Tag: autopartage chiffres

25
Nov

Autopartage : Etat de l’art du marché et chiffres clés

Durant la dernière décennie, la répartition de la population urbaine mondiale est passée de 25% à 50%. Plus de 3 milliard d’individus vivent actuellement en ville. Dans 25 ans, il y’aura 9 milliard de personnes qui cohabiteront en milieu urbain, soit plus de la population mondiale totale d’aujourd’hui ! En 2005, près de 890 millions de véhicules parcouraient la planète (CCFA, 2005). En 2007, le milliard était dépassé. De 1955 à 2005, l’augmentation de leur nombre a été environ trois plus rapide que la croissance de la population. Les Etats-Unis restent le pays le plus motorisé du monde avec 844 véhicules pour 1000 habitants en 2007. Heureusement, la tendance est à la dimininution. De même, le nombre de véhicules s’est stabilisé ou augmente faiblement dans les pays dits « développés » comme l’Allemagne, la France, le Japon et le Canada. Aujourd’hui, ce sont les économies émergentes qui dopent le marché de l’automobile : il y avait 3,8 millions de voitures en Chine en 2000, 43,2 millions en 2011, la troisième plus importante flotte après les Etats-unis et le Japon. Dans le même temps, la Russie est passée de 20,4 milliions à 365,4 millions d’unités ; le Brésil de 15,4 millions à 27,4 millions ; l’Inde de 5,2 millions à 14,2 millions. Selon les Nations Unies, le parc automobile mondial devrait tripler d’ici 2050, alimenté à 80% par les économies en développement.

Mobility tech Green

Pour Frost & Sullivan, le secteur de la mobilité serait sur le point de connaître une énorme mutation. En effet, le paradigme de la mobilité semble progressivement passer de la possession à l’utilisation de la voiture grâce à la très forte croissance des secteurs de la location, de l’autopartage et du covoiturage. De plus, force est de constater que ces nouveaux modes de mobilité touchent aussi bien les particuliers que les entreprises. C’est notamment le cas de l’autopartage qui a énormément gagné en popularité ces dernières années. Avec une croissance de 50% des abonnements, l’autopartage est désormais adopté par les entreprises. Selon Sarwant Singh, Senior Partner et Practice Director of Automotive and Transport chez Frost & Sullivan, « l’autopartage, initialement basé sur les modèles B2C et P2P, fonctionne désormais aussi en B2B avec la popularité croissante de l’autopartage en entreprise. ». En effet, l’autopartage apparaît pour les entreprises comme une alternative à leur parc automobile souvent coûteux. Ainsi, Frost & Sullivan estime que d’ici 2018-2020, 80 000 véhicules devraient fonctionner en autopartage dans les entreprises en Europe. Le nombre d’acteurs sur le segment de l’autopartage pour entreprise passera de 13 eu Europe en 2013 à 30 d’ici 2020. Le nombre d’entreprises Européenes intégrant un service d’autopartage pour leurs employés va passer de 200 en 2013 à 4000 d’ici 2020 et représentera 0,5% de la flotte globale des entreprises Européenes. (0,01% en 2013). Enfin, l’institut Roland Berger, il semblerait que le marché de l’autopartage concernant l’empire du milieu devrait croître de 80% par an durant les 5 prochaines années ! Cela s’explique notamment par des subventions gouvernementales et des mesures incitatives. En effet, l’Etat Chinois prévoit ainsi de réserver des places de parking réservées pour les véhicules en autopartage. Les analystes prévoient ainsi que le marché mondial de l’autopartage va croître de 41,35% par an sur la période 2013-2018. Le présent rapport couvre l’état de l’art actuel et les perspectives de croissance du marché mondial de l’autopartage au cours de la période 2014-2018.

Mobility Tech green

Une voiture, un conducteur, 13000 km, 4300€ de budget par an

« Aujourd’hui, la voiture individuelle, inexploitée 95 % du temps, est la règle pour les déplacements urbains, périurbains ou de longue distance », reconnaît l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Mais, dans un rapport sur les déplacements à l’horizon 2050, l’Ademe s’attend à ce que le nombre de véhicules se réduise de 35 à 22 millions. Ce que l’association France Nature Environnement (FNE) traduit par la « fin du tout-voiture solo » dans un guide à destination des élus et des décideurs. Les différents experts du secteur pronostiquent pour 2014 une année pleine de promesses, en particulier pour les entreprises ayant de forts besoins en mobilité. En effet, le nombre d’utilisateurs de services d’autopartage est à ce titre estimé à 15 millions  d’ici 2020 (comptant actuellement  700 000 utilisateurs en 2013 selon les analyses de Frost & Sullivan). Cette croissance à longs termes repose principalement sur un facteur principal. L’économie collaborative ! Mouvance ayant émergée dans le secteur de l’industrie de la musique et qui est devenue un modèle plébiscité par les jeunes consommateurs. Lisa Jerram, Analyste chez Navigant Research évoque à ce propos « En 2013, les constructeurs automobile ont observé que ces nouveaux modèles de consommation  sont une véritable opportunité et doivent s’adapter car ils n’emprunteront pas la route traditionnelle ». A ce titre, AlixPartners LLP, célèbre cabinet de consulting Américain reconnu dans la sphère de l’automobile, évoque le fait que les Américains se tournent de plus en plus vers l’autopartage et délaissent l’achat d’automobiles. Effectivement, la pratique de l’autopartage a permis d’éviter l’achat de 500 000 voitures neuves ou d’occasion de plus entre 2006 et 2013 ! Les Etats-Unis voient donc eux aussi le changement du paradigme de la possession pour celui de l’usage.

Carsharing study

Un cas emblématique de la réussite de l’autopartage : Chicago

A Chicago, plus de 1200 employés ont recours à l’autopartage. Selon Kevin Campbell, directeur du parc automobile de la ville de Chicago, la ville a réalisé des économies considérables en passant à l’autopartage. Sa flotte est passée de 1000 à 650 véhicules depuis la mise en place du système. Par ailleurs, la ville a également réduit ses coûts de parking qui s’élevaient auparavant à 200euros par mois et par véhicule. Au final, la ville de Chicago a réalisé plus de 7 millions de dollars d’économies depuis le 1er janvier 2011 ; le coût total pour la mise en place du systèmes s’élève ainsi à 500 000 dollars. Mais Chicago n’est pas en reste, l’ingénieur civil Kara Kockelman de l’Université d’Austin au Texas a récemment modélisée cette problématique avec son équipe de recherche. En utilisant comme référentiel la densité de  la population d’Austin, ils ont simulé un trajet domicile travail moyen en se basant sur l’hypothèse que seulement 5% de ces voyages seraient réalisés par des véhicules autonomes en autopartage. Le reste étant effectué traditionnellement par des voitures personnelles. Les résultats offrent un aperçu très intéressant d’un monde sans possession de voiture. En effet, chaque véhicule sans conducteur mis en autopartage a remplacé 11 voitures en circulation ! En effet, les quelques 20 000 personnes qui composaient ce réseau d’autopartage avaient comblés leurs besoins de mobilité par seulement 1700 véhicules autonomes en autopartage contre en moyenne 20 000 voitures personnelles. Fait très important, ces membres ont en moyenne attendu seulement 20 secondes avant d’être servis par le service !

Un route toute tracée vers le véhicule autonome ?

Le chercheur Alain Kornhauser de l’Université de Princeton travaillant sur les véhicules autonomes évoque à ce propos « Ce qu’il va certainement se passer, c’est que plus personne ne sera possesseur d’une voiture ! Si vous pouvez accéder à la mobilité il est plus adéquat d’acheter le contenu que le contenant » explique-t-il. « Le problème d’aujourd’hui est le fait que les personnes achètent un véhicule pour combler leurs éventuels besoins de mobilité. Mais les voitures sans conducteurs changent véritable l’équation. A l’heure actuelle moins de 17% des véhicules par ménage circulent en même temps. Même si une fraction minime des ces voitures non utilisées était remplacée par de l’autopartage de véhicules autonomes, la réduction du coût kilomètrique global serait immense » nous explique Monsieur Kornhauser. Son affirmation étant d’autant plus pertinente lorsque l’on considère qu’1/4 des membres de services d’autopartage ont abandonné leur voiture personnelle ! Enfin, entre 2015 et 2020, le cabinet Strategy& et PwC estime que le marché du véhicule connecté aura quadruplé et atteindra 115,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le monde en 2020 ! Un boom qui bénéficiera essentiellement à deux segments de technologies : la sécurité et l’aide à la conduite, qui atteindront respectivement 47,34 et 35,66 milliards d’euros à l’horizon 2020.

Articles du même sujet

28
Août

Le marché mondial de l’autopartage va connaître un taux de croissance annuel de 41,35% entre 2013 et 2018

C’est en tout cas la conclusion de l’étude de Reportsnreports.com. En effet, au cours des trois dernières décennies, le partage de voiture est passé d’un service de base fourni par des opérateurs classiques à un service largement reconnu de transformation du paysage urbain. Les différents services d’autopartage offrent de nombreux visages tels que le l’autopartage B2C, B2B et C2C. Plus d’information sur les différentes formes d’autopartage ici.

Les analystes prévoient ainsi que le marché mondial de l’autopartage va croître de 41,35% par an sur la période 2013-2018. Le présent rapport couvre l’état de l’art actuel et les perspectives de croissance du marché mondial de l’autopartage au cours de la période 2014-2018. Cette recherche a été préparé sur la base d’une analyse de marché approfondie avec les contributions des experts de l’industrie. Le rapport couvre à ce titre la région Asie-Pacifique, Europe, Amérique du Nord, et du reste du monde. Enfin, le rapport comprend une discussion sur les principaux opérateurs d’autopartage à travers le monde.

Est-ce si étonnant ? Pas vraiment, rappelons que si 2013 était l’année de la démocratisation de l’autopartage, 2014 sera celle de son avènement. Effectivement, les grands groupes possédant une large flotte automobile se tournent de plus en plus vers l’autopartage pour entreprises. « En 2013, 1750 véhicules de flottes d’entreprises étaient équipés en autopartage. Nous voyons une explosion de ce chiffre pour 84 000 véhicules équipés d’ici 2020 » nous expliquait Franck Leveque, vice président de la branche transport et automobile de Frost & Sullivan dans notre article sur les tendances de l’autopartage en 2014.

Articles du même sujet

11
Juin

Une croissance de 80% par an pour l’autopartage en Chine !

Nous évoquions il y’a quelques mois les chiffres du secteur de l’autopartage d’ici 2020.  L’étude estimait ainsi les revenus générés par notre secteur de l’ordre de 6 milliards en 2020. Cette tendance semble donc se confirmer car depuis 2006, la flotte de véhicules disponibles en autopartage a triplé et l’activité devrait enregistrer une croissance annuelle de 70 % dans les années à venir. Aujourd’hui, près de 2 millions d’utilisateurs dans le monde sont enregistrés pour bénéficier d’un service d’autopartage. Le marché mondial de l’autopartage représenterait un montant d’environ un milliard de dollars. Mais qu’en est-il de la situation en Chine ?

Selon l’institut Roland Berger, il semblerait que le marché de l’autopartage concernant l’empire du milieu devrait croître de 80% par an durant les 5 prochaines années ! Cela s’explique notamment par des subventions gouvernementales et des mesures incitatives. En effet, l’Etat Chinois prévoit ainsi de réserver des places de parking réservées pour les véhicules en autopartage.

autopartage chine

Articles du même sujet

04
Fév

L’autopartage, réelle alternative à l’achat de véhicules.

Selon une récente étude, les services d’autopartage deviennent une alternative sérieuse à l’achat de véhicules neufs et d’occasions. En effet, AlixPartners LLP, célèbre cabinet de consulting Américain reconnu dans la sphère de l’automobile, évoque le fait que les Américains se tournent de plus en plus vers l’autopartage et délaissent l’achat d’automobiles. Effectivement, la pratique de l’autopartage a permis d’éviter l’achat de 500 000 voitures neuves ou d’occasion de plus entre 2006 et 2013 ! Les Etats-Unis voient donc eux aussi le changement du paradigme de la possession pour celui de l’usage.

L’étude se base sur une enquête menée auprès des adeptes de l’autopartage dans 10 villes Américaines majeures où l’auto partage s’est développé (Boston, Washington, D.C., New York, San Francisco, Seattle, San Diego, Miami, Chicago, Austin, Texas, and Portland, Ore) et démontre qu’un véhicule en autopartage évite l’achat de 32 véhicules personnels !

Après analyse des données, AlixPartners LPP conclue qu’environ 48% des personnes utilisant l’autopartage régulièrement n’ont plus besoin de posséder un véhicule et n’achètent donc pas de voitures. La firme extrapole ensuite ses résultats en mettant en avant le fait que l’autopartage est un service en plein essor, et de fait, aura un impact majeur sur les ventes de voitures à l’avenir. Cette analyse se trouve justifiée par 2 éléments concrets. Premièrement, le nombre de pratiquants de l’autopartage ne cesse de croître depuis 2008 selon Susan Shaheen, co-directrice du centre de recherche sur les transports durables à l’université de Californie et experte de l’autopartage. Deuxièmement, le nombre d’adeptes de l’autopartage est estimé à plus de 4 millions d’ici 2020 et remplacerait l’achat de plus d’un million de véhicules durant cette période.

croissance autopartage

Enfin, Michael Sivak, chercheur à l’institut de recherche des transports de l’université du Michigan conclu dans la récente étude de juillet dernier que « le nombre de véhicules sur la route par foyer et par permis, ainsi que celui du nombre de kilomètres parcourus par conducteur, par foyer et par permis a drastiquement diminué depuis une décennie ». Mark Wakefield, directeur de l’étude menée par AlixPartners LPP conclue « Notre étude démontre que la volonté des Américains d’éviter l’achat d’automobiles via l’alternative de l’autopartage est bien plus grande que ce que les gens pensent ».

Articles du même sujet