Tag: autopartage 2020

24
Nov

Un jour de 2020 dans lequel la voiture individuelle n’existe plus

6:45. Lundi 24 Novembre 2020.

« Bonjour Didier. La température extérieure est de 8°C. Risques d’averses : 2%. Une journée ensoleillée qui n’attend plus que vous ! ». La voix familière qui annonce un réveil imminent résonne dans la chambre. Didier cherche à tâtons son téléphone et s’extirpe tant bien que mal du lit. Une pression sur l’écran et on entend déjà la cafetière s’activer dans la cuisine, tandis qu’il se dirige vers la salle de bain.

Une journée ensoleillée qui s’annonce oui, mais surtout une journée bien chargée ! Didier est commercial dans les télécoms depuis maintenant 15 ans. Ces dernières années les choses ont pas mal changé dans son travail, mais il ne s’en plaint pas, bien au contraire.

Un covoiturage domicile-travail au quotidien 

Tout en sirotant son café, il vérifie l’horaire de son co-voiturage. « Rendez-vous à 7h45 place de la Liberté ». Depuis qu’il utilise WayzUp les déplacements entre son domicile et son travail ne sont plus une source de stress : beaucoup de salariés utilisent cette plateforme à la fois pour économiser mais aussi pour une expérience plus conviviale de leurs trajets quotidiens.

wayzuptrajetDidier jette un coup d’oeil par la fenêtre avant de quitter son appartement : c’est vrai que les embouteillages sont moins denses. Il y a quelques années encore les rues en bas de son immeuble grouillaient de véhicules à l’arrêt, pestiférant les uns contre les autres. Rien d’étonnant donc que son patron encourage fortement cette initiative, notant les nombreux bénéfices pour le bien-être de ses employés.

« Bonjour, tu vas bien aujourd’hui ? ». Didier a rejoint Marc, qui est son ‘chauffeur’ pour aujourd’hui. Ils habitent à deux rues l’un de l’autre, alors rien de plus pratique qu’effectuer le trajet ensemble. Le trafic est bon, et en 15 minutes ils arrivent sur le parking des bureaux où ils travaillent tous deux.

« C’est plus le casse-tête que c’était avant pour trouver une place, hein ? » lance Marc à Didier. En effet, Didier se souvient lorsqu’il possédait encore sa voiture et qu’il pouvait tourner en rond des dizaines de minutes avant de trouver un emplacement libre. Encore quelque chose qui ne lui manque pas du tout ! Marc se gare sur une des places réservées aux covoiturages.

Un système d’autopartage de véhicules autonomes simple et efficace

En sortant du véhicule Didier croise Lucie, une de ses collègues, qui se dirige d’un pas déterminé vers le véhicule autonome qu’elle a réservé avec deux autres autres employés via le service d’autopartage. Idéal pour finaliser les présentations ensemble avant une réunion importante !

©Mercedes

©Mercedes

Une fois dans l’ascenseur, Didier observe les chiffres du compteur qui augmentent rapidement. « 12ème étage, Bureaux Icodia ». Cela fait maintenant 3 ans qu’il travaille à cet étage un peu particulier, qui a abandonné les bureaux fixes pour privilégier un espace de co-working où les postes de travail sont éphémères et où les professions se croisent de manière plus systématique.

Du coworking et du télé-travail plébiscités

Didier s’avance donc dans l’espace principal où quelques bureaux sont encore libres à cette heure matinale, les employés ayant des horaires modulables ou travaillant depuis chez eux. Le taux de salariés en teleworking n’a fait qu’augmenter ces derniers temps, séduisant aussi bien les employeurs que les employés par sa flexibilité mais aussi la réduction des trajets quotidiens entre domicile et travail.

Un coup d’oeil à son agenda numérique lui indique qu’il a un rendez-vous important à 14h avec un client potentiel. Le lieu de rencontre est à 30 minutes des bureaux et Didier a donc réservé un véhicule en autopartage afin d’avoir l’esprit tranquille : en effet une flotte est mise à disposition des employés pour effectuer leurs déplacements. Il suffit de choisir la date, le véhicule et d’appuyer sur « Réserver » ! Pas besoin de clés non plus : le smartphone est devenu l’outil de mobilité et d’ouverture par excellence.

mockupecolibriAprès avoir travaillé plusieurs heures et déjeuné dans l’espace commun, Didier se rend donc au parking dédié pour récupérer la voiture réservée et se rendre au lieu de rendez-vous. Une fois dans l’habitacle il configure en deux temps trois mouvements grâce à e-Manager le trajet le plus rapide jusqu’à sa destination, grâce à un calcul de la distances mais aussi des éléments de trafic tels que les embouteillages ou les accidents en cours.

L’autopartage : une mobilité d’entreprise généralisée

30 minutes et 35 secondes plus tard, Didier se gare, sort du véhicule et le verrouille depuis son smartphone. Son rendez-vous va durer à peu près deux heures : le véhicule a été réservé durant cette période par un autre usager parcourant une distance courte. Celui-ci ramènera le véhicule sur la place de départ avant la fin de la rencontre, afin que Didier puisse retourner comme prévu à sa destination. Un système simple et pratique développé par Mobility Tech Green qui s’appelle la boucle dans la boucle.

Ça y est, le rendez-vous de Didier est terminé, et il récupère le véhicule partagé. Il doit préparer des papiers à transmettre au client avant demain matin, et prévoit donc de travailler encore quelques heures.

manincarLe trajet se passe sans encombre, mais une fois la voiture verrouillée Didier se rend compte qu’il a oublié sa sacoche avec le dossier de son client sur le siège passager ! Pas de panique : il se rend sur l’application e-Manager et peut contacter directement un conseiller afin que celui-ci déverrouille à distance le véhicule. Ouf, on a échappé au pire !

De retour à l’espace de travail, Didier prépare ses documents, planifie l’envoie automatique pour le lendemain matin, et se rend ensuite sur le parking. Pour le retour à son domicile il a décidé d’emprunter un véhicule en autopartage avec l’offre pro/perso. Il pourra ainsi profiter du véhicule tout le week-end pour ses trajets personnels !

Enfin chez soi ! On peut dire que la journée a été productive pour Didier, mais maintenant il est grand temps de se relaxer un peu. Il a acheté il y a quelques temps le casque de réalité augmentée Hololens, et une des applications disponible propose une expérience de surf virtuel plus vrai que nature. De quoi se dépayser avant les vraies vacances au soleil !

Visite des studios Asobo - l'HoloLens en action © ASOBO

Visite des studios Asobo – l’HoloLens en action © ASOBO

MTG

Articles du même sujet

27
Nov

En 2020 : il y aura 26 millions de membres d’un service d’autopartage

carsharing 20202 études publiées par Berg Insight et Frost & Sullivan estiment que le nombre d’utilisateurs d’un service d’autopartage sera de 26 millions d’ici 2020. Selon Berg Insight, le nombre d’autopartageurs était, à fin 2014, d’environ 4,8 millions pour 100,000 véhicules autopartagés. A fin 2015, ce chiffre est estimé à 6,5 millions de membres pour 123,000 de véhicules en autopartage. La croissance annuelle d’ici 2020 est estimée à 32% pour un nombre de 450,000 voitures partagées.

Autopartage en boucle et Free floating

Aujourd’hui, la plupart des opérateurs d’autopartage utilisent un système basé sur des stations permettant d’offrir des voyages en boucle retour. C’est-à-dire que l’utilisateur du service doit retourner le véhicule dans la station de départ. Certains opérateurs offrent aussi des systèmes en one-way qui permettent donc, de laisser le véhicule dans une des stations gérée par l’opérateur (Vous pouvez retrouver ici les différentes formes d’autopartage).
« Enfin un dernier modèle utilisé est celui du free floating. Ce dernier permet de prendre et de laisser un véhicule à n’importe quel endroit d’une zone donnée » explique André Malm, Analyste chez Berg Insight. Il ajoute « la capacité de pouvoir utiliser un véhicule en autopartage sans devoir au préalable effectuer une réservation rend ce genre d’autopartage très attractif pour les particuliers. L’autopartage en free floating est opéré dans 12 pays et 43 villes d’Europe et d’Amérique du Nord pour environ 20,000 voitures et 2 millions d’abonnés à fin 2015 ».

Les services d’autopartage adoptent une approche via smartphone

nfc carsharingAu niveau de la technologie, le cabinet Frost et Sullivan estime que dans les 7 prochaines années, le marché de l’autopartage se tournera vers des logiciels open source, des systèmes plug and play ainsi que des accès aux véhicules via smartphone NFC/ Bluetooth low energy. « La technologie NFC s’est en effet imposée comme un standard pour la majorité des constructeurs de smartphones. Cela permettra la démocratisation des services d’autopartage basés sur l’accès aux véhicules via smartphone et technologies NFC » explique l’analyste Albert Geraldine Priya de Frost & Sullivan.

Articles du même sujet