Tag: étude mobilité

14
Déc

Mobilité des salariés : des enjeux encore sous-estimés par les entreprises

Bien que la mobilité liée au travail soit l’un des piliers de notre mode de vie contemporain les entreprises ont encore du mal à cerner les attentes et besoins des salariés au quotidien en matière de déplacement. Pourtant, celles-ci ont un rôle fondamental à jouer alors que la notion même de travail est en train d’évoluer.

Une étude du Forum Vies Mobiles, réalisée par l’IAE de Paris (l’Institut d’Administration des Entreprises) auprès de 340 DRH, permet de mettre en parallèle vision des entreprises et réalité des employés.

Des impacts écologiques et sociologiques minimisés

 

Il ressort tout d’abord de cette étude une incompréhension du terme « mobilité des salariés ». Pour beaucoup d’entreprises celle-ci reste liée au changement de poste, et non sur les déplacements quotidiens et leurs conséquences sur la vie personnelle d’un employé.

Les entreprises attendent en priorité des retombées économiques lors de la mise en place d’une politique de gestion des déplacements : l’amélioration de la productivité est le point plus important pour 78% des interrogés, contre 28% pour la réduction de l’empreinte carbone.

Du point de vue individuel, les risques de burn-out ou de problèmes familiaux liés aux déplacements trop nombreux ou trop longs ne sont pas pris en compte par 50% des entreprises. Néanmoins, 70% d’entre elles se disent prêtes à considérer ces éléments dans leur politique de gestion. Ainsi, le problème de l’uniformité des solution ressort, les besoins de chacun n’étant pas détectés.

Limiter plutôt qu’améliorer les déplacements : quelle place pour le numérique ?

Les enjeux sociaux mais aussi environnementaux sont souvent écartés, et les dirigeants préfèrent miser sur l’utilisation d’outils numériques (69%) plutôt que la mise en place d’offres de transports plus performantes (36%).

Généraliser les outils numériques permettrait notamment le développement du télétravail (53% des interrogés considère le télétravail comme un outil intéressant), mais tout cela a des limites, notamment une mise en place longue et non généralisable à tous les secteurs d’activité (restauration, services à la personne…). Des questions managériales se posent également, le travail à distance nécessitant un suivi accru et donc un travail d’encadrement plus important.

Bien que facilitant certains aspects du travail des employés, les outils numériques et le télétravail ne peuvent être la réponse exclusive au problème des déplacements domicile-travail parfois éreintants pour les salariés.

Mobilité des salariés : un enjeu entre sphère professionnelle et pouvoirs publics

 

Tout en désirant l’accompagnement des pouvoirs publics, les entreprises sont encore peu nombreuses à avoir mis en place un Plan de déplacement d’entreprises (PDE). Une explication serait la difficulté à comprendre les actions publiques locales et le manque d’un guichet unique en matière de mobilité qui permettrait de centraliser et faciliter les démarches nécessaires. Les offres de transports alternatifs, comme les vélos en ville, ne sont également pas souvent pensées à destination des entreprises. Un manque à gagner pour les pouvoirs publics, qui pourraient grandement bénéficier de ces nouveaux usages.

Le problème des transports saturés est en effet plus que jamais d’actualité, surtout dans les métropoles, comme nous le rappelle la dernière étude de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile de France. La relation entre emploi et mobilité doit se repenser au delà de la sphère professionnelle pour évoluer. En effet, de plus en plus de Franciliens optent pour des modes de déplacement alternatifs, comme les transports collectifs, et des solutions doivent ainsi être pensées afin de faire face à une saturation grandissante des réseaux publics. Une autre conséquence, également due au climat économique actuel, est la croissance fulgurante des non-salariés (travailleurs indépendants) depuis une dizaine d’années en région parisienne.

Selon un essai sur l’harmonisation des horaires de travail pour un grand nombre d’actifs, «les déplacements domicile-travail sont un moment particulièrement pénible et de plus en plus mal vécu dans une société où la quête de l’optimisation est renforcé par l’usage des technologies d’information et de communication ».

Chaque jour, on comptabilise plus de 41 millions de déplacements en région parisienne, dont 12 millions de trajets domicile-travail. D’où la nécessité urgente de penser autrement la mobilité des salariés. L’une des initiatives encouragées par la SNCF est l’adoption par les entreprises et employés d’horaires décalées afin d’éviter les horaires de pointes.

Celle-ci avait été expérimentée en Seine-Saint-Denis, où une personne sur 4 met plus d’une heure à se rendre à son travail, et des discussions ont été engagées entre le groupe ferroviaire et le Medef Ile-de-France afin de l’étendre à d’autres villes. Un partenariat entre secteur public et privé qui bénéficierait aux différents acteurs et plus généralement aux usagers, et qui permettrait de mieux répondre aux nouvelles modalités de travail et de mobilité.

Une des premières expériences du type a été réalisée en 2012 à Rennes, en décalant les horaires des cours de l’Université Rennes 2 pour réduire l’affluence à la station Villejean. Celle-ci avait permis de faire baisser le trafic de 10% sur la tranche horaire la plus chargée.

Articles du même sujet

31
Oct

Etude : L’évolution de la mobilité urbaine en France

D’après l’étude de l’observatoire de la mobilité 2014, les Français continuent de délaisser leurs voitures personnelles pour utiliser les transports en commun.

La crise économique a fortement bouleversé la façon de consommer des Français. L’avènement de la consommation collaborative en est un bel exemple. La mobilité des Français est elle aussi touchée par cette tendance de fond. En effet, alors que le budget des automobilistes en 2013 était de 4300€, 47% des Français ont ainsi diminué leurs déplacements en ville avec leurs véhicule personnel depuis le début de la crise, selon l’Observatoire de la mobilité 2014 publié cette semaine par l’Union des transports publics et ferroviaires. A contrario, 36% des interrogés ont préféré avoir recours aux transports en commun.

Quelles en sont les raisons ?

Pour 53% des citadins, les transports en commun permettent d’éviter les embouteillages et la pénurie des places de parking. Véritables facteurs de stress, l’étude de Regus se voit donc confirmée dans les faits. Enfin, 19% des usagers des transports en commun choisissent cette alternative afin de préserver l’environnement.

mobilité-urbaine

Les transports en commun plébiscités pour les loisirs mais moins pour se rendre au travail

Effectivement, près de 90% des sondés affirment utiliser les transports en commun pour rendre visite à des amis ou à de la famille. 85% d’entres eux déclarent se déplacer également ainsi pour faire des courses ou rejoindre des établissements

administratifs ou de santé. Cependant, ils ne sont pour l’instant que 66% à y recourir pour leurs trajets domicile-travail. « C’est un enjeu de progression » reconnaît Jean-Pierre Farandou, vice-président de l’UTP et patron de Keolis.

La révolution des modes de transport alternatifs

Nous venons de le voir dans cette étude, les Français laissent d’avantage leur voiture au garage. A ce titre, la progression des modes de transports alternatifs est fulgurante. Le covoiturage par exemple (57% des utilisateurs ont augmenté leurs déplacements), le vélo en libre-service (40%) et l’autopartage (39%). Le véhicule automobile serait-il en passe de devenir le transport en commun de l’avenir ? C’est ce que semble indiquer le rapport de l’étude de l’observatoire Cetelem de l’automobile. Hier encore, il symbolisait un objet statutaire (52% liaient, il y’a 20 ans, la voiture à la notion de réussite sociale), puis il s’est démocratisé en endossant une image de liberté et semble aujourd’hui promis à devenir le transport en commun du futur.

Articles du même sujet

15
Sep

Entre 6 et 8 millions de Français n’ont pas accès à la mobilité

Selon l’étude Mobilité, insertion et accès à l’emploi : constats et perspectives réalisée par Auxilia à la demande de Total et de Wimoov, entre 6 et 8 millions de Français n’auraient pas accès à la mobilité soit 20% des adultes en âge de travailler. Cette étude établit un état des lieux de l’accès à la mobilité grâce à la réalisation d’une centaine d’entretiens avec des interlocuteurs nationaux et locaux, et l’organisation de trois enquêtes quantitatives.

D’abord, les personnes disposant de peu de ressources, et notamment les personnes en insertion ou en recherche d’emploi, sont moins mobiles que la moyenne. Les personnes en situation de précarité doivent habiter de plus en plus loin des zones d’emplois et donc accepter une mobilité croissante. Selon l’étude d’Auxilia, les ménages pauvres sont deux fois plus nombreux que la moyenne à se déplacer à pieds. En effet, 40% des ménages pauvres n’ont pas voiture contre 18% en moyenne. S’ils possèdent un véhicule, ce dernier est âgé de 11,2 ans contre 8,7 ans en moyenne. Il s’agit surtout de voitures d’occasion dont le prix d’achat est certes moins élevé mais pour lesquels les frais engendrés par la suite sont plus importants. Par ailleurs, seul la moitié des participants à l’enquête ont le permis de conduire dont un tiers seulement possèdent une voiture. Un quart des participants aux enquêtes déclarent n’avoir aucun moyen pour se déplacer. Ces personnes doivent alors remplacer leurs déplacements liés aux loisirs par les déplacements liés à l’emploi.

mobility

Le premier frein à la mobilité est le manque de moyens financiers, ce qui se révèle être un constat logique puisque le coût des transport constitue le troisième poste de dépenses des Français (environ 15% selon l’INSEE), dont 83% porte sur la voiture. Les freins à la mobilité sont également géographiques. En effet, l’aménagement du territoire a été conditionné par l’essor de la voiture, défavorisant les ménages les plus modestes, surtout en milieu rural. Même en zone urbaine, la desserte des emplois par les transports publics n’est pas toujours garantie : en Île de France, tous modes de transports confondus, 44% des emplois sont accessibles en moins d’une heure aux ouvriers contre 65% pour les cadres. Cela s’explique par le fait que les emplois et les commodités sont plus éloignés des lieux de résidence des ménages modestes que ces des ménages plus aisés. Selon l’étude d’Auxilia, cela créer des « trappes géographiques » dont les précaires parviennent difficilement à sortir. Ensuite, les freins sociaux et organisationnels entravent la mobilité des précaires. Les familles monoparentales et nombreuses, dont l’organisation de la vie de famille est plus compliquée, sont surreprésentées au sein de la population pauvre. Par ailleurs, les précaires occupent souvent les emplois les moins qualifiés avec des horaires fragmentés et les métiers mobiles comme les services à la personne ou le BTP. Par exemple, les ouvriers sont deux fois plus nombreux que la moyenne à travailler à temps partiel. Ensuite, la mise en œuvre des compétences et outils nécessaires à la mobilité peut s’avérer être un frein à la mobilité. 3 millions de personnes déclarent rouler sans permis ou sans assurance ou contrôle technique valide. De plus, pour être autonome dans ses déplacements, il faut maîtriser l’écrit afin de d’être capable de lire et comprendre un plan, de créer un itinéraire ou d’utiliser les machines automatiques souvent complexes. Il faut également maitriser des normes économiques (avoir une carte bancaire) et des normes de comportements (savoir-être, compostage du titre de transport) ce qui peut être plus compliqué pour les précaires pour des raisons économiques mais aussi, parfois, en raison d’un déficit de capital social. Enfin, les freins psychosociaux conditionnant la perception du territoire et son usage entravent l’accès à la mobilité des précaires. En effet, la mobilité peut devenir une contrainte et un risque ce qui produit un phénomène de « trappe à mobilité ». Selon l’étude, certaines personnes s’interdisent donc de franchir des frontières fictives. Par ailleurs, les précaires peuvent transformer cette immobilité en ressource psychologique et socioéconomique sur un territoire de grande proximité, afin de créer des interactions avec un réseau social proche ou de chercher un emploi mais avec un impact cependant extrêmement limité.

coût voiture

Les catégories sociales les plus modestes sont donc victimes d’une double peine. En effet, les ménages précaires sont ceux qui habitent le plus loin des lieux d’embauche potentiels alors qu’ils disposent de moyens de transports limités, ne facilitant pas leur accès à l’emploi. Selon Eric Le Breton, les personnes précaires doivent faire face à une double fragmentation : l’étalement complexe des agglomérations dans lesquelles il est toujours plus compliqué de se déplacer et le développement des emplois atypiques, ce qui accroît la dépendance à la voiture. Par ailleurs, cette dépendance à la voiture pour les trajets domicile-travail, surtout en zone rurale, augmente de deux points la facture énergétique des ménages précaires selon l’INSEE. En milieu urbain, la complexité de la tarification sociale des transports en commun, qui ne concerne que 10% des voyageurs, génère un non-recours institutionnalisé. Certains territoires sont plus touchés que d’autres en terme de trappe à mobilité, c’est notamment le cas des zones rurales et périurbaines ainsi que des zones urbaines sensibles. Pour les populations des zones rurales et périurbaines, la concentration des activités (emploi, loisirs, écoles, centres administratifs, etc.) vers les zones urbaines créé une forte dépendance à la voiture ce qui est difficile à supporter financièrement pour les ménages modestes. Ainsi, en zone périurbaine, les distances parcourues par an sont supérieures de 8 000 à 10 000 Km à la moyenne, ce qui représente un surcoût de 3 000 euros par an pour les ménages, dont 1 000 euros de carburant, ce qui est non négligeable pour les ménages modestes qui sont aussi les plus affectés par la hausse des prix de l’énergie. Quant aux zones urbaines sensibles, elles sont caractérisées par une surreprésentation des publics en difficultés sociales et professionnelles. En 2010, 36% des habitants y vivaient en dessous du seuil de pauvreté. En 2011, le taux de chômage s’élevait à 22,7% et à 40,7% pour les 15-24 ans. Par ailleurs, la motorisation des ménages dans les zones urbaines sensibles est plus faible que la moyenne. Cependant, cette faible motorisation n’est pas compensée par une offre suffisante et efficiente de transports en commun. Ces quartiers et ces populations sont donc isolés, enclavés, générant un sentiment « d’assignation à résidence ». Cependant, force est de constater que la mobilité est une clé d’insertion et d’accès à l’emploi. La mobilité est le deuxième élément déterminant dans le parcours d’insertion socioprofessionnel, après la formation et avant le logement et la santé. Dès lors, la mobilité apparait être le premier frein à l’emploi ou à la formation. En effet, ces problèmes de mobilité engendrent une série de renoncements et d’échecs chez les personnes précaires.

mobility

En France, la politique de transports et de déplacements doit répondre à trois impératifs légaux : le droit au transport pour tous, la mobilité durable et l’accessibilité généralisée de tous à la ville. Les questions sociales sont donc absentes de la politique des transports. Dès lors, les enjeux sociaux de la mobilité ont progressivement été pris en charge par la politique publique d’insertion et d’accès à l’emploi. Ces politiques dites primaires connaissent cependant des limites. En effet, l’innovation en termes d’aide à la mobilité est de plus en plus le fait d’un « système secondaire des mobilités » (acteurs associatifs, accompagnants insertion et emploi, etc.). Le système secondaire apporte deux types de réponses aux besoins de mobilité : d’un côté une réponse financière et matérielles aux besoins de mobilité (aide financière, location de véhicule, covoiturage, etc.), de l’autre, une réponse pédagogique (formation mobilité, passage du permis de conduire, etc.). Les plateformes de mobilité développent un éventail complet de solutions mais privilégie grandement l’automobilité puisque l’automobilité est souvent perçue comme un enjeu d’intégration socioprofessionnelle et un critère de discrimination à l’embauche. Toutefois, bien que l’accès au permis de conduire soit la première modalité d’aide, son efficacité est à relativiser. Le coût du permis est largement sous-estimé : l’aide est de l’ordre de 1 200 euros alors que le coût réel est proche des 2 500 euros. Cela induit des problèmes financiers pour des personnes déjà en situation de précarité, ce qui conduit à des renoncements ou à des échecs. Par ailleurs, force est de constater la difficile pérennisation de ce système secondaire. En effet, les opérateurs sociaux de mobilité souffrent d’un modèle économique fragile puisqu’ils sont très dépendants des subventions publiques et œuvrent avant tout selon une approche non lucrative. D’ailleurs, ils ne bénéficient d’aucun statut ni de dispositifs juridiques et financiers adaptés au développement de leur activité.

mobility

Des solutions alternatives à la voiture existent mais elles restent trop peu accessible aux personnes en situation de précarité. En effet, l’effort des réseaux de transports porte sur les urbains actifs et non sur les précaires : abonnement privilégié, aide complémentaire de 50% de l’employeur, etc. Certes, des dispositifs existent pour les précaires, mais ils restent méconnus et la complexité de la tarification sociale génère un non-recours généralisé. En milieu rural ou périurbain, la dépendance à l’automobile ne cesse de croître puisque l’effort des responsables de transports porte en priorité sur les urbains. Quant au vélo, il reste très sous-utilisé parce qu’il souffre d’une approche culturelle confondant d’une part vélo et loisirs et d’autre part vélo et deux-roues motorisés, associé à un risque routier important. Enfin, les nouveaux services de mobilité, tels que l’autopartage ou le covoiturage, restent l’apanage des urbains actifs puisqu’ils sont inadaptés aux besoins des précaires. Les habitants des zones rurales sont clairement écartés de ces modes de transports alternatifs et restent totalement dépendant de l’automobile.

Enfin, les conclusions de l’étude Mobilité, insertion et accès à l’emploi : constats et perspectives mettent en exergue huit champ de recommandation pour favoriser l’accès à la mobilité des populations.

  1. Renforcer l’apprentissage et l’autonomie en mobilité, gage d’une meilleure insertion socioprofessionnelle.

Il s’agirait d’apprendre l’autonomie en mobilité dès le plus jeune âge, grâce au système scolaire, afin de maîtriser les modes de transports alternatifs, se repérer sur une carte, créer un itinéraire, calculer un temps de trajet, etc. Pour les adultes, l’autonomie en mobilité pourrait être développée grâce à des formations transversales en mobilité.

  1. Simplifier l’aide publique à la mobilité pour l’accès ou le retour à l’emploi.

Actuellement, les aides à la mobilité sont nombreuses et variées mais peu coordonnées et largement destinées à financer l’accès à l’automobilité. La simplification de la tarification sociale des transports en commun est une priorité car ils restent la principale alternative à la voiture. Par ailleurs, l’aide à la mobilité durable ciblant les actifs et les urbains pourraient être réorientée vers l’accès social à la mobilité. Ces aides permettraient, par exemple, de financer un vélo, un abonnement de transports publics pendant la première année de reprise d’un emploi, une formation à une mobilité autonome, un abonnement à un système d’autopartage, etc.

  1. Adopter une approche plus territorialisée du traitement des besoins.

La prise en charge des questions de mobilité doit devenir une compétence locale ou territoriale. Les experts recommandent également la création de collectifs locaux ou territoriaux dédiés à la mobilité qui réuniraient le Service Public de l’Emploi, les collectivités locales et territoriales, les intermédiaires de l’emploi et de l’action sociale, les employeurs, les associations, les opérateurs de mobilité. Ces collectifs auraient pour mission d’identifier les moyens techniques et financiers à mettre en place pour favoriser l’accès à la mobilité en prenant en compte la réalité des besoins et les pratiques de mobilité.

  1. Mieux impliquer les prescripteurs, les employeurs et les territoires grâce à l’incitation.

Selon les experts, « il faut modifier les objectifs professionnels de l’accompagnement à l’emploi en matière de diagnostic des freins à l’emploi » grâce à l’intégration de critères de mobilité durable. Par ailleurs, il est important d’inciter les employeurs à ne pas rendre le permis de conduire obligatoire pour les métiers non mobiles. Pour cela, les experts recommandent d’associer une échelle de mobilité aux métiers afin de ne pas orienter des demandeurs d’emploi qui n’ont pas accès à la mobilité vers des perspectives trop fragiles. Enfin, le système incitatif s’appuyant le versement transport doit encourager les employeurs à s’implanter plus près des zones d’habitations et des réseaux de transports en commun.

  1. Mettre les nouveaux services à la mobilité au service des précaires.

En milieu urbain, l’utilisation des nouveaux services de mobilité par les personnes précaires suppose un accompagnement de leur pratique par des formations et des mises en situations adaptées. En milieu périurbain et rural, il est urgent d’innover pour réduire la dépendance à la voiture : solutions de transports en commun plus souples, tarification combinée inter-territoires, dispositif de voitures en partage, développement du vélo, etc. Par ailleurs, les experts recommandent de proposer un accès moins onéreux des précaires à la voiture individuelle pour les déplacements qui restent incompressibles avec ce mode de transport.

  1. Reconnaître le métier des opérateurs sociaux de mobilité et renforcer leurs moyens d’actions.

Les opérateurs sociaux de mobilité sont les principaux vecteurs de l’innovation en termes de mobilité d’aide à la mobilité. Toutefois, ils sont fragilisés par le manque de reconnaissance de leur métier, de l’absence de dispositions juridiques ou réglementaires et les financements morcelés et aléatoires. A ce sujet, les experts recommandent la création et la définition d’un label national « opérateur social de mobilité » auquel serait adjoint un label de « plateforme sociale de mobilité ». Ceci devrait permettre une professionnalisation du métier ainsi qu’une hausse des moyens et une meilleure coordination.

  1. Valoriser, par l’évaluation, l’impact de la mobilité dans un parcours d’insertion.

Les aides à la mobilité étant rarement ou mal évaluées, il apparaît indispensable de définir un socle commun d’évaluation de l’action sociale en mobilité. Ce socle permettrait notamment de « distinguer d’une part l’évaluation de l’impact des aides à la mobilité sur l’accès à l’emploi ou le maintien dans l’emploi et d’autre part l’évaluation de l’impact des aides à la mobilité sur les capacités et l’autonomie en mobilité ».

  1. Contribuer à la création d’un espace de réflexion et de proposition.

Selon les experts de l’étude, il faut favoriser l’émergence d’une espace de dialogue, force de proposition, réunissant les acteurs publics et privés ainsi que la société civile autour du sujet de la mobilité durable. Les objectifs de ce « think tank » seraient de favoriser un dialogue entre les acteurs, de valoriser leur expérience et leurs complémentarités ainsi que de permettre une meilleure compréhension du sujet de l’accès à la mobilité et de combiner les savoir-faire afin de promouvoir des solutions de mobilité accessibles.

Articles du même sujet