Tag: embouteillages

30
Nov

Circulation : le lien évident entre embouteillages et productivité

Chaque année, TomTom présente son index de trafic annuel, mesurant la congestion sur les réseaux routiers dans pas moins de 295 villes à travers le monde. Une étude efficace permettant de donner aux usagers des informations précieuses sur l’impact de ces embouteillages sur la durée et le coût de leurs trajets quotidiens.

Depuis la création de cet index, il y a maintenant 5 ans, l’entreprise a construit une base de données immenses autour des durées de déplacement : TomTom travaille avec 14 trillions de données accumulées sur plus de huit années. Un moyen bien entendu d’améliorer leurs services et produits, mais aussi d’informer les conducteurs sur de meilleures pratiques possibles.

Parmi le classement des villes les plus encombrées par le trafic routier, on retrouve dix villes françaises de plus de 800 000 habitants. Marseille se hisse en 18ème place, avec un taux moyen de congestion de 38% et un pic à 78% pour les trajets le vendredi de 17h à 18h. En se basant sur ces informations, TomTom calcule que le conducteur peut ajouter jusqu’à 40 minutes de trajet supplémentaires par jour, soit près de 153 heures par an !

La cité phocéenne est suivie en 32ème position par Paris, avec un taux de congestion de 36%, qui peut s’élever jusqu’à 72% le mardi entre 8h et 9h. Cela revient à passer trente-huit minutes de plus au volant de son véhicule, faisant perdre 6,12€ en frais de déplacement journalier par véhicule ! Une étude d’INRIX, fournisseur international majeur d’info-trafic et d’aide à la conduite, spécifiait déjà qu’un foyer français perdait chaque année jusqu’à 677 euros à cause des embouteillages.

congestionvillesfrtomtom

Source : Journal de l’Auto

Un lien fort avec la croissance économique

Cet index permet de cerner les différents profils des villes étudiées, en pointant les faiblesses et atouts de leurs systèmes routiers respectifs, afin de proposer au final les solutions les plus adaptées. Globalement, la congestion du trafic augmente, mais de manière disparate : ainsi on observe un bond de 17% en Amérique du Nord, mais seulement de 2% en Europe.

C’est en partant de ce constat que l’on peut observer le rapport direct entre réduction du trafic automobile et croissance économique. Wendell Cox, directeur de Demographia, a ainsi déclaré : « Il y a des recherches économiques nombreuses indiquant que plus le trafic est fluide dans une zone urbaine, plus grande et probable est sa croissance économique. Pour exemple, une zone urbaine, où 80% des résidents peuvent atteindre leur lieu de travail en 30 minutes de trajet, est susceptible de mieux performer économiquement que si seulement 70% ou 60% des emplois sont accessibles dans le même temps de transport. »

carstraffic

Fluidifier le trafic est donc un enjeu de taille aussi bien pour le dynamisme des entreprises que le bien-être des employés. Taco van der Leij, VP Marketing chez TomTom Telematics insiste sur l’amélioration de productivité et de performance possible grâce à des services adaptés : « Les entreprises dont les employés sont sur les routes dans des villes congestionnées pourraient réellement bénéficier de procédés intelligents pour faire face aux effets de ralentissement de la circulation. (…) Grâce à un routage plus intelligent et à une planification des tâches, la télématique peut optimiser les flux de trafic; ce qui signifie que les véhicules passent moins de temps sur la route. »

Une mobilité fluidifiée et moins stressante que Mobility Tech Green s’efforce de proposer chaque jour à travers sa solution d’autopartage e-Colibri.

Articles du même sujet

08
Juil

trajets domicile-travail : 6 Français sur 10 utilisent leur voiture personnelle

Dans une étude réalisée entre octobre 2014 et décembre 2014 auprès de 9000 salariés, le groupe Randstad France a analysé les déplacements domicile-travail. L’étude montre qu’au niveau national, ce sont environ 63% des Français qui utilisent leur voiture personnelle pour se rendre au travail contre 18% qui ont recours aux transports en commun. Des proportions qui semblent pourtant s’inverser en Ile-de-France. Fait étonnant, l’étude tend à démontrer que seulement 9% des interrogés vont au travail à pied, 4% en deux-roues et seulement 2% via covoiturage. Les embouteillages ont donc encore de beaux jours devant eux sachant que le temps moyen des Français passé dans les bouchons est estimé à 47 heures chaque année !

Concernant les temps de trajet, tous moyens de transports confondus, les Français mettent en moyenne 26 minutes pour se rendre sur leur lieu de travail. Les transports en commun étant le mode de déplacement le plus long avec une moyenne de 44 minutes. Enfin, le rapport note que les personnes les plus diplômées sont celles qui utilisent le plus les transports en commun. L’explication est simplement géographique: selon Randstad, «une part importante des cadres exercent leurs fonctions dans de grandes métropoles, et utilisent donc massivement les transports en commun à leur disposition pour se déplacer».

rapport randstad trajets domicile travail

Articles du même sujet

01
Juin

Le trajet domicile-travail : un lien direct avec le burn-out ?

Le burn-out est un sujet extrêmement sensible en entreprise. A ce propos, une récente étude de l’Université de Montréal tend à prouver qu’il existe un lien entre le temps de trajet domicile-travail, le moyen de transport utilisé ainsi que les embouteillages. Annie Barreck, de l’Université de Montreal déclare : « Il existe une corrélation entre les facteurs de stress des trajets et la probabilité de souffrir d’épuisement professionnel, mais leur importance varie en fonction des individus, des conditions de trajet et de l’entreprise du salarié ». Madame Barreck présentera ses résultats de recherche lors du 83ème congrès de l’association Francophone pour le savoir (ACFAS). L’étude a impliqué 1942 personnes âgées entre 17 et 69 ans, travaillant dans 63 entreprises différentes.

Des résultats sans surprises

annie barreck burnoutPlus grande est la ville, plus le trajet domicile-travail est stressant pour l’employé. Du moins pour les trajets effectués en voiture. Elle affirme « Les individus voyageant en milieu rural ou en banlieue se sentent moins stressés ». A noter cependant, que l’étude démontre que ce sont les passagers les plus stressés lors de ces trajets. Ainsi, le covoiturage réduit le sentiment de contrôle du passager. Ce qui lui cause plus de stress avant même d’avoir atteint son entreprise. Néanmoins cette distinction en fonction du milieu est aussi a nuancer. « Effectivement, il semblerait que les salariés en zone rurale ne sont pas épargnés. Ceux qui empruntent de longs trajets en transport en commun se sentent moins efficaces en milieu de travail » explique Madame Barreck.

Quelles conclusions ?

Les effets de la durée du trajet sur la santé mentale d’un salarié varient en fonction du type de transport utilisé ainsi que le profil de la zone où la personne travaille. « Les résultats démontrent que le risque de burnout augmente considérablement quand un trajet domicile-travail devient supérieur à 20 minutes » conclue-t-elle.

Articles du même sujet

23
Avr

Les embouteillages véritables fléaux des centres urbains !

5,9 milliards d’euros ! C’est le coût des embouteillages en France chaque année. En d’autres termes, chaque foyer Français dépense 677 euros par an à cause des bouchons selon INRIX®, fournisseur international majeur d’info-trafic et d’aide à la conduite, et le cabinet d’études britannique Centre of Economics and Business (Cebr). Ils nous alarment sur une situation amenée à changer très rapidement. L’étude révèle que 3,5 milliards, des 5,9 disparaissant dans les bouchons, trouvent leurs cause dans le temps passé dans les embouteillages au lieu d’être au travail. Chaque jour, les français rencontrent des bouchons pour se rendre sur leur lieu de profession.

embouteillagesCertains pointe du doigt les transports en commun qui n’effectuent pas toujours le trajet domicile-travail. D’autres évoquent un temps trop long dans ces transports en commun. Beaucoup citent l’autopartage comme solution adapté mais ils dénoncent un manque de parkings de ses voitures pour utiliser au mieux ce moyen de transport. Les automobilistes appellent donc a un développement de l’autopartage. Un levier de mobilité qui répondrait aux problèmes des embouteillages puisqu’il permettrait une diminution considérable du nombre de voiture individuelle. L’autopartage entrainerait par la même occasion une baisse des dépenses de carburant, une baisse de la pollution et un apaisement des conducteurs qui pourraient enfin rouler sereinement.

En haut du classement des villes les plus embouteillées on retrouve Marseille, Lyon et Paris. Avec 60 heures passer dans les bouchons chaque année, les parisiens ont de quoi être agacé. Il est temps de baisser ce chiffre du compteur !

Articles du même sujet