Category: Autopartage

15
Juin

Mobilité : la semaine en actus !

Pendant que les données des transports attisent tous les intérêts et que la mairie de Paris cherche à donner un nouveau souffle à l’autopartage, sur les routes la bataille des véhicules autonomes fait rage et la réduction des émission de C02 est au coeur de la gestion de flotte.

Continue Reading..

Articles du même sujet

Autopartage : Etat de l’art du marché et chi... Durant la dernière décennie, la répartition de la population urbaine mondiale est passée de 25% à 50%. Plus de 3 milliard d’individus vivent actuellem...
Baromètre des flottes OVE 2016 : un bilan positif ... Le 11 mai dernier l'Observatoire du Véhicule d'Entreprise a présenté son Baromètre des Flottes réalisé en partenariat avec l'institut CSA. L'occasion ...
Mobility Tech Green dans la presse Alors que la rentrée a été riche en évènements pour Mobility Tech Green, entre l'annonce de notre partenariat avec La Poste pour Bemobi et le prix Cri...
17
Mai

Autopartage : 60,8 millions d’utilisateurs en 2022 !

Dans la seconde édition de son rapport sur l’autopartage intitulé The Carsharing Telematics Market, le cabinet de recherches suédois Berg Insight offre un état de l’art du marché de l’autopartage et estime sa croissance future.


Spécialisé dans la communication M2M et l’IoT, le cabinet met particulièrement en avant l’accélération technologique qui va notamment permettre un développement massif du modèle free floating. Les outils télématiques n’ont donc pas fini de se sophistiquer pour offrir des services de mobilité connectés et fiables, séduisant un public de plus en plus nombreux.

Continue Reading..

Articles du même sujet

Les flottes d’entreprise passent à l’autopartage !... L’autopartage en entreprise est en plein essor. S’inscrivant dans le paradigme de la nouvelle mobilité, les entreprises passent elles aussi d’une logi...
2014 : l’année de l’autopartage en entreprise L’autopartage en entreprise correspond à une nouvelle étape dans la gestion de flottes de professionnels. Après l’externalisation de leurs parcs via l...
Autopartage en entreprise : véritable cercle vertu... Selon Martyn Briggs, Mobility Programm Manager chez Frost & Sullivan, en 2020, entre 75 000 et 100 000 véhicules devraient être en autopartage dan...
03
Mai

Mobility Tech Green lance e-Colibri Essentials, une vraie réponse au plan de mobilité

e-Colibri Essentials, ou la volonté de démocratiser l’autopartage


Convaincue du potentiel de l’autopartage pour l’avenir du secteur de la mobilité, Mobility Tech Green entend participer activement à la démocratisation de cette pratique. Afin de permettre à de potentiels clients de découvrir les avantages de la mise en place d’un tel service, nous proposons une offre découverte de notre solution e-Colibri.

Continue Reading..

Articles du même sujet

Autopartage : Le nouvel Eldorado des entreprises Durant la dernière décennie  la répartition de la population urbaine mondiale est passée de 25% à 50%. Dans 25 ans, ce seront 9 milliards de personnes...
Mobility Tech Green : Un autopartage pour entrepri... « Au-delà de la simplicité de mise en œuvre et de l’ergonomie de nos solutions d’autopartage, nous analysons très précisément le parc existant de nos ...
Découvrez notre offre d’autopartage e-Colibr... Afin d'accompagner le lancement de notre nouveau site internet, nous avons le plaisir de vous faire découvrir en avant-première notre vidéo concernant...
07
Nov

Réinventer la mobilité urbaine et périurbaine d’ici 2030 : Mobility Nation présente son livre blanc

Mobility Nation, groupe de travail initié par le Boston Consulting Group, a rassemblé durant plusieurs mois les principaux acteurs de la mobilité francilienne. Leur ambition ? Faire de ce territoire unique la première agglomération européenne à repenser radicalement sa mobilité d’ici 2030, avec comme année pivotale 2024 et l’organisation des Jeux Olympiques d’été dans la capitale française.


En ces temps de changements profonds pour la métropole parisienne, ce rapport mené par BCG avec un ensemble d’acteurs de la mobilité vise à apporter des pistes et recommandations afin de faciliter la mobilité de tous au quotidien. Le tout en se basant sur des forces pré-existantes tout en faisant face aux enjeux majeurs de la mobilité de demain. Car aujourd’hui, 56% des franciliens ont de manière hebdomadaire des difficultés lors de leurs trajets quotidiens (voiture, transports en commun…) et le taux de congestion routière a augmenté de 7 points entre 2008 et 2016. Il est donc tant de prendre de nouvelles mesures afin de palier à ces problématiques ressenties chaque jour par des centaines de milliers de voyageurs.

 

Continue Reading..

Articles du même sujet

Enquête nationale sur l’autopartage en Franc... Après une première édition de l'Enquête Nationale sur l'Autopartage menée en 2012 auprès de 2090 usagers, le bureau d'études 6t revient quatre ans apr...
Autopartage : 5 bonnes raisons de se lancer ! Il fut un temps, pas si lointain, où l’idée même de partager un véhicule aurait semblé absurde. Cette époque se situait dans un contexte où les smartp...
L’autopartage en passe de devenir l’av... Le véhicule automobile serait-il en passe de devenir le transport en commun de l’avenir ? C’est ce que semble indiquer le rapport de l’étude de l’obse...
18
Oct

Blockchain : un bouleversement pour l’écosystème de la mobilité ?

Une vraie révolution la blockchain ? Selon l’analyste Don Tapscott, auteur de l’ouvrage Blockchain Revolution, « cette technologie va avoir des conséquences extrêmement profondes sur l’économie mondiale, plus que l’intelligence artificielle, plus que l’énergie solaire, plus que la voiture autonome ». Rien que ça ! 


La blockchain : origines et définition


Mais qu’est-ce que c’est au juste la blockchain ? Beaucoup d’entre nous ont déjà entendu parler du Bitcoin, cette monnaie digitale, ou crypto-monnaie, qui a beaucoup fait parler d’elle depuis sa naissance en octobre 2008. C’est à cette date que Satoshi Nakamoto, un pseudonyme cachant encore aujourd’hui un individu ou un groupe inconnu, publie le livre blanc « Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System » annonçant un nouveau protocole de traitement des transactions financières : la blockchain. Cette première blockchain est lancée officiellement en janvier 2009.

Le Bitcoin en chiffres

Aujourd’hui plus de 16 millions de Bitcoin sont en circulation à travers le monde, avec près de 259 000 transactions par jour effectuées à l’aide de cette monnaie cryptographique.


Une reconfiguration de la chaîne de valeur


Le processus de traitement des données rompt avec les schémas habituels : la Blockchain ne dépend pas d’une autorité centralisée, d’un « tiers de confiance », mais d’un réseau informatique composé de plusieurs acteurs chargés de valider la transaction. Aujourd’hui, lorsque vous effectuez vos soldes par exemple sur un site anglais, vous chargez un tiers de confiance unique de jouer l’intermédiaire et de vérifier que tout est en ordre du côté du vendeur. Avec la blockchain, un réseau de participants, dits « mineurs » mettent à disposition la force de calcul de leur ordinateur afin de vérifier la légitimité de la transaction.

Les mineurs

Ces tiers de confiance d’un nouveau genre sont chargés de lancer le plus rapidement des calculs de vérification des données transmises. Mis en concurrence, notamment face à la difficulté des calculs à résoudre, ils sont rémunérés en fonction de leur participation à la résolution du problème avec un certain pourcentage des Bitcoins émis.

Chaque transaction est gardée en mémoire, et est placée dans un « bloc ». Si le bloc est validé par les mineurs, il peut alors être inclus dans le système global, composé de plusieurs blocs : c’est la blockchain, ou chaîne de blocs, qui regroupe tout l’historique des transactions effectuées sur le système. Cet historique permet notamment d’interdire la duplication ou la modification d’une transaction.

Petite clarification en vidéo : 


La blockchain au delà du Bitcoin


Bien plus que le simple transfert de Bitcoins, la blockchain est donc avant tout une technologie permettant de transmettre et stocker des informations de manière décentralisée, transparente et sécurisée. On peut la comparer à un registre public, anonyme et inviolable. Autour de ce registre, plusieurs applications peuvent être développées : c’est le cas des smart contracts.

Les smart contracts

Pour Simon Polrot, qui a lancé la branche française d’Ethereum : «Il s’agit en fait de fonctionnalités codées s’exécutant dès que les conditions définies à l’avance sont réunies. Ainsi, les compagnies d’assurance peuvent automatiser le versement de dédommagements en cas de sinistre. Cela représente un gain de temps considérable pour elles et leurs clients.»


Un acteur en devenir de la smart City et de la mobilité urbaine


Comment traiter au mieux les masses de données communiquées aujourd’hui, qui ne cesseront de croître dans les années à venir ? Au sein de la ville intelligente, « la smart city », la donnée se doit d’être au service des citoyens, bénéficiant à la qualité de vie de manière participative et transparente.

Un des pilier central de la smart city, c’est bien entendu la mobilité. Et là aussi, la blockchain est prometteuse. Tellement prometteuse, que de grands constructeurs commencent à s’y intéresser de très près. C’est le cas de Toyota, qui a décidé de travailler notamment avec le MediaLab du MIT pour s’approprier au plus vite cette problématique et développer des véhicules autonomes fiables. Autre que la question de l’autonomie, c’est aussi la thématique de la mobilité partagée qui pourrait bénéficier de l’avancée de la technologie blockchain.


Du partage digital au partage physique : la blockchain bientôt au service de l’autopartage ?


C’est ce que propose dès à présent le cabinet de conseil et d’audit EY qui s’apprête à appliquer ce processus de stockage et de transmission des flux de données au partage de véhicules avec le projet bien nommé Tesseract. Celui-ci a pour ambition principale la décentralisation des données afin de faciliter l’accès et le partage de véhicules au sein d’une flotte.

Car eWallet :
rendre autonomes les paiements pour véhicules connectés, c’est possible !

L’équipementier ZF a présenté au public lors de l’ouverture du Salon de Francfort son prototype Car eWallet. Ce projet élaboré en partenariat avec IBM et UBS vise à créer un écosystème de transactions accessible à tous et facilitant les échanges entre les différents acteurs en présence (constructeurs, prestataires, clients…). Véritable assistant de mobilité, Car eWallet peut initier de manière entièrement autonome des paiements (frais de déplacements divers) en temps réel sans aucune intervention humaine. En parallèle, Car eWallet peut servir de véritable carnet d’entretien recensant tout l’historique d’usage du véhicule.

Ainsi, il existe également un usage privé de la blockchain, avec des accès restreints tout en conservant la rapidité et sûreté du processus : c’est celui-ci qui intéresse notamment les acteurs de la mobilité. Le registre de données distribué seulement en interne pourrait permettre de gérer plus efficacement les historiques des véhicules, de monitorer leur usage en temps réel mais également d’ajuster en temps les frais d’assurance de manière automatisée, bénéficiant à la fois à l’usager final et au gestionnaire de flotte.


La blockchain déchaîne donc les passions, de par ses promesses, les bouleversements et les nombreux défis qu’elle pourrait apporter. Pour l’autopartage, cette technologie représente une vraie opportunité d’accélérer les processus administratifs du côté gestionnaire et les gestions de réservations du côté usagers. L’autopartage pourrait se faire ainsi plus accessible et pratique aussi bien pour les particuliers ou les entreprises.

Articles du même sujet

Autopartage : 5 bonnes raisons de se lancer ! Il fut un temps, pas si lointain, où l’idée même de partager un véhicule aurait semblé absurde. Cette époque se situait dans un contexte où les smartp...
L’autopartage en passe de devenir l’av... Le véhicule automobile serait-il en passe de devenir le transport en commun de l’avenir ? C’est ce que semble indiquer le rapport de l’étude de l’obse...
Covoiturage et autopartage : Quelles différences ?... L’autopartage et le covoiturage sont 2 modes de déplacement alternatifs en devenir. S’opposant à la logique de possession d’un véhicule, ils prônent...
05
Oct

Autopartage en entreprise : comment s’assurer de la viabilité du projet ?

Dans le cadre d’un plan de déplacement d’entreprise (PDE), la mise en place d’un service d’autopartage  peut se révéler être un véritable atout. Mais comment être sûr que le projet est viable et correspond réellement aux besoins de la structure et de ses employés ? Un questionnaire établi par le cabinet de conseil Colombus Consulting propose d’évaluer la cohérence et la viabilité d’un projet en quelques points clés.


Selon ce cabinet de conseil en organisation et management, il y aurait aujourd’hui en France près de 9000 véhicules de société en flotte partagée et ce nombre pourrait monter jusqu’à 15 000 en 2018. L’un des facteurs majeurs de cette croissance est sans aucun doute la mise en place obligatoire d’un plan de mobilité pour les entreprises de 100 collaborateurs ou plus à partir du 1ER janvier 2018.

Dans ce contexte, un nombre important de dirigeants d’entreprise ou de responsables RSE cherche aujourd’hui de nouveaux outils et services innovants à proposer à leurs employés afin d’améliorer leurs trajets dans le cadre professionnel tout en garantissant à la structure un rapport gains/efforts équilibré.

L’autopartage, se présentant comme une solution alternative plus économique mais aussi soucieuse de l’environnement, séduit donc de plus en plus. Mais parfois, elle n’est pas adaptée aux besoins de l’entreprise et peut ne pas fonctionner. Deux cas de figure apparaissent généralement : soit le projet n’est pas adapté au public cible et à son activité ; soit il n’y a pas eu assez d’accompagnement sur le projet pour sensibiliser les utilisateurs potentiels.

Tout l’enjeu du questionnaire mis en place par Colombus Consulting apparait alors. Loin de se limiter aux seuls aspects financiers du projet, il prend également en compte la taille de la flotte, la population et les habitudes mises en place au sein de l’entreprise. Un algorithme de pondération avec un système de points permet donc d’évaluer le rapport effort/gain pour chaque objectif. De là, une matrice présente plusieurs résultats selon l’équilibre, ou non, entre les deux.

Deux facteurs de succès majeurs ressortent également selon Guillaume Kosman, manager chez Colombus Consulting : d’une part, la capacité de l’entreprise à s’organiser en interne afin de garantir le succès du projet (formation employés, définition nouveaux rôles, suivi…) et d’autre part, la maturité technologique de l’entreprise, afin d’appréhender rapidement le matériel mis à disposition.

Articles du même sujet

L’autopartage pour votre Plan de Déplacement... En cette fin de la 16ème semaine européenne de la mobilité, dont la thématique de cette édition est « la mobilité propre, partagée et intelligente », ...
Autopartage : 5 bonnes raisons de se lancer ! Il fut un temps, pas si lointain, où l’idée même de partager un véhicule aurait semblé absurde. Cette époque se situait dans un contexte où les smartp...
L’autopartage en passe de devenir l’av... Le véhicule automobile serait-il en passe de devenir le transport en commun de l’avenir ? C’est ce que semble indiquer le rapport de l’étude de l’obse...
03
Oct

Les Européens prêts à adopter de nouvelles mobilités ?

Dans le cadre de la Semaine européenne de la Mobilité, ayant eu lieu du 16 au 22 septembre dernier, le loueur ALD a publié une étude menée avec l’institut de sondage OpinionWay sur la mobilité des européens. Mais c’est surtout leur rapport aux nouvelles mobilités qui est passé au microscope afin de mieux cerner le taux d’adoption de chacune d’entre elles et les freins éventuels.


Conduite en ligne auprès de 5021 personnes à travers cinq pays (Allemagne, Espagne, France, Italie et Pays-Bas) cette étude a permis de faire sortir plusieurs chiffres intéressants, concernant notamment le rapport à la voiture individuelle.

Celle-ci s’avère en effet beaucoup plus essentielle dans le cadre personnel (50%) que dans le cadre professionnel (36%). En France, 54% des interrogés considèrent même l’usage d’une voiture personnelle pas utile lors de leurs déplacements pour le travail. Le cadre professionnel serait donc une porte d’entrée très intéressante pour favoriser l’adoption de nouvelles mobilités telles que le covoiturage, la location courte ou longue durée ou encore l’autopartage.


Une adoption progressive des mobilités alternatives


Du côté de ces nouvelles manières de se déplacer au quotidien, c’est le covoiturage qui est en tête à l’heure actuelle, avec 27% des interrogés ayant déjà utilisé ce genre de service (jusqu’à 34% en Allemagne) et 76% connaissant le principe. Cela est suivi par location longue durée (12%) ainsi que les VTC (10%).

L’usage de ces nouveaux moyens de transport varient selon l’usage : ainsi pour aller dans une zone commerciale, on préfèrera miser sur la location entre particuliers (34%) tandis que l’on optera pour les transports publics afin de se rendre à un entretien de travail (55%) ou pour effectuer un trajet domicile-travail (50%). On se rend ainsi compte que ces mobilités sont loin d’être concurrentielles mais bien complémentaires pour répondre à différents besoins ressentis.

Associé à cela, c’est également l’usage d’applications de mobilité qui se démocratise de plus en plus rapidement : pour les transports en commun en premier lieu (44%) mais également pour s’orienter avec des application type GPS communautaires (29%), ou pour des services privés comme le covoiturage (16%), l’autopartage (11%) ou encore les VTC (10%). L’atout majeur de ces applications ? Une vue en temps réel évolutive afin d’ajuster au besoin son trajet ou son choix de mobilité selon les résultats observés.


Réduire son budget mais aussi son empreinte carbone


Venant en à l’autopartage, une nouvelle mobilité qui tend aujourd’hui à se développer aussi bien dans le cadre privé que professionnel. Pour l’échantillon de personnes interrogés, son adoption est tentante pour trois raisons majeures :

  • C’est une source d’économies financières (58%)
  • C’est une mobilité basée sur la flexibilité (26%)
  • La réservation se fait en toute simplicité (14%)

Ainsi l’autopartage possède avant tout un attrait financier pour les usagers, parfois dépassés par les frais nécessaires à l’entretien d’un véhicule entretien. Utiliser un véhicule partagé à sa convenance de manière aisée : voilà ce qui importe le plus.

Enfin, une autre donnée à mettre en avant est la volonté constatée des personnes interrogées d’être plus « eco-friendly » lors de leurs déplacements. Ils sont ainsi 58% à considérer de choisir un mode de transport plus lent mais plus respectueux de l’environnement.

Découvrir l’étude complète :  


On voit bien à travers les résultats de cette étude que la mobilité professionnelle est une voie privilégiée à explorer afin d’introduire de nouvelles mobilités. Les usagers sont plus enclins à expérimenter lors de déplacements dans le cadre du travail et surtout à reconsidérer l’usage de leur véhicule individuel en optant pour des solutions comme le covoiturage, la location ou encore l’autopartage.

Articles du même sujet

Etude : L’évolution de la mobilité urbaine en Fran... D’après l’étude de l’observatoire de la mobilité 2014, les Français continuent de délaisser leurs voitures personnelles pour utiliser les transports e...
Les français séduits par l’autopartage Alors que la voiture a longtemps été un bien personnel vecteur de statut social elle devient aujourd'hui un objet de partage au sein de la sphère publ...
Mobilité des salariés : des enjeux encore sous-est... Bien que la mobilité liée au travail soit l'un des piliers de notre mode de vie contemporain les entreprises ont encore du mal à cerner les attentes e...
22
Sep

L’autopartage pour votre Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE)

En cette fin de la 16ème semaine européenne de la mobilité, dont la thématique de cette édition est « la mobilité propre, partagée et intelligente », focus sur le Plan de Déplacement d’Entreprise. Devenant obligatoire dès le 1er janvier 2018 pour les entreprises de plus de 100 collaborateurs, son objectif majeur est d’optimiser les déplacements effectués dans le cadre professionnel par les salariés.


Alors pourquoi ne pas miser sur des mobilités innovantes, plus écologiques, économiques et profitant aussi bien aux employés qu’aux entreprises ? Parmi elles, l’autopartage qui intéresse aujourd’hui de plus en plus les entreprises. On vous explique ses bénéfices en infographie, en association avec Bemobi, notre partenaire spécialiste dans la mise en place de plans de déplacement d’entreprise.

PDE : Mobility Tech Green & Bemobi

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Articles du même sujet

Mobility Tech Green accélère sur le marché de l&rs... Mobility Tech Green, leader européen de l'autopartage B2B avec plus de 1,500 véhicules équipés dans les entreprises et 30,000 utilisateurs de sa solut...
Autopartage en entreprise : comment s’assure... Dans le cadre d’un plan de déplacement d’entreprise (PDE), la mise en place d’un service d’autopartage  peut se révéler être un véritable atout. Mais ...
Autopartage : 5 bonnes raisons de se lancer ! Il fut un temps, pas si lointain, où l’idée même de partager un véhicule aurait semblé absurde. Cette époque se situait dans un contexte où les smartp...
12
Sep

Autopartage : une réponse suffisante aux embouteillages ?

L’accélération de l’autopartage permettra t-elle enfin de libérer nos axes routiers ? Rien n’est moins sûr selon une étude publiée ce lundi 11 septembre par le cabinet PricewaterhouseCoopers. Celle-ci nous offre des pistes de réflexion concernant nos modes de déplacement au quotidien et présente des enjeux à venir aussi bien pour les constructeurs automobiles que pour les utilisateurs. 


Un parc automobile réduit, oui, mais pas optimisé


La progression de l’autopartage durant les prochaines 15 années pourrait retirer près de 80 millions de véhicules européens de la circulation, passant ainsi de 280 millions à 200 millions. Une bonne nouvelle a priori, alors que l’on voit que les villes sont de plus en plus encombrées et la circulation au quotidien difficile. Selon le cabinet PcW, un tiers des kilomètres parcours en Europe se fera sous une forme d’autopartage d’ici 2030, aussi bien en ville, comme on le voit aujourd’hui, qu’à la campagne.

« D’ici quelques années, la norme actuelle selon laquelle la plupart des gens conduisent leur propre véhicule va devenir un concept de mobilité parmi d’autres », pronostique Christoph Stürmer, expert automobile chez PwC. 

Mais malheureusement, un nombre inférieur de véhicules sur la route ne signifiera pas moins de circulation, au contraire. La raison principale ? Le taux d’utilisation bien supérieur pour des véhicules partagés que pour des véhicules individuels. PricewaterhouseCoopers spécifie en effet qu’un véhicule mis à disposition en autopartage roulera en moyenne 58.000 kilomètres par an (comme un taxi au final) contre seulement 13.200 pour un véhicule individuel. Ce qui signifie moins d’hésitation à prendre une voiture en libre-service plutôt que la sienne, et donc plus de monde sur la route. La durée de vie des véhicules pourrait aussi se réduire, dû à un usage plus intensif : 3,9 années pour une voiture passée en autopartage contre 17,3 pour une voiture individuelle. L’obsolescence technologique risque de s’accélérer encore davantage.

Un autre facteur majeur pourrait être les avancées en terme d’électrification des véhicules et du développement de la conduite autonome. Que penser en effet des taxis autonomes qui iront chercher leurs clients à vide, et qui représenteront donc des véhicules supplémentaires en circulation ?


Multimodalité : enrichir l’offre autour de l’autopartage


L’enjeu principal est donc l’optimisation des trajets effectués, pour limiter l’autosolisme qui semblera persister malgré l’accélération de l’autopartage en Europe. La réticence à partager son véhicule diffère selon les pays mais existe bel et bien : à l’heure actuelle 54% des allemands excluent ainsi totalement le fait de partager leur véhicule. Un travail de sensibilisation accrue sera nécessaire pour faire adopter ces nouveaux modes de mobilité, mais également pour démontrer les avantages de la multimodalité.

Car oui, pour déployer tout son potentiel l’autopartage devra être couplé avec d’autres moyens de déplacement, avec le co-voiturage en tête. Faciliter la mise en relation de l’autopartage et du co-voiturage c’est redonner du sens même au terme « véhicule partagé » et pouvoir ainsi constater une vraie diminution de la circulation sur nos axes routiers. De même, pour les derniers et premiers kilomètres, le vélo ou la marche à pied pourra prendre le relai sur cette typologie de trajets qui ne nécessitent pas forcément de véhicules motorisés.

Ainsi, la mobilité du futur ne doit pas se penser en terme de formes de mobilité nombreuses et délimitées, avec d’un côté l’autopartage, le co-voiturage, le vélo, mais bien comme un réseau ayant pour ambition principale la facilité d’utilisation et la libération partielle de l’espace public dédié aujourd’hui à la circulation automobile. Une manière pour les habitants de se faciliter la vie mais aussi de se réapproprier la ville de manière collective.

Pour favoriser un meilleur usage des véhicules en autopartage, Mobility Tech Green a introduit dans sa solution e-Colibri la possibilité pour l’usager initial d’ouvrir la voiture au co-voiturage. D’autres utilisateurs effectuant le même trajet pourront ainsi se greffer afin d’optimiser celui-ci, tout en ajoutant un facteur de convivialité non négligeable ! De même, l’introduction de l’offre pro/perso, permettant un usage des véhicules en autopartage le soir et week-end, pousse à un usage plus collectif pour des sorties entre amis ou familles, tout en garantissant au gestionnaire de parc un ROI plus intéressant.

Illustration de couverture : Los Angeles Times Magazine 1988

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Articles du même sujet

Covoiturage et autopartage : Quelles différences ?... L’autopartage et le covoiturage sont 2 modes de déplacement alternatifs en devenir. S’opposant à la logique de possession d’un véhicule, ils prônent...
L’autopartage profite à la location courte durée m... C’est en tout cas ce que semble confirmer les derniers chiffres communiqués par le CNPA. En effet, le marché de la location longue durée se porte bien...
Autopartage : La consommation collaborative séduit... Edouard Dumortier, co-fondateur de ILokYou, dans son étude L’avènement de la consommation collaborative : quel modèle économique pour la France en 203...
29
Août

Bien être au travail : et si ça passait aussi par la mobilité ?

Tandis que les villes s’agrandissent toujours plus et que les routes sont encombrées, il est temps de considérer le trajet domicile-travail comme un véritable facteur de stress pour les employés. Des longs déplacements réalisés tous les jours peuvent effectivement avoir un impact très négatif sur la productivité des employés en causant de la fatigue et un manque de motivation.


Des études récentes démontrent bien que les problèmes d’embouteillages ne s’arrangent pas : pour exemple, un sondage réalisé par Car Parts 4 Less en Grande-Bretagne montre que plus de la moitié des travailleurs (51%) passe une heure ou plus par jour dans les transports pour aller et revenir du travail. La journée de 8 heures de travail devient ainsi un mythe plutôt qu’une réalité pour la plupart des salariés.


Proposer des alternatives en faveur du bien être des salariés


Mais ne nous désolons pas ! Les dirigeants d’entreprise peuvent être force de proposition afin de lancer une politique de changement durable. Cela passe notamment par l’information auprès des employés concernant les nombreuses options de mobilité à leur disposition, outre l’usage de leur véhicule personnel. Une simple carte montrant les options de transit les plus pratiques dans le secteur de leur entreprise (arrêts de bus, stations de métro ou de train, ou encore services de partage de vélos ou de voitures…) peut se révéler être un outil à la fois très simple et efficace.

L’entreprise peut également conduire un sondage interne afin de mieux connaître les habitudes et attentes des employés en terme de déplacement entre leurs domiciles et leurs lieux de travail. Ils peuvent ensuite proposer des solutions adaptées en fonction des retours. Des petites incitations financières, telles que le paiement d’abonnement à des services de vélos partagés ou encore d’autopartage, peuvent également contribuer à des trajets quotidiens moins fatigants, améliorant ainsi le bien être au travail. Un réseau de co-voiturage entre collègues peut également voir le jour : un moyen économique de se rendre au travail, oui, mais aussi un facteur social important !

Commuting bicycles

Ces initiatives font pleinement partie de la politique de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) de l’entreprise. Elles correspondent parfaitement aux préoccupations autour du bien-être au travail, mais également un souci de l’environnement grâce à une mobilité plus durable, et enfin une optimisation du budget, à la fois pour la société et les employés.


Fatigué par les embouteillages, il décide de se jeter à l’eau


Certains salariés ont trouvé des moyens encore plus imaginatifs pour se rendre au travail. C’est le cas de Benjamin David, habitant de Munich en Allemagne. Stressé par le trafic routier au bord de la rivière Isar, qu’il soit à pied ou en vélo, Benjamin a choisi un terrain… un peu moins sec. Depuis un certain temps, il nage durant deux kilomètres chaque matin pour se rendre à son lieu de travail, été comme hiver. Le trajet lui prend généralement entre 15 et 25 minutes selon le courant de la rivière et si Benjamin décide de se relaxer sur sa bouée, flottant jusqu’à destination.

Selon un entretien accordé à la BBC, cette routine matinale peu habituelle lui a pourtant permis de réduire son stress, alors qu’il se contente d’admirer le panorama de bâtiments historiques qui se situent sur les berges de la rivière. Depuis, une équipe d’irréductibles nageurs l’a rejoint durant ce trajet pas comme les autres, créant ainsi une petite communauté qui n’a de cesse de surprendre les passants !

Pas encore à piquer une tête ?  Découvrez notre solution d’autopartage dédiée aux entreprises et collectivités afin de faciliter les trajets au quotidien !

Articles du même sujet

Covoiturage et autopartage : Quelles différences ?... L’autopartage et le covoiturage sont 2 modes de déplacement alternatifs en devenir. S’opposant à la logique de possession d’un véhicule, ils prônent...
Habitat Innovant et Écoquartier : Une aubaine pour... Du 28 juin au 14 juillet se tenait le Solar Decathlon à Versailles. Une compétition étudiante internationale visant a récompenser les projets d’habita...
L’évolution de la mobilité selon Frost & Sull... Le 25 juin 2014 s’est tenu le workshop annuel de Frost & Sullivan sur la mobilité urbaine, le Urban Mobility 3.0. Cette table ronde, qui réunit pl...