17
Mar

Un nouvel algorithme trouve les meilleurs itinéraires pour l’autopartage one-way

Vous avez besoin d’une voiture sans vouloir les contraintes associées à la possession d’un véhicule ? Aujourd’hui, il existe de nombreux opérateurs pour vous aider à régler cette problématique. De plus en plus d’alternatives voient le jour et l’autopartage devient petit à petit l’étendard des mobilités durables. Mais que faire si vous voulez conduire une voiture sans l’inconvénient d’avoir à la retourner à votre point de départ ?

C’est ce que l’on appelle le concept du One-Way. Il se définit essentiellement en un système unidirectionnel de partage de véhicules et se compose généralement d’une flotte de véhicules, stationnés dans un réseau de stations, et disponibles pour une location de courte durée. Un conducteur peut alors chercher un véhicule et le déposer plus tard dans une station proche de son rendez-vous. Emilio Frazzoli, professeur agrégé de l’aéronautique et de l’astronautique au MIT, évoque à ce titre la question du déséquilibre de cette redistribution « au cours d’une journée typique, le nombre de voitures à travers ce réseau de mobilité varie selon les destinations. Par conséquent, certains endroits vont voir une surabondance de voitures appauvrissant les flottes d’autres stations ». Des programmes existant ont résolu ce problème en employant des conducteurs afin de rééquilibrer la flotte de véhicules dans les endroits à forte demande. Mais comme Monsieur Frazzoli l’explique « les pilotes de rééquilibrage eux-mêmes deviennent alors déséquilibrés ». Effectivement ces voyages de rééquilibrage ne génèrent pas de revenus, mais sont une charge pour l’opérateur !

one way autopartagePour rééquilibrer le One Way, Emilio Frazzoli et ses collègues ont mis au point un nouvel algorithme de routage de véhicules qui ajoute un autre élément au scénario : Le pilote qui fait la navette d’une voiture à une station, le fera  avec un client comme un service de taxi traditionnel. L’algorithme du groupe détermine ainsi les moyens les plus efficaces afin de concilier les déplacements en taxi et les voyages de la navette tout en minimisant les trajets gaspillés. Enfin, pour maintenir la stabilité au sein du système, et de s’assurer que chaque client a accès à une voiture avec le temps d’attente minimal, les chercheurs ont déterminé le nombre le plus efficace de conducteurs de navettes par véhicules dans le but d’optimiser lee rééquilibrage du One Way. Leurs simulations indiquent qu’au moins un pilote de navette est nécessaire pour trois véhicules dans le but  d’assurer la disponibilité des véhicules pour les clients. L’autopartage One Way évolue donc au fil du temps et favorise toujours plus l’avancée de l’autopartage au sein des entreprises et des collectivités. C’est une bonne chose, surtout au vu des circonstances actuelles !

Alexandre Fournier

Articles du même sujet

Comments ( 0 )