Tag: autopartage europe

30
Juin

L’autopartage B2B devrait connaître une croissance de 87% par an de 2015 à 2019

Technavio a publié un nouveau rapport concernant l’autopartage B2B en Europe et dévoile le fait qu’il devrait connaître une croissance de plus de 87% par an d’ici 2019. Cette forme d’autopartage connaît effectivement une croissance exponentielle et consiste à disposer de véhicules partagés en libre-service dans une flotte d’entreprise.

Mettant l’emphase sur son ROI et les économies réalisées dans le cadre des déplacements professionnels, le rapport évoque le fait que de plus en plus d’entreprises adoptent l’autopartage dans leurs plans de mobilité.

« Dans cette nouvelle forme de mobilité en entreprise, les salariés disposent d’une réelle flexibilité des moyens de transports mis en place. Ils choisissent de manière autonome la réservation du véhicule ainsi que sa typologie. C’est un réel gain pour l’entreprise ainsi que pour ses salariés » évoque Faisal Ghaus, Vice Président de Technavio.

Articles du même sujet

18
Fév

Autopartage en Allemagne : un marché potentiel de 35 milliards d’euros par an

C’est la conclusion de l’étude réalisée par le cabinet de conseil Berylls Strategy Advisors ! En se basant sur le volume total du trafic individuel motorisé estimé à environ 120 millions de trajets quotidiens et d’une distance moyenne de 16 kilomètres, l’étude dévoile qu’un marché potentiel de 35 milliards d’euros par an en Allemagne sera bientôt d’actualité si seulement 10% de ces trajets sont réalisés dans le cadre de l’autopartage. Le directeur de l’étude explique « nous sommes convaincus que le partage de voitures répond à la problématique essentielle des besoins en mobilité des Allemands évoluants en milieu urbain. Notre base de 10% n’est qu’une référence mais présage bien l’évolution du marché ».

autopartage allemagne

Actuellement, l’autopartage en Allemagne est encore aux prémices de son plein potentiel. Selon l’étude, seulement 1,7% des 60 millions de titulaires du permis ont essayé au moins une fois un service d’autopartage. 50% d’entres eux l’utilisent une fois par mois et 28% seulement sont inscrits sur plusieurs plateformes. L’utilisation de l’autopartage est toujours sporadique comme indique l’étude. Sur les 120 millions de trajets motorisés quotidiens, seulement 50 000 trajets sont effectués en autopartage. Cependant la mobilité partagée est déjà entrée dans les esprits des automobilistes. En effet, le rapport démontre qu’environ 60% des titulaires de permis dans le pays connaissent au moins un opérateur d’autopartage ! Rappelons que sur le vieux continent, l’Allemagne est aujourd’hui sans conteste le pays dans lequel le « partage de voiture » (2300 véhicules) est le plus répandu avec en tête Berlin possédant plus de 200 000 abonnés. Enfin, selon une étude de l’organisme de contrôle technique TÜV Rheinland, le nombre d’utilisateurs de services d’autopartage en Allemagne pourrait passer à 3 millions de personnes d’ici à 2020 (contre 1 million actuellement).

germany-carsharing

Articles du même sujet

03
Nov

Plus de 25 millions d’Européens de la génération Y n’ont pas l’intention d’acheter ni de louer un véhicule d’ici 2019

La nouvelle étude de Deloitte Global Manufacturing Industry group : 2014 Global Automotive Consumer Study: Exploring European consumer mobility choices, analyse l’évolution des besoins de mobilité et des comportements d’achat dans un groupe de consommateurs qui, selon les estimations, devrait atteindre 106 millions de personnes en Europe en 2020. Les enquêteurs ont étudié les réponses de plus de 23.000 consommateurs de 19 pays. L’analyse la plus récente a examiné les préférences des « millennials » de huit marchés européens, la Belgique (1.600 réponses), la République tchèque, la France, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Turquie et le Royaume-Uni. L’étude révèle qu’environ 25 pour cent de la Génération Y (« Gen Y ») européenne n’ont pas l’intention d’acheter ni de louer un véhicule avant 2019. En Belgique, cette proportion atteint 30 pour cent !

deloitte étude autopartage

Les consommateurs de la Génération Y achèteront-ils des voitures ?

« Les résultats de cette dernière étude le montrent : l’histoire d’amour que les Européens entretiennent depuis si longtemps avec leur voiture pourrait bien s’estomper avec cette jeune génération technologique, qui se sert du sms, de l’e-mail et du chat vidéo pour rester en contact à tout moment avec la famille et les amis », commente Eric Desomer, Deloitte Belgium Automotive Sector Leader. « L’endettement croissant et la difficulté de trouver du travail dans le sillage d’une des pires crises économiques font évoluer les préférences de la propriété du véhicule vers l’accès au véhicule. La tendance est accentuée par l’émergence des nouveaux modèles de transport comme l’autopartage, le covoiturage, l’amélioration des transports publics ou les systèmes multimodaux. » Parmi les consommateurs belges Gen Y qui ne sont ni propriétaires ni locataires d’un véhicule, le coût est indéniablement la première barrière à l’achat. La majorité cite la hauteur des frais d’utilisation et d’entretien (74 pour cent) et l’insuffisance des ressources (72 pour cent). En termes de facilité, 70 pour cent déclarent que la marche à pied et les transports en commun répondent aux besoins de leur mode de vie.

Pour consulter l’étude 2014 Global Automotive Consumer Study: Exploring European consumer mobility choices report, rendez-vous ici.

Articles du même sujet

08
Avr

Étude AlixPartners sur l’autopartage : Berlin et Londres reines de l’Europe, Rome et Madrid à la traîne

Le nombre d’utilisateurs de services d’autopartage en Europe est voué à augmenter de manière significative dans les prochaines années. Sur le vieux continent, l’Allemagne est aujourd’hui sans conteste le pays dans lequel le « partage de voiture » (2300 véhicules) est le plus répandu avec en tête Berlin possédant plus de 200 000 abonnés, tandis que Rome et Madrid sont les mauvais élèves parmi les capitales. Néanmoins l’Italie n’est pas en reste ! En effet, les chiffres de croissance du taux d’utilisation de l’autopartage à Milan ainsi que dans plusieurs villes Européennes sont extrêmement encourageants. Ainsi par exemple, Milan prévoit plus de 95 000 abonnés d’ici 2016 pour un total de véhicules en autopartage de plus de 1500 unités. Cela s’explique notamment par une véritable volonté d’abandon de la propriété pour une logique d’utilisation de véhicules et des coûts inhérents au fonctionnement et à l’entretien.

Telles sont les principales tendances qui se dégagent de l’analyse du cabinet international de conseil AlixPartners sur le thème « L’auto-partage. Défis et opportunités de la nouvelle mobilité urbaine ». Cette étude postule de fait, que plus de 4 millions de voitures vont disparaître des rues d’Europe et des Etats-Unis d’ici 2020.

autopartage chiffres 2016

Articles du même sujet

11
Mar

2014 : l’année de l’autopartage en entreprise

L’autopartage en entreprise correspond à une nouvelle étape dans la gestion de flottes de professionnels. Après l’externalisation de leurs parcs via le leasing, puis celle de services tels que le carburant, les pneumatiques ou l’entretien, les professionnels disposent dorénavant de leur propre outil de gestion en libre-service. Avec des bénéfices importants tels que la diminution du parc existant de 30% et la réduction des frais kilométriques de 50%, l’autopartage devient la solution plébiscitée par les entreprises.

C’est en effet ce que confirme la dernière analyse du cabinet Frost & Sullivan. Le nombre de véhicules utilisés dans le cadre de l’autopartage pour entreprises devrait se multiplier par 50 durant les 6 prochaines années en Europe. Il est à ce titre estimé qu’environ 2000 véhicules sont utilisés actuellement dans le cadre de l’autopartage pour entreprise en Europe. Ce chiffre d’ici 2020 devrait passer à plus de 100 000. Cette croissance serait principalement due à la démocratisation du principe de l’autopartage dans les entreprises mais aussi les collectivités.

Orange-autopartageMartin Briggs, directeur du programme de Mobilité du cabinet Frost & Sullivan croit que la véritable congestion des centres urbains et les relatives contraintes liées à l’utilisation des transports en commun couplé au manque de places de parking favorise largement le développement d’une réelle alternative : à savoir l’autopartage. Il évoque à ce titre que « Le besoin de dédier un véhicule pour un employé est drastiquement en train de diminuer. Les automobiles connectées sont aujourd’hui sous les feux des projecteurs, les solutions de gestion de flotte utilisées par les programmes d’autopartage sont une véritable aubaine pour la rationalisation des coûts pour les entreprises ».« Nous réfléchissons à la façon d’optimiser nos déplacements via la visioconférence, mais aussi grâce à l’usage de véhicules zéro émission. Orange a, par exemple, équipé, fin 2013, 100 nouveaux véhicules (dont 25 % de Renault Twizy) de la solution e-Colibri afin de permettre aux salariés de les réserver en auto-partage via Internet et smartphones rappelle Jean Zermati, directeur de la gestion des véhicules d’Orange.

Articles du même sujet