentation massive (34.4% contre 18 .1% en 2015) des véhicules non-propriétaires en Europe.

driver-1149997_1920En effet, la gestion de flotte connectée devient aujourd’hui incontournable et les technologies sans fil, comme l’utilisation du cloud, n’ont pas fini d’évoluer pour offrir aux entreprises des outils de gestion toujours plus performants afin de gérer au mieux leurs véhicules tout en réduisant leurs frais. Ils peuvent aussi en parallèle en extraire des données afin d’observer les différents usages et ainsi améliorer le service offert à leurs collaborateurs.

La marge de manœuvre est aujourd’hui encore large : selon une étude d’ACFO près de 68% des entreprises doivent encore considérer la transition de véhicules propriétaires à un service de mobilité partagée et gérée de manière centralisée. Toute cette attractivité participera à la croissance du marché qui en 2021 pourrait peser pas moins de 27.90 milliards de dollars.

Articles du même sujet

27
Nov

En 2020 : il y aura 26 millions de membres d’un service d’autopartage

carsharing 20202 études publiées par Berg Insight et Frost & Sullivan estiment que le nombre d’utilisateurs d’un service d’autopartage sera de 26 millions d’ici 2020. Selon Berg Insight, le nombre d’autopartageurs était, à fin 2014, d’environ 4,8 millions pour 100,000 véhicules autopartagés. A fin 2015, ce chiffre est estimé à 6,5 millions de membres pour 123,000 de véhicules en autopartage. La croissance annuelle d’ici 2020 est estimée à 32% pour un nombre de 450,000 voitures partagées.

Autopartage en boucle et Free floating

Aujourd’hui, la plupart des opérateurs d’autopartage utilisent un système basé sur des stations permettant d’offrir des voyages en boucle retour. C’est-à-dire que l’utilisateur du service doit retourner le véhicule dans la station de départ. Certains opérateurs offrent aussi des systèmes en one-way qui permettent donc, de laisser le véhicule dans une des stations gérée par l’opérateur (Vous pouvez retrouver ici les différentes formes d’autopartage).
« Enfin un dernier modèle utilisé est celui du free floating. Ce dernier permet de prendre et de laisser un véhicule à n’importe quel endroit d’une zone donnée » explique André Malm, Analyste chez Berg Insight. Il ajoute « la capacité de pouvoir utiliser un véhicule en autopartage sans devoir au préalable effectuer une réservation rend ce genre d’autopartage très attractif pour les particuliers. L’autopartage en free floating est opéré dans 12 pays et 43 villes d’Europe et d’Amérique du Nord pour environ 20,000 voitures et 2 millions d’abonnés à fin 2015 ».

Les services d’autopartage adoptent une approche via smartphone

nfc carsharingAu niveau de la technologie, le cabinet Frost et Sullivan estime que dans les 7 prochaines années, le marché de l’autopartage se tournera vers des logiciels open source, des systèmes plug and play ainsi que des accès aux véhicules via smartphone NFC/ Bluetooth low energy. « La technologie NFC s’est en effet imposée comme un standard pour la majorité des constructeurs de smartphones. Cela permettra la démocratisation des services d’autopartage basés sur l’accès aux véhicules via smartphone et technologies NFC » explique l’analyste Albert Geraldine Priya de Frost & Sullivan.

Articles du même sujet

30
Sep

Le marche de l’autopartage pèsera 6,5 milliards de dollars en 2024

Selon la nouvelle étude de Navigant Research, les revenus générés par le marché de l’autopartage seront équivalent à 6,5 milliards de dollars en 2024. Rappelons qu’à l’heure actuelle, ce marché est estimé à 1,1 milliard de dollars. Le rapport évoque ainsi la forte croissance du marché Asiatique qui représenterait en 2024, 34% du marché mondial, suivi de très près par l’Europe avec 32%. Le marché Américain quant à lui serait évalué à 23%, ce qui représente une forte baisse de parts de marché comparé à la situation actuelle.

Aujourd’hui plusieurs opérateurs d’autopartage sont présents sur les 5 continents. Plus de 30 pays possédant des centaines de villes différentes ont à disposition des services de mobilité partagée. Il existe actuellement plus de 40 opérateurs pour plus de 2,4 millions d’utilisateurs.

marketing carsharing

Articles du même sujet

23
Sep

L’autopartage remplacera jusqu’à 3,38 millions de véhicules personnels en 2016

Entre 2,34 et 3,38 millions de voitures personnelles pourraient être remplacées d’ici fin 2016 par l’autopartage. C’est en effet le résultat de l’étude de TrendForce. Le cabinet d’étude basé en Chine affirme que cette forte croissance en 2014 est portée par la bonne santé du marché Européen, d’où l’autopartage est né, et le marché Chinois d’où les problématiques liées aux transports en commun et le coût important des plaques d’immatriculation ont tourné les consommateurs Chinois vers des offres de mobilité alternatives. Vous pouvez retrouver notre article à ce propos directement ici !

Ainsi, d’ici fin 2016 TrendForce déclare qu’il y aura plus de 15 millions de membres d’un service d’autopartage dans le monde et plus de 260,000 véhicules en libre-service (selon le Topology Research Institute). Eric Chang, analyste chez TrendForce déclare à ce propos que  « l’autopartage possède un très bon compromis entre son coût et ses avantages comparé aux autres méthodes de transports, y compris la location traditionnelle et le covoiturage ».

carsharing market

Articles du même sujet